Soupe et potée, puisqu’il le faut !

Vu le temps cette semaine, les légumes de printemps m’ont servi à confectionner des plats chauds et réconfortants !

Samedi soir, nous sommes retournés à la Brasserie Thaïe. C’était aussi délicieux que la première fois, je suis vraiment contente d’avoir pareil restaurant dans mon quartier (qui commence à en être franchement bien fourni, entre le pionnier Les Alliés, le charmant Tramway et ladite Brasserie Thaïe…).

Dimanche midi, j’ai fait un petit risotto aux crevettes et au lait de coco qui n’était pas mal du tout ! Il y manquait peut-être un petit quelque chose, je me demande si une pointe de curry vert n’aurait pas relevé sympathiquement le tout (influence du repas de la veille, peut-être ?).

Dimanche soir, un bon plat mijoté : des boulettes de viande aux épinards, servies avec du couscous. C’était très bon, surprenant (en fait, on sent peu le goût de la viande), et les boulettes avaient du mal à se tenir.

Lundi soir, une recette de ma confection, une soupe de borlotti, tomates fraîches et lard. Je sais que ce n’est pas encore la saison des tomates, mais il y a en ce moment des tomates sardes très goûteuses (et très chères) au marché, pour une utilisation à petite dose, pas trop souvent, elles conviennent très bien. J’adore cette soupe (j’aime énormément les haricots frais “courts”, borlotti, fèves, etc.).

Mardi soir, émincé de poulet aux asperges et à la feta. Sans recette, tout simplement de l’émincé de poulet revenu avec un peu d’oignons et d’ail, arrosé de vin blanc, on y ajoute des asperges vertes en tronçons, quand c’est cuit, on émiette grossièrement un paquet de feta dedans, c’est parfait.

Mercredi soir, nous sommes allés à l’opéra (“Le Barbier de Séville” de Rossini, voix sublimes, mise en scène dynamique et inventive) puis en sortant, nous avons mangé à la Brasserie du Grand-Chêne. C’est un endroit agréable, un peu froid peut-être, mais qui sert une belle cuisine de brasserie traditionnelle. Mon pot-au-feu était délicieux, même si j’ai dû demander un rab de moelle, le micro-os qu’on m’avait servi étant un peu chiche.

Jeudi soir, j’ai utilisé deux paquets de diots ramenés de France (un paquet de diots fumés, un paquet de diots aux choux) pour faire une potée de diots au chou, selon cette recette mais en utilisant des pommes de terre nouvelles et en rajoutant un chou nouveau coupé en quatre. C’est simple, c’est bon et ça m’a rappelé que la cocotte minute c’est quand même drôlement pratique.

Vendredi soir, j’ai servi des ris de veau poêlés, accompagnés d’une salade de poires, fenouil, avocat et pistaches. J’avais vu mentionner la combinaison fenouil-poire-pistaches quelque part sur la toile et elle me parlait. J’ai donc improvisé cette recette, ma fois fort réussie !

4 thoughts on “Soupe et potée, puisqu’il le faut !

  1. les boulettes de viandes aux épinards et l’émincé de poulet aux asperges et féta me tentent énormément !

  2. En effet, c’est retour en hiver mais avec des produits de printemps 😉
    pour ton risotto, en même temps, les saveurs choisies appellent volontiers l’Asie. Ce “quelque chose qui manquait” ne serait pas une pointe de fraîcheur ou de piquant, amenée par de la citronnelle, du gingembre, keffir ou choses comme cela? 😉

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.