Soupes et terrine

Samedi soir, nous avons mangé chez des amis. Il était convenu que j’apportais une entrée, du coup, j’ai confectionné une terrine de canard aux noisettes et, sans vouloir me jeter des fleurs (surtout que je n’y suis pas pour grand-chose, c’est la recette qui est fantastique), elle était délicieuse.

Dimanche midi, j’ai fait des spaghettis à la barba di frate (c’est la saison) et à la burrata.

Dimanche soir, j’ai fait un beau borscht avec ma recette fétiche et inégalable.

Lundi soir, je suis revenue à Donna Hay (mais cette fois, en explorant son site) et ai fait une très bonne et légère soupe asiatique au poulet (en remplaçant les broccolinis, hélas introuvables ici, par des liserons d’eau).

Mardi soir, toujours Donna Hay pour une salade tiède de légumes à l’ail (du livre dont je parlais la semaine passée), très bonne (je n’aime pas beaucoup le panais prévu dans la recette, je n’en n’ai donc pas mis, seulement des patates douces blanches, du fenouil et de la courge).

Mercredi soir, j’ai testé un poulet rôti au lait et au citron. Franchement, je n’ai pas vu la différence avec mon habituel poulet rôti tout simple (la seule chose particulière que je fais d’habitude est de mettre un demi-citron dans la cavité), mais c’était très bon. Je l’ai servi avec quelques asperges vertes cuites dans le même plat ainsi qu’une salade de pousses d’épinard et avocat.

Jeudi soir, nous avons été, en se joignant à un groupe d’amis, à une soirée raclette au domaine Vitis Musicalis, dans les vignes, sous un dôme transparent. La raclette était excellente, l’accueil très sympathique, et l’endroit est à couper le souffle de beauté.

Vendredi soir, nous étions invités chez des amis.

La cuisine de Donna Hay

J’ai décidé de recommencer à faire des semaines à thème, et celle qui vient de s’écouler a été sous le signe d’une auteure australienne de recettes que j’aime beaucoup, Donna Hay. J’ai dans ma bibliothèque plusieurs de ses bouquins, et j’ai décidé d’utiliser « Marie-Claire Recettes saveur« . Donc, dans la suite de cet article, si je ne mentionne pas l’auteur d’une recette, c’est qu’il s’agit de Donna Hay.

Samedi soir, nous avons mangé avec des amis à Genève, au Séoul, qui est, comme son nom l’indique, un restaurant coréen. Nous avons pris le barbecue coréen, en choisissant un assortiment de porc mariné, lard frais, canard et boeuf, le tout accompagné de riz, kimchi, et plein de petits plats de légumes. Ce fut un repas très agréable.

Dimanche midi, j’ai préparé des pâtes au piment, très bonnes.

Dimanche soir, j’ai fait du porc au sésame (titre original de la recette, plus parlant à mon avis : Pork and Vietnamese mint noodles, malheureusement je ne la trouve pas online), pour lequel j’ai utilisé des vermicelles de riz complet, et que j’ai accompagné d’une salade d’oignons rouges en pickle (recette elle aussi introuvable online).

Lundi soir, j’ai fait des arayes kafta, à savoir des galettes libanaises à la viande hachée, avec une recette glanée sur le web. La recette est bien, mais j’ai malheureusement utilisé pour faire les galettes elles-même un mélange tout préparé de farines « bas index glycémique » qui a donné un truc franchement infâme. Il faut donc que je réessaye la recette avec des vraies bonnes pitas. Je pense aussi qu’il faut que je les cuise à la poêle sous presse plutôt qu’au four. J’ai servi une salade verte avec les galettes.

Mardi soir, j’ai rôti une grande côte de porc (du porc Cinta Senese en provenance de Toscane, une merveille) enduite de jus de citron, moutarde et huile d’olive, et l’ai escortée de haricots blancs au piment (des haricots cuits au four avec du lard, des tomates pelées, de l’ail, de la sauge, des piments et des oignons, recette à nouveau introuvable sur le web, que j’ai modifiée en utilisant des haricots borlotti en boîte).

Mercredi soir, nous avons d’abord assisté au superbe concert de Julien Clerc à Beausobre, et après, nous avons mangé à la Brasserie du Grand-Chêne, qui, allelluia, est de nouveau ouverte tard le soir ! J’y ai dégusté un turbot aux poireaux et beurre blanc proprement inoubliable – j’aimerais bien savoir faire le poisson comme ça.

Jeudi soir, j’ai préparé du canard fumé à la cannelle (encore une recette non dispo online) : un magret de canard grillé, fumé/cuit à la cannelle et au riz, arrosé de sauce soja et huile de sésame et servi avec des petits choux pak choi. Très agréable, sans être immortel.

Vendredi soir, nous avons mangé aux Ateliers à Vevey, côté restaurant gastronomique. Une très belle expérience, que je répéterai volontiers.

Nous avons d’abord eu un amuse bouche surprenant et délicieux, à base de chou-fleur et de… chocolat blanc ! Ensuite, du foie gras escorté de betteraves confites, suivi par une grosse crevette carabinero à la courge. En plat principal, du filet de bœuf, très tendre et goûteux, accompagné de légumes. Une jolie assiette de fromages pour suivre, et pour conclure, un dessert léger et savoureux à la pomme.

De la lumière

Début mars marque toujours, pour moi, le retour de la lumière. Je me lève le matin et il fait presque jour, je sors du bureau en fin d’après-midi et il fait encore jour… J’apprécie.

Samedi soir, nous avons mangé à l’Auberge des Deux Sapins, à Montricher. C’est un restaurant que nous fréquentons depuis presque 15 ans je crois, et j’aime beaucoup la cuisine de M. Simond, mais j’ai quand même détecté un petit laisser-aller dernièrement. Cela reste de la très bonne cuisine, mais sans ce petit « truc en plus » qu’il y avait avant et qui en faisait une adresse inoubliable.

En entrée, nous nous sommes partagé une terrine de gibier et foie gras et un duo de foie gras. Ensuite, j’ai pris une poêlée de saint-jacques et gambas avec risotto aux poireaux.

Dimanche midi, nous étions invités.

Dimanche soir, c’est nous qui avions des invités. J’ai fait une très goûteuse salade d’avocats aux piments en entrée, puis du boeuf Wellington accompagné de salade verte, et enfin un cheesecake sans cuisson (excellent, je recommande la recette) couronné de poires en dessert.

Lundi soir, j’ai préparé un bowl de riz au thon mayonnaise à la coréenne, simple à faire et excellent. J’ai utilisé du riz noir à la place du riz blanc.

Mardi soir, j’ai fait du kakuni (porc cuisson lente japonais) accompagné d’une salade de chou chinois. C’est vraiment vraiment long à faire, mais vraiment vraiment bon !

Mercredi soir, j’ai fait une salade César au chou noir (et y ai adjoint des morceaux de poulet, non prévus dans la recette, pour en faire un plat complet), très réussie.

Jeudi soir, nous sommes allés dîner dans les locaux de Qoqa pour un repas organisé par eux, et préparé par le cuisiner Federico Gallo. C’était une soirée très sympathique, j’adore le concept de table d’hôte pour rencontrer et discuter avec des gens qu’on ne connaît pas, en plus l’endroit est très convivial et chaleureux. Le repas était bon, mais franchement, pas à la hauteur d’un étoilé Michelin. Beaucoup, beaucoup de trucs en pâte (le chou, la pasta mista, la focaccia pour la scarpetta, le poulet en croûte), pratiquement pas de légumes. Le dessert était vraiment fantastique par contre – des cèpes en dessert, qui l’eût cru !

Vendredi soir, nous avons fait un repas fantastique au Taolé. Nous avons choisi le menu du chef, qui pour un prix plus que raisonnable nous a garni la table d’un tas de bonnes choses : houmous à la viande hachée, caviar d’aubergines, falafels, tabbouleh, brochettes de viande hachée, pilons de poulet grillés, salade d’aubergines à la tomate, et j’en oublie certainement… Et surtout, tout, absolument tout, était excellent ! Une explosion de saveurs, des assaisonnements justes, des viandes juteuses, bref, je ne peux que recommander chaleureusement ce restaurant.

Février venteux, printemps… heureux ?

En tout cas on l’espère, et si le bonheur est à la mesure de la force du vent que nous avons enduré en début de semaine, je me réjouis !

Samedi soir, nous avons mangé au restaurant O’Vertige, dans la campagne yverdonnoise. Nous avons pris le menu : ballotine de lapin au fois gras, ravioles de cardon, agneau avec marrons et potimarron, assiette de fromages, dessert autour de la poire. Tout était exquis, une cuisine raffinée, savoureuse et légère, bref, que du bonheur.

Dimanche midi, j’ai fait une excellente soupe de topinambours. C’est tout simple, du topinambour épluché et coupé cuit dans du bouillon puis mixé. La consistance est crémeuse, le goût parfait, le seul petit problème peut, pour certaines personnes, se manifester après de manière… disons venteuse (c’est raccord avec la météo, non ? 😂).

Dimanche soir, j’ai fait un chili con carne « chunky » absolument sublime – je garde la recette précieusement de côté. Je l’ai servi avec du riz, de l’avocat écrasé, du poivron cru coupé menu, de la ciboule hachée, de la demi-crème acidulée et de la coriandre fraîche.

Lundi soir, j’ai sorti du congélateur le mélange pour fondue à la Tête de Moine acheté au salon Goûts et Terroirs en décembre – elle était délicieuse, c’est une jolie découverte.

Mardi soir, j’ai servi du poulet à la péruvienne avec sauce verte, bien moelleux et savoureux, acccompagné d’une salade de pousses d’épinard et roquette.

Mercredi soir, nous sommes retournés avec des amis manger dans un restaurant que nous avions beaucoup aimé quand nous y avions été en décembre, le Nikkei Nine à Montreux. J’ai pris le ceviche de langoustines en entrée, un délice, puis du poulpe frit en tempura, bon et tendre mais que j’aurais aimé avec une panure plus fine.

Le restaurant est éphémère et fermera en avril, pour être remplacé par un nouveau concept (mon dieu, dire que nous vivons à une époque où un restaurant est un « concept », c’est quand même bizarre…) encore non dévoilé.

Jeudi soir, après le théâtre à Vevey, nous avons enfin trouvé un restaurant qui sert jusqu’à 22h30, la pizzeria Pummaró. Et en plus, c’est, je crois, la meilleure pizza que j’aie mangé en dehors de Naples ! Une vraie merveille, de la bonne pâte savoureuse, moelleuse et croustillante à la fois, et les garnitures sont elles aussi de style napolitain, bref, le rêve.

J’ai choisi la pizza siciliana (tomates, mozzarella, aubergines, saucisse, Parmesan) et je me suis régalée. Au début je pensais n’en manger que la moitié (et emporter le reste), mais elle était si bonne… Et en plus je n’avais pas l’impression d’avoir trop mangé, c’est vraiment une pâte très digeste.

Vendredi soir, j’ai poêlé des côtes de veau, les ai déglacées à la crème et au fond de veau, et les ai escortées de frites de patates douces faites à la friteuse sans huile et de pimientos del padròn poêlés à feu vif.

A la soupe !

Il a fait moins froid, mais bon, c’est encore février, quelques bonnes soupes ne sont pas de trop !

Samedi soir, nous avons (très très très bien) mangé au restaurant du Grand Hôtel du Lac à Vevey, dont les cuisines ont été reprises par Guy Ravet et qui s’appelle maintenant « Esprit par Guy Ravet« . Tout était exquis, avec mention spéciale pour l’entrecôte de wagyu, savoureuse et fondante, arrosée d’une sauce à damner un saint.

Dimanche midi, comme nous étions restés à Vevey (le Grand Hôtel du Lac faisant une offre d’ouverture du restaurant avec chambre et repas), nous avons mangé avec un ami à La Coupole, qui est le restaurant de l’hôtel Astra. J’ai partagé avec cet ami un beau plateau de fruits de mer pour deux, auquel nous avions adjoint un très rapicolant méli-mélo de crudités.

Dimanche soir, nous étions quatre. J’ai préparé une salade de pousses d’épinard et champignons sautés (une impro) en entrée, puis une savoureuse daube de boeuf à la sauge en plat, escortée de purée de céleri.

Lundi soir, j’ai fait une omelette en couches chinoise, facile à faire et très bonne, avec des bok choï à la sauce huître et du riz.

Mardi soir, nous sommes sortis du théâtre à Vevey (décidément, c’est une semaine veveysanne…) peu après 21h30 en espérant manger une pizza au Molino, mais non, c’était trop tard pour eux. Quand je pense qu’avant on pouvait arriver jusqu’à 23 heures ou presque…. La pandémie a passé par là hélas. Nous avons fini par retourner à la Coupole, qui sert jusqu’à 22h, et j’y ai mangé un très agréable carpaccio de veau aux tomates séchées, que j’ai accompagné du même méli-mélo de crudités que le dimanche.

Mercredi soir, j’ai fait une Cazuela de mariscos, à savoir une soupe colombienne au poisson et fruits de mer. J’ai remplacé le bouillon de poisson par une boîte de cotriade de la Belle-Îloise et mis un peu moins de crème, et c’était délicieux.

Jeudi soir, j’ai fait en vitesse des pâtes avant d’aller voir West Side Story à Beaulieu.

Vendredi soir, autre soupe colombienne, aux lentilles et chorizo. Une réussite, elle aussi, savoureuse et rapicolante.

Continent asiatique

Sans vraiment que ce soit conscient, j’ai fait cette fois une semaine panasiatique.

Samedi soir, non, pas d’Asie, c’était vraiment de la (très bonne) cuisine française : nous avons essayé la toute nouvelle Brasserie Cocotte. En entrée, nous nous sommes partagés un os à moëlle et un pâté en croûte. Après cette première partie délicieuse et roborative, j’ai pris de l’onglet sauce chimichurri, servi très sympathiquement avec une cocotte de légumes d’hiver. J’ai fini par un sorbet prune à l’alcool de prune en dessert.

Dimanche midi, j’ai fait du riz sauté. Je le fais complètement au pif, mais j’applique une excellente technique que j’ai apprise sur le site Serious Eats : je sépare bien les grains du riz (qui est cuit et froid) à la main dans un grand bol avant de l’ajouter au wok. Ca fait toute la différence, je vous assure ! Cette fois, j’y ai mis des petits pois, des pousses de bambou, du jambon à l’os, des oeufs brouillés et de l’oignon frais, et utilisé de la sauce soja, de la sauce d’anchois coréenne et de l’huile de sésame dans l’assaisonnement.

Dimanche soir, j’ai préparé un korma de légumes, excellent (mais très chronophage), et l’ai servi avec du quinoa (j’essaye de ne pas exagérer sur le riz, étant donné ma tendance à la résistance à l’insuline).

Lundi soir, j’ai simplement sauté du porc haché avec du gingembre et de l’ail, et l’ai assaisonné avec un peu de sauce soja et d’huile de sésame. Du chou chinois sauté aux oignons frais et à la coriandre en accompagnement, et voilà un repas vite fait et excellent.

Mardi soir, c’était la Saint-Valentin, et le Restaurant du Chasseur proposait un menu très intéressant, nous y avons donc mangé. Comme toujours, tout était vraiment délicieux, mais mention spéciale pour le cheesecake, acidulé et très peu sucré, parfait.

Mercredi soir, j’ai grillé des filets de sardine à la plancha, les ai arrosés de vinaigrette au matcha et servis avec une salade verte.

Jeudi soir, j’ai poêlé des tranches de gigot, et les ai présentées avec du petit épeautre et de la salsa aux tomatillos et avocats.

Vendredi soir, j’ai préparé des fèves séchées (je les ai trouvées en Italie, je n’en n’ai jamais vu ici) et des petites saucisses et merguez grillées. Miam !

Une semaine éclectique

J’ai fait feu de tout bois cette semaine, avec du coréen, de l’antillais, de l’italien, de l’indien, bref, un peu de tout pour ensoleiller ce début février endormi.

Samedi soir, j’ai profité d’avoir fait des courses en France, et cuisiné un excellent rougail boudin, bien pimenté, avec des haricots noirs à la coriandre en lieu et place de flageolets, et sans riz.

Dimanche midi, j’ai fait tout simple, un plateau de fromages et des fruits.

Dimanche soir, nous avons fait un très bon repas à la Table de Montreux, un nouveau restaurant italien ouvert depuis deux mois. J’ai commencé par une délectable salade de jeunes pousses d’épinard aux écrevisses, et ai ensuite savouré du poulpe sauce chimichurri servi avec du houmous.

Lundi soir, j’ai concocté une sorte de bibimpap rapide, c’était très bon. Comme légumes, j’ai utilisé des courgettes et du bok choi cuits croquants, c’était parfait

Mardi soir, nous avons mangé avec une amie au Maharajah (un des rares restaurants indiens de Lausanne qui en valent vraiment la peine). Nous avons commandé trois plats et tout partagé : du palak paneer, de l’agneau kashmiri et du poulet sabj (coriandre fraîche, piment vert et lait de coco, une tuerie). Nous avons aussi pris deux naans, un au fromage puis un au piment. Celui au piment était très bon, celui au fromage carrément inoubliable !

Mercredi soir, comme nous allions au spectacle à Morges pour 20h, nous avons pris à l’emporter au Levant to Go (qui est la version take-away du Levant, déjà testé et approuvé). Du houmous, du caviar d’aubergines, du labneh, du tabbouleh, des falafels, des feuilles de vignes farcies, tout était vraiment délicieux. Nous avons mangé tout ça au bar du théâtre tranquillement, juste avant le spectacle (d’habitude nous préférons manger après le spectacle, mais dans nos contrées c’est vraiment difficile de trouver un restaurant disposé à nous accueillir après 21h30, surtout en semaine, malheureusement).

Jeudi soir, nous avons picoré une sorte d’apéro dînatoire qui nous était offert avant le concert de l’OCL à Beaulieu.

Vendredi soir, j’ai préparé des oeufs vapeur coréens et du kimchi frais, c’était facile à faire, léger et excellent !

Avez-vous déjà mangé du cédrat ?

Samedi soir, nous étions quatre à table. En entrée, j’ai proposé un tartare de légumes crus au chèvre frais (fait sans recette). Le plat était un chile verde accompagné de cornbread. En dessert, j’ai refait les mangues au piment que nous avions trouvées si bonnes, mais hélas, les mangues n’étaient pas assez mûres, c’était moins réussi.

Dimanche midi, j’ai fait d’excellentes penne au citron et haricots verts.

Dimanche soir, nous avons mangé au Mirabeau (que nous affectionnons toujours autant, pensez, j’y vais depuis plus de 40 ans, c’est tout dire…). J’ai commencé par 6 huîtres délectables, et poursuivi avec un excellent tartare, pour finir par un dessert (une fois n’est pas coutume) : un colonel.

Lundi soir, j’ai concocté une salade de cédrat pour accompagner du filet de boeuf en cuisson lente. Avez-vous déjà mangé du cédrat ? Moi c’est la première fois, et j’ai été conquise. C’est une salade étonnante, puisque contrairement à tout ce que je connais habituellement des agrumes, on mange la partie blanche (épaisse, entre l’écorce et la pulpe, elle constitue la majeure partie du fruit) du cédrat, qui est très fraîche, douce et fruitée, pas du tout amère, avec un goût légèrement citronné (on met aussi la pulpe, qui est présente en quantité négligeable, mais pas l’écorce, qui donne de l’amertume). C’était vraiment excellent, mais soyez prévenus : j’ai mangé une partie de ce qui restait le lendemain midi, c’était parfait, mais quand j’ai voulu manger le reste le jeudi à midi, elle était devenue assez amère – à ne pas laisser traîner, donc.

Mardi soir, j’ai fait une quiche aux poireaux.

Mercredi soir, j’ai fait d’excellentes patates douces au four. Je retiens tout particulièrement la manière d’apprêter les oignons, vraiment délicieux. Deux entorses à la recette : j’ai pelé les patates douces avant cuisson car c’est une peau qui ne se mange pas et que je n’avais pas envie d’entamer un duel avec ma patate dans mon assiette, et j’ai mixé de la bûche de chèvre dans la sauce. Je les ai accompagnées d’une salade verte.

Jeudi soir, j’ai fait un civet de chevreuil escorté de chou rouge braisé.

Vendredi soir, nous avons mangé avec des amis dans la nouvelle Brasserie Millenium à Crissier. Le bâtiment est totalement futuriste et improbable, la brasserie elle-même est très belle, avec une cave vitrée attenante, des lumières très bien pensées, et en général une décoration en même temps très contemporaine et très chaleureuse. Et nous y avons très bien mangé. Nous avions pris un bon Qoqa, et nous avons d’abord eu un apéritif (très copieux, presque trop !) de charcuterie prises sur le chariot de charcuteries maison.

Ensuite, le menu était le suivant :

En images :

Tout était vraiment délicieux, à la seule exception du suprême de volaille, sec et dur. Mais bon, le reste du repas était si bon que cette petite fausse note fut vite pardonnée, d’autant plus que les champignons étaient absolument exquis.

La cohérence cardiaque, remède à l’insomnie

Enfant, adolescente, jeune femme, je n’ai jamais eu de problème de sommeil. J’étais une bonne dormeuse et j’avais (j’ai toujours, en fait) de gros besoins en sommeil – 8 heures, c’est ce que je vise, avec moins de 7 heures je suis fatiguée, avec moins de 6 heures je suis non seulement super fatiguée mais aussi grincheuse et j’ai tendance à avoir mal à la tête.

Puis, vers la fin de la trentaine, les choses ont changé. J’avais toujours besoin de sommeil, mais j’ai commencé à avoir des insomnies, presque toutes les nuits. Pour la faire courte, j’ai eu recours à l’ostéopathie, à l’acupuncture et à quelques autres méthodes et mon sommeil s’est amélioré – mais pas complètement. Malheureusement, les jours (ou plutôt les nuits) heureux d’un sommeil régulier, profond et sans souci étaient révolus. Je dirais que je dormais bien peut-être 70 % du temps, ce qui n’est pas si mal, mais pas idéal non plus.

Donc, jusqu’à il y a un mois, je ne dormais pas trop mal, mais avec une tendance très irritante à me réveiller très tôt le matin (vers 4 ou 5 heures) et à ne pas me rendormir avant une demi-heure, parfois une heure, parfois pas du tout. J’ai essayé l’huile de CBD, l’homéopathie, l’huile essentielle de lavande… Tout cela m’a un peu aidée, mais pas beaucoup.

Et puis… un jour, je discutais avec un de mes jeunes collègues. Il m’a raconté qu’il avait un mal de dos très douloureux depuis des mois, et que tout ce qu’il avait essayé de faire n’avait pas vraiment marché, jusqu’à ce qu’il entende parler de la cohérence cardiaque et décide de l’essayer.

Pour résumer en quelques mots, la cohérence cardiaque consiste à utiliser une respiration contrôlée pour aider à se détendre et à se concentrer. Elle est basée sur le « principe 365 » : 3 séances par jour, 6 respirations par minute (ce qui signifie que vous inspirez pendant 5 secondes et expirez pendant 5 secondes), 5 minutes par séance.

Ce collègue avait entendu dire que cette méthode pouvait être bénéfique pour la relaxation musculaire, il l’a donc essayée. Et il s’est complètement débarrassé de son mal de dos en une semaine. Il l’a maintenant intégrée dans sa routine quotidienne, et le fait même parfois en marchant.

J’étais intriguée. Je n’avais pas mal au dos, mais j’aime essayer de nouvelles choses et je me suis dit qu’un peu de thérapie par la relaxation ne ferait de mal à personne, n’est-ce pas ? Surtout pour quelqu’un comme moi qui n’a jamais pu méditer (je ne comprends pas ce que je suis censée faire ou ne pas faire avec la méditation, et essayer de méditer me rend encore plus tendue qu’avant…). J’ai donc essayé. Et j’ai adoré le fait que ce soit très simple : pas de « visualisation », pas de « contact avec son moi intérieur », pas de « concentration sur le moment », pas de « vidage de l’esprit » (comment fait-on ça d’ailleurs ?!?), juste de la respiration ! J’ai téléchargé une application sur mon téléphone (qui rend la chose encore plus facile, il suffit de suivre une petite boule de haut en bas avec votre respiration, il y a des tonnes d’applications gratuites pour cela), et je l’ai fait pendant les réunions Zoom principalement (quand je ne devais pas participer activement, évidemment), mais aussi en regardant Netflix.

J’ai fait ça deux fois le premier jour, sans aucune attente de résultat – je voulais juste voir comment je me sentais (bien, vraiment relaxée) et quel impact cela aurait sur moi, s’il y en avait un. Et bien, surprise surprise ! J’ai dormi comme un bébé cette nuit-là, sans me réveiller.

OK, me suis-je dit, c’est intéressant, mais juste une fois, ça ne veut rien dire. J’ai donc continué. La deuxième nuit, je me suis réveillée (pour des raisons très naturelles), mais je ensuite me suis recouchée et me suis rendormie presque immédiatement. Et puis troisième nuit, quatrième nuit… Vous voyez le genre. Cela fait plus d’un mois que j’ai commencé, et je dors maintenant normalement (ce qui signifie soit ne pas me réveiller du tout, soit me réveiller une fois, pour les fameuses raisons naturelles, et me rendormir en quelques minutes) environ 9 nuits sur 10, ce qui est fantastique – je me sens plus reposée que depuis…. oh, je ne sais pas, 20 ans ? Comme vous pouvez l’imaginer, je fais religieusement mes trois séances de cohérence cardiaque par jour (ou du moins, deux si je suis vraiment pressée par le temps), et je ne saurais trop recommander la technique.

La cuisine du congélateur

Etant absents le weekend, nous n’avons pas pu faire le marché, et j’ai décidé de tirer parti de mon congélateur, qui est bien rempli. J’ai fait quelques courses le mardi, qui se sont limitées à trois citrons, de la salade verte, du pain et de la mozzarella – tout le reste était déjà chez moi, c’est vous dire que j’ai des provisions !

Le samedi soir, nous étions donc toujours à Gstaad et avons de nouveau mangé au Leonard’s, comme la veille. Nous avons cette fois pris le menu en trois plats (deux entrées et un plat principal). La première entrée était une très agréable composition de crevettes???. La deuxième entrée était une belle assiette de tagliolinis à la truffe, dignes d’un restaurant piémontais, et le plat principal était du veau aux petits légumes, extrêmement savoureux. Nous étions dans une demi-pénombre très agréable, mais du coup mes photos sont tellement ratées que je n’ose pas les montrer.

Dimanche midi, en rentrant, nous nous sommes arrêtés à Bulle, au Fribourgeois, pour manger une bien crémeuse fondue au vacherin, suivie…. de meringues à la crème (nous nous en sommes partagés une portion, quand même, courageux mais pas téméraires).

Dimanche soir, j’ai fait des casarecce alla grappa, excellents.

Lundi soir, j’ai poêlé des ris de veau et les ai servis avec des haricots verts à l’ail. Dans les restaurants, les ris de veau sont pratiquement toujours servis en sauce (et souvent très bons, d’ailleurs), et je dois dire que j’ai un faible pour les ris de veau juste poêlés au beurre, bien tendres et croustillants à la fois.

Mardi soir, j’ai mangé avec une amie chez El Batàn, qui est un très bon restaurant péruvien. J’ai d’abord choisi un tiradito en entrée, puis un lomo saltado. Leur cuisine est savoureuse avec des goûts très fins, et les portions sont plus que généreuses.

Mercredi soir, j’ai passé des coquilles saint-jacques à la poêle, et l’ai ai accompagnées de fèves à la crème particulièrement réussies.

Jeudi soir, j’ai fait une pizza aux fonds d’artichauts, mozzarella et guanciale en testant une nouvelle recette de pâte à index glycémique bas. Je vous dis tout de suite, la pâte avait assez bon goût, mais n’avait absolument rien à voir avec de la pâte à pizza. En lisant la recette, j’avais imaginé qu’elle ressemblerait plutôt à de la pâte à tarte flambée (fine et croustillante), mais non, elle était toute molle. Bref, bof bof bof. J’ai servi une salade verte en accompagnement.

Vendredi soir, nous avons été au théâtre à Pully, et avons rapidement mangé chez Etna Pizza avant. Cette fois, on a eu de la vraie pizza ! Excellente, d’ailleurs. Nous nous sommes partagés une pizza Norma (aubergines et ricotta salata) et une pizza Etna (mozzarella di bufala, tomates et rucola).