Avez-vous déjà mangé du cédrat ?

Samedi soir, nous étions quatre à table. En entrée, j’ai proposé un tartare de légumes crus au chèvre frais (fait sans recette). Le plat était un chile verde accompagné de cornbread. En dessert, j’ai refait les mangues au piment que nous avions trouvées si bonnes, mais hélas, les mangues n’étaient pas assez mûres, c’était moins réussi.

Dimanche midi, j’ai fait d’excellentes penne au citron et haricots verts.

Dimanche soir, nous avons mangé au Mirabeau (que nous affectionnons toujours autant, pensez, j’y vais depuis plus de 40 ans, c’est tout dire…). J’ai commencé par 6 huîtres délectables, et poursuivi avec un excellent tartare, pour finir par un dessert (une fois n’est pas coutume) : un colonel.

Lundi soir, j’ai concocté une salade de cédrat pour accompagner du filet de boeuf en cuisson lente. Avez-vous déjà mangé du cédrat ? Moi c’est la première fois, et j’ai été conquise. C’est une salade étonnante, puisque contrairement à tout ce que je connais habituellement des agrumes, on mange la partie blanche (épaisse, entre l’écorce et la pulpe, elle constitue la majeure partie du fruit) du cédrat, qui est très fraîche, douce et fruitée, pas du tout amère, avec un goût légèrement citronné (on met aussi la pulpe, qui est présente en quantité négligeable, mais pas l’écorce, qui donne de l’amertume). C’était vraiment excellent, mais soyez prévenus : j’ai mangé une partie de ce qui restait le lendemain midi, c’était parfait, mais quand j’ai voulu manger le reste le jeudi à midi, elle était devenue assez amère – à ne pas laisser traîner, donc.

Mardi soir, j’ai fait une quiche aux poireaux.

Mercredi soir, j’ai fait d’excellentes patates douces au four. Je retiens tout particulièrement la manière d’apprêter les oignons, vraiment délicieux. Deux entorses à la recette : j’ai pelé les patates douces avant cuisson car c’est une peau qui ne se mange pas et que je n’avais pas envie d’entamer un duel avec ma patate dans mon assiette, et j’ai mixé de la bûche de chèvre dans la sauce. Je les ai accompagnées d’une salade verte.

Jeudi soir, j’ai fait un civet de chevreuil escorté de chou rouge braisé.

Vendredi soir, nous avons mangé avec des amis dans la nouvelle Brasserie Millenium à Crissier. Le bâtiment est totalement futuriste et improbable, la brasserie elle-même est très belle, avec une cave vitrée attenante, des lumières très bien pensées, et en général une décoration en même temps très contemporaine et très chaleureuse. Et nous y avons très bien mangé. Nous avions pris un bon Qoqa, et nous avons d’abord eu un apéritif (très copieux, presque trop !) de charcuterie prises sur le chariot de charcuteries maison.

Ensuite, le menu était le suivant :

En images :

Tout était vraiment délicieux, à la seule exception du suprême de volaille, sec et dur. Mais bon, le reste du repas était si bon que cette petite fausse note fut vite pardonnée, d’autant plus que les champignons étaient absolument exquis.

La cuisine du congélateur

Etant absents le weekend, nous n’avons pas pu faire le marché, et j’ai décidé de tirer parti de mon congélateur, qui est bien rempli. J’ai fait quelques courses le mardi, qui se sont limitées à trois citrons, de la salade verte, du pain et de la mozzarella – tout le reste était déjà chez moi, c’est vous dire que j’ai des provisions !

Le samedi soir, nous étions donc toujours à Gstaad et avons de nouveau mangé au Leonard’s, comme la veille. Nous avons cette fois pris le menu en trois plats (deux entrées et un plat principal). La première entrée était une très agréable composition de crevettes???. La deuxième entrée était une belle assiette de tagliolinis à la truffe, dignes d’un restaurant piémontais, et le plat principal était du veau aux petits légumes, extrêmement savoureux. Nous étions dans une demi-pénombre très agréable, mais du coup mes photos sont tellement ratées que je n’ose pas les montrer.

Dimanche midi, en rentrant, nous nous sommes arrêtés à Bulle, au Fribourgeois, pour manger une bien crémeuse fondue au vacherin, suivie…. de meringues à la crème (nous nous en sommes partagés une portion, quand même, courageux mais pas téméraires).

Dimanche soir, j’ai fait des casarecce alla grappa, excellents.

Lundi soir, j’ai poêlé des ris de veau et les ai servis avec des haricots verts à l’ail. Dans les restaurants, les ris de veau sont pratiquement toujours servis en sauce (et souvent très bons, d’ailleurs), et je dois dire que j’ai un faible pour les ris de veau juste poêlés au beurre, bien tendres et croustillants à la fois.

Mardi soir, j’ai mangé avec une amie chez El Batàn, qui est un très bon restaurant péruvien. J’ai d’abord choisi un tiradito en entrée, puis un lomo saltado. Leur cuisine est savoureuse avec des goûts très fins, et les portions sont plus que généreuses.

Mercredi soir, j’ai passé des coquilles saint-jacques à la poêle, et l’ai ai accompagnées de fèves à la crème particulièrement réussies.

Jeudi soir, j’ai fait une pizza aux fonds d’artichauts, mozzarella et guanciale en testant une nouvelle recette de pâte à index glycémique bas. Je vous dis tout de suite, la pâte avait assez bon goût, mais n’avait absolument rien à voir avec de la pâte à pizza. En lisant la recette, j’avais imaginé qu’elle ressemblerait plutôt à de la pâte à tarte flambée (fine et croustillante), mais non, elle était toute molle. Bref, bof bof bof. J’ai servi une salade verte en accompagnement.

Vendredi soir, nous avons été au théâtre à Pully, et avons rapidement mangé chez Etna Pizza avant. Cette fois, on a eu de la vraie pizza ! Excellente, d’ailleurs. Nous nous sommes partagés une pizza Norma (aubergines et ricotta salata) et une pizza Etna (mozzarella di bufala, tomates et rucola).

Un début d’hiver ?

Tiens, on dirait que l’hiver arrive ! De ma fenêtre, je vois ça :

Pas mal, non ?

Mes repas n’ont pas vraiment reflété le brusque refroidissement…

Samedi soir, j’ai rôti des morceaux de secreto de porc à la poêle, et les ai accompagnés d’un excellent houmous de haricots blancs au matcha (ma recette habituelle d’houmous, mais en remplaçant les pois chiches par des haricots blancs et en ajoutant 10gr de matcha) et de salade de chou pointu. Le matcha donne une drôle de couleur au houmous, évidemment…

Dimanche midi, nous avons mangé à Avenches, aux Arcades, des très bons filets de perches meunière (que j’ai demandés avec légumes et salade), précédés de trois huîtres.

Dimanche soir, j’ai fait du butter chicken (très bon, une version rapide très réussie) accompagné d’un délicieux riz indien au chou-fleur.

Lundi soir, j’ai fait « frire » des pilons d’aile de poulet (enduits d’un mélange de sauce soja et de sirop de yacon) à la friteuse sans huile, et les ai servis avec une simple salade verte.

Mardi soir, j’ai mangé avec une amie au Bambou d’Asie, à Vevey. Repas fort agréable, avec en entrée des nems bien croustillants, puis une spécialité maison, du poulet (petit morceaux de poulet avec os, frits) au piment, bien piquant (et que j’ai complètement oublié de photographier), et une simple coupe de litchis bien frais en dessert.

Mercredi soir, j’ai fait une grande salade de verdure, très savoureuse, et un plateau de viande séchées/fumées (comme nous avons une trancheuse, nous achetons la viande en morceaux et la coupons nous-mêmes).

Jeudi soir, j’ai fait une roborative potée aux lentilles (avec carottes, oignon, noix de jambon, saucisson vaudois et lard).

Vendredi soir, nous étions à Gstaad, au Grand Bellevue, et nous avons mangé dans leur restaurant, le Leonard’s. J’ai d’abord choisi une exquise entrée de langoustines et ris de veau, puis une très classique et très bonne sole meunière, cuite entière puis filetée devant moi.

De retour

Deux bons mois d’absence sur ce blog, dus à la flemme (j’avoue), mais aussi à des voyages, à beaucoup d’improvisation en cuisine (ce qui amoindrit l’intérêt de raconter, en tout cas à mon avis), et l’ai-je dit, à la flemme…

Mais me revoici ! Nous sommes en 2023, c’est reparti pour un tour, et je vous narre donc, pour reprendre les bonnes habitudes, la semaine qui vient de s’écouler en cuisine.

Samedi soir, j’ai servi du boeuf sauté aux poireaux, vite fait et vraiment excellent, que j’ai accompagné non pas de riz comme suggéré dans la recette, mais d’un bon pain cocotte complet.

Dimanche midi, j’ai profité d’avoir ramené d’Italie du pain à tramezzini (à savoir, du pain de mie bien tendre et sans croûte) à la farine complète pour faire des tramezzini au guanciale et oeufs durs et des tramezzini aux crevettes, avec une salade verte pour faire bon poids. Repas rigolo, mais franchement, je ne sais pas comment certains américains font pour déjeuner tous les midi de sandwiches, ça va bien une fois de temps en temps, pas plus !

Dimanche soir, j’ai cuisiné un hachis parmentier dans lequel j’ai remplacé la purée de pommes de terre par de la purée d’un mélange patates douces + céleri boule (4/5èmes de céleri, le reste en patates douces, grosso modo). J’avais aussi assaisonné la viande avec du zaatar. C’était parfaitement délicieux. J’utilise des patates douces jaunes (et non oranges), elles sont moins sucrées et bien meilleures à mon goût. On les trouve facilement en Italie, et ici j’ai récemment découvert que bien qu’il soit extrêmement difficile de les trouver en général, mon épicerie asiatique fétiche, Asia Kim Dung, en a toujours, je suis joie !

Lundi soir, j’ai passé des filets de loup de mer sous le grill du four (peau dessus, ils étaient si fins que je n’ai pas eu besoin de les retourner pour les cuire, ils étaient parfaits) et les ai accomnpagnés d’un aïoli et d’une salade de céleri-branche.

Mardi soir, j’ai fait mijoter un ragoût de porc et haricots secs (j’ai utilisé des haricots noirs à la place des rouges) qui était vraiment très réussi, et que j’ai servi avec du riz complet.

Mercredi soir, j’ai mélangé des gros morceaux de patates douces, d’oignons, de poireau et d’artichaut, les ai assaisonnés de gros sel et huile d’olive, puis j’ai mis des tranches de feta dans tout ça, cuit au four, arrosé d’un jus de citron, et voilà, un repas sur la table.

Jeudi soir, j’ai fait dorer des hauts de cuisses de poulet à la poêle et les ai escortés d’une salade d’herbes (sucrines, coriandre, persil plat et avocat).

Vendredi soir, nous sommes allés fêter un anniversaire à l’Auberge de l’Abbaye de Montheron. C’était, comme toujours, délicieux, une cuisine très fine, faussement simple et très légère. Le menu :

Nous avions demandé à ne pas avoir d’endives (l’endive cuite est plus ou moins le seul aliment que je n’arrive pas à manger, et le reste de la famille n’aime pas ça non plus), elles ont donc été remplacées par des cardons. En images :

L’automne arrive à petits pas

Samedi soir, nous avons fait un bon repas au Café du Commerce à Aubonne. J’adore le genre de cuisine (française hyper-classique), j’adore le décor Art Nouveau (rien que pour ça, l’endroit vaut le détour !) et l’accueil sympathique, la seule chose que je regrette c’est que certains plats bien canaille comme la tête de veau ou la langue de boeuf ne se font que sur commande et pour 2 ou 4 personnes, snif. J’ai pris la terrine du chef, absolument sublime, puis une escalope de veau panée très bien faite, servie, à ma demande, avec des légumes (on ne voit que des haricots verts sur la photo, mais il y avait aussi un ramequin de carottes et un autre de choux de Bruxelles).

Dimanche midi, j’ai confectionné des hamburgers en remplaçant les petits pains par des champignons portobello préalablement rôtis au four. Pas mauvais, sans plus.

Dimanche soir, nous avions des invités. En entrée, j’ai servi mon très classique foie gras au sel, accompagné d’un petit mesclun. En plat, j’avais fait de l’agneau de lait au four (au romarin et à l’ail) et des flageolets, et enfin, en dessert, des coings rôtis au four (repassés en dernière minute au grill avec un peu de mascarpone et de sucre).

Lundi soir, j’ai servi des rognons de veau à la crème et à la moutarde, escortés d’une poêlée de girolles et chou pointu (le tout sans recette).

Mardi soir, j’ai fait une recette d’un hors-série de la revue italienne Sale & Pepe, un flan aux aubergines. Je l’ai fait dans un seule moule et non dans des moules individuels. Il était censé être servi froid, nous l’avons mangé chaud, c’est une variante des aubergines à la Parmigiana en fait. Le surlendemain pour mon repas de midi, je l’ai mangé froid, il était aussi très bon.

Mercredi soir, j’ai servi des fusilli mano negra (j’en parle dans cet article).

Jeudi soir, nous avons testé le nouveau restaurant italien du Théâtre de Beaulieu, le Quintino. L’endroit est sympathique, une belle trattoria moderne, le service est très sympathique et efficace, et ce qu’on a dans l’assiette, sans être particulièrement original, est très bon. J’ai pris une friture de poisson légère et savoureuse, demandée et servie avec une salade verte abondante et fraîche.

Vendredi soir, j’ai poêlé des filets de sole meunière et les ai accompagnés de haricots verts au persil.

Des soupes, du gibier

Toutes les recettes de cette semaine, à l’exception de la soupe à la tomate, proviennent du livre Cuisine saveur et vie active, dont j’ai déjà parlé dans mon article précédent.

Samedi soir, nous avons dégusté la chasse à l’Hôtel de France (adresse très « dans son jus » que j’affectionne et dont je parle plus en détails dans cet article). Je prends d’habitude le duo de terrines de gibier, cette fois j’ai voulu essayer le carpaccio de cerf. La viande était exceptionnelle, mais il y avait malheureusement trop d’huile et trop de Parmesan par dessus. C’était quand même bien bon (je n’ai mangé que le tiers des écailles de fromage). J’ai ensuite pris des médaillons de chevreuil sauce morilles absolument exquis, et je n’ai pas pu résister aux raisins à la lie en dessert (mais j’ai découvert que maintenant que je ne mange presque plus de sucre, c’est devenu bien trop sucré à mon goût !).

Dimanche midi, j’ai servi une excellente et veloutée soupe à la tomate (en utilisant de la passata de tomate à la place des tomates pelées en boîte), et du fromage.

Dimanche soir, j’ai grillé des brochettes de poulet thaï et sauté du pak choi (c’était un gros pak choi, de la taille d’une botte de côtes de bettes, et il était bizarrement amer, malheureusement).

Lundi soir, j’ai fait (sans recette) des gros fusilli complets au pesto de pistache (en bocal) et à la burrata, celle-ci donnant une fraîcheur bienvenue au plat.

Mardi soir, j’ai mijoté de la soupe aux poivrons grillés et l’ai accompagnée de coppa.

Mercredi soir, repas au Maharaja (restaurant indien hautement recommandable dont j’ai déjà parlé dans cet article). Nous avons d’abord partagé des pakoras d’aubergine et des ailerons de poulet grillés, puis nous avons partagé du poulet « Murg Irani » et de l’agneau « Gosht Masala ». Nous avons aussi pris un naan à l’ail, une vraie tuerie.

Jeudi soir, j’ai fait du cabillaud à la thaïlandaise (recette du livre cité plus haut, cabillaud en papillote avec des condiments thaï), excellent, et des épinards à la coréenne (c’est tout simple mais délicieux, une recette dans ce genre-là, pour laquelle j’utilise des épinards surgelés).

Vendredi soir, j’ai poêlé des coquilles saint-jacques (j’étais contente de ma cuisson, elles étaient nacrées et fondantes) et les ai servies avec de la salade de chou noir.

A toute vapeur

Cette semaine, j’ai décidé d’exploiter ma marmite à pression électrique (qui fait aussi cuisson lente et plein d’autres trucs, c’est ce que les Américains appellent un Instant Pot, du nom de la marque qui a popularisé ce genre d’appareils). J’ai donc sorti de ma bibliothèque le livre Cuisine à la cocotte minute. Toutes les recettes à la marmite à pression de cet article sont tirées de ce livre.

Samedi soir, nous étions à une fête.

Dimanche midi, nous étions invités chez des amis.

Dimanche soir, j’ai fait un cocido (pot-au-feu espagnol) à la marmite à pression, délicieux. Je n’ai pas trouvé d’oreille de porc demi-sel, je l’ai remplacée par de la queue de porc (non salée) et je n’ai pas mis de talon de jambon.

Lundi soir, j’ai préparé une chorba (soupe tunisienne) à la marmite à pression, excellente.

Mardi soir, j’ai fait des légumes rôtis au four (patates douce, carottes, chou pointu, courge) et les ai servis avec un aïoli maison. J’ai essayé de faire l’aïoli au Bamix, mais rien à faire, je ferais mieux d’abandonner, ma mayonnaise ne fonctionne que quand je la fais à la main, et ça m’énerve de ne pas comprendre pourquoi… Bref, mon aïoli était un peu trop liquide, mais ce n’était pas gênant en l’occurrence. J’étais très contente d’avoir acheté (en Italie) des patates douces jaunes, je les préfère nettement aux patates douces oranges que l’on trouve en Suisse, elles sont moins sucrées et plus fermes. J’aimerais bien en trouver par ici !

Mercredi soir, nous avons mangé à la Pomme de Pin, restaurant historique situé à la Cité (vieille ville de Lausanne, pour celles et ceux qui ne connaissent pas la ville). C’était très classique, rien de transcendant mais très agréable. Nous avons commencé par une petite soupe à la courge, puis une fricassée de champignons. Ensuite, nous avons dégusté des médaillons de cerf avec spätzlis, chou rouge et poire à botzi, et enfin un soufflé glacé au citron très léger et réussi.

Jeudi soir, j’ai fait de la très tendre et très savoureuse joue de boeuf au rosé à la marmite à pression. Je l’ai accompagnée de poireaux rôtis.

Vendredi soir, j’ai mijoté, en utilisant une recette du livre Cuisine saveur et vie active, un excellent curry Sri-Lankais aux oeufs durs (j’ai ajouté des légumes à la recette : poivrons et poireaux, et remplacé les pommes de terre par des patates douces), que j’ai servi avec du riz noir.

De retour de Gavi

Samedi soir, nous avons profité du restaurant de la Locanda La Raia (où nous résidions pour le weekend, tout près de Gavi, dans la partie du Piémont attenante à la Ligurie). Ce fut un très bon repas de cuisine traditionnelle locale modernisée. J’ai débuté par une assiette de sublime testa in cassetta (spécialité de Gavi, une sorte de jambon persillé aromatisé aux épices et coupé très fin), après quoi j’ai succombé à mon péché mignon, le tartare piémontais, ici agrémenté de bolets et de ricotta. J’ai fini par des très classiques et délicieux ravioli dell plin.

Dimanche midi, sur le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés à Alessandria et avons déjeuné à la Trattoria La Piola (après avoir téléphoné vers 11h, ce qui était une très bonne idée, c’était archi-complet, pas de place avant 13h30 – il ne faut jamais oublier que le dimanche midi est un repas que les italiens aiment consommer au restaurant). J’ai d’abord pris un tartare piémontais (eh oui, comme la veille, quand on aime on ne compte pas…), puis, puisque c’est la saison et que j’adore ça, des gros bolets rôtis.

Nous avons fait nos courses de la semaine à Aoste en rentrant, et j’ai donc improvisé toute la semaine, en fonction de ce que j’avais acheté. Peu de recettes, beaucoup de cuisine à l’iinstinct, donc.

Dimanche soir, j’ai cuisiné des gros champignons portobello farcis à l’ail et au persil et rôtis au four et les ai servis avec une burrata.

Lundi soir, j’ai fait un très décevant sauté de filet de boeuf à la sauce d’huître et au pak choi (avec une recette, mais du coup je ne mets pas de lien vers elle).

Mardi soir, j’ai improvisé un rôti de veau en cocotte aux épices pour fajitas (si si !), servi avec des petits poivrons verts poêlés.

Mercredi soir, j’ai fait des fusilli (complets, marque Molisana, pas mauvais mais moins bons que les Barilla complets) avec une sauce artichaut-cancoillotte, surprenante mais très bonne.

Jeudi soir, après le théâtre, nous avons été manger au Broadway Avenue. Ils servent à manger jusqu’à 23h30, c’est raisonnablement bon, et l’accueil est toujours très sympathique. J’ai mangé des gambas à l’ail sans histoire, malheureusement servies avec des frites (que je n’ai pas mangées).

Vendredi soir, après un concert, nous avons tenté le Flon, repaire de la vie nocturne lausannoise. Je voulais aller à l’Officine, mais la musique était si forte que nous avons renoncé. Nous avons finalement mangé au Istanbul Grill & More. La nourriture était assez bonne, mais l’endroit est si négligé (table collante – nettoyée à notre demande, détritus par terre – serviettes usagées, bouts de nourriture, couverts…) que je n’ai aucune envie d’y retourner. J’ai pris un Iskender Shawarma, pas mal (mais lui aussi avec frites, il faut vraiment que je m’habitue à demander à l’avance un changement de garniture).

Conclusion : c’est vraiment difficile de bien manger à Lausanne, dans un endroit agréable, après 22 heures. Il y a là un créneau à occuper, à mon avis !

Mauvais temps, c’est une bonne nouvelle

Je fais partie de ces personnes bizarres dont le temps qu’il fait n’influence pas l’humeur. S’il fait beau, j’apprécie, bien sûr, mais s’il fait mauvais, ce n’est pas grave, c’est juste une bonne raison pour boire du thé bien chaud, regarder un bon film et penser à des recettes réconfortantes… De plus, nous avons tant manqué de pluie cette année que les précipitations de cette semaine m’ont plutôt soulagée !

Samedi soir, nous avons fait un mémorable repas au restaurant qui est dans l’Hôtel de Ville d’Avenches, le Ô33. La formule est simple : repas dégustation, avec un nombre de plats au choix. Nous avions un bon Qoqa pour le menu complet ! Et ce fut délicieux : une cuisine inventive, légère, pleine de goût, qui sait jouer sur les textures et les contrastes, bref, dommage qu’Avenches ne soit pas la porte à côté…

Voici le menu :

Et en images :

Dimanche midi, nous avons mangé une bonne raclette chez des amis.

Dimanche soir, j’ai fait de la salade d’oeufs durs et de la salade de betteraves à la crème acidulée, sympathique alliance, et assez léger après le repas de midi bien nourrissant.

Lundi soir, j’ai réchauffé au four la généreuse portion de choucroute garnie achetée dans une boucherie Alsacienne le weekend précédent. Elle était excellente (et il en est resté pour un repas de midi…) :

Mardi soir, nous sommes allés au théâtre à Montreux, après quoi nous avons mangé dans un restaurant qui reste une valeur sûre, La Rouvenaz. J’ai pris une peverada, à savoir une soupe de poisson, calamar, moules, coques et crevettes très réussie.

Mercredi soir, nous nous étions inscrits à un repas-dégustation au Débarcadère organisé par l’Enoteca Capponi (qui propose d’excellent vins italiens, ainsi que de la truffe blanche en saison). Nous avons bien mangé, sauf le plat principal un peu banal et plat :

Jeudi soir, j’ai fait (sans recette) une soupe de poireau et potimarron aux lardons. Très agréable quand il fait froid et humide.

Vendredi soir… Eh bien nous voilà repartis en weekend ! Quand nous l’avons organisé, je ne me suis pas rendu compte que c’était si proche de notre tour en Alsace, mais bon, je ne me plains pas plus que ça, le Piémont est si beau… Cette fois, nous sommes allés près de Gavi. Nous avions un bon Qoqa pour deux nuits et un repas à la Locanda La Raia, et le vendredi soir nous avons mangé aux Cantine del Gavi, dans le centre historique de Gavi.

Ce fut un repas mémorable ! Cuisine à la fois traditionnelle et innovante, une pure merveille. Si ce n’était pas si loin, j’y retournerais de toute urgence !

Nous avons fait une petite folie et bu un Barolo Borgogno 1961 avec ce fantastique repas :

Un avant-goût d’automne

Je ne vous parle pas ici de la semaine passée : j’étais dans la Loire, et je vous concocte pour tout bientôt un article « restaurants dans la Loire » de derrière les fagots. Non, cet article-ci parle de la semaine avant mon départ.

Ca y est, les matins sont frais, les nuits aussi (ce qui est fort bienvenu !), il pleut un peu (pas assez), on sent l’été partir.

Samedi soir, j’ai fait griller des tranches de veau et de lard marinés et les ai accompagnés de borlottis frais à la sauge.

Dimanche midi, nous avons mangé, après une petite marche de santé, au Restaurant des Pléïades. Nous nous sommes d’abord partagé une planchette de charcuteries et fromage, puis une fondue (la première de la saison ! A cette altitude et par temps couvert, il faisait assez frais pour ça). Enfin, j’ai dégusté, une fois n’est pas coutume, une tarte à la crème.

Dimanche soir, j’ai servi (à l’Américaine !) un BLT, à savoir un sandwich grillé bacon-laitue-tomate. J’avais du pain à tramezzini à la farine bise, j’ai utilisé cette recette, c’était délicieux. Je l’ai accompagné de salade verte.

Lundi soir, j’ai servi des spaghetti au pesto basilic-menthe (exactement la même recette qu’un pesto traditionnel, mais on remplace la moitié du basilic par de la menthe fraîche).

Mardi soir, j’ai cuisiné coréen : du dwaeji bulgogi, accompagné de riz complet et de courgettes poêlées.

Mercredi soir, ayant préparé un grand bol de tomates confites (je décris le processus dans cet article – il en reste, ça se garde bien au frigo), j’ai fait des spaghettis aux tomates confites.

Jeudi soir, après avoir profité des nocturnes du MCBA pour visiter l’exposition sur les Trains, nous avons mangé avec un ami au Nandanam. C’était, comme toujours, délicieux, service adorable, terrasse bucolique, bref, une très chouette soirée. Après un cocktail (Nandanam Signature pour moi, au gingembre, une tuerie), nous avons d’abord partagé un chilli calamari et une salade d’avocat et mangue, puis j’ai pris le cabillaud en feuille de bananier.

Vendredi soir, j’ai fait des oeufs brouillés aux tomates à la chinoise, avec du riz. Recette surprenante, très « cuisine familiale chinoise » semblerait-il, super-simple et délicieuse !