Repas de canicule et balade en Suisse Allemande

Les deux semaines qui viennent de s’écouler ont été entrecoupées par une jolie promenade outre Sarine, à Stein-am-Rhein, Schaffouse et Berne. Voici donc un article en deux parties, la cuisine ménagère et les restaurants.

Cuisine de canicule

Je ne vais mentionner ici que les repas intéressants, je ne pense pas que les plats basiques genre jambon cru/melon et merguez/salade verte soient particulièrement fascinants.

cof

cof

2018-07-31 19.45.26.jpg

  • Une tomate-mozzarella revisitée en intercalant les tranches de tomate avec des petites tranches fines de pastèque, c’est une version singulièrement sympathique

2018-08-06 19.43.21.jpg

2018-07-30 20.10.32.jpg

Les restaurants de nos vacances

Rheinfels, Stein-am-Rhein
Belle auberge sur le Rhin (j’ai juste aperçu l’intérieur, tout beau bois ancien) avec une agréable terrasse sous tente, rafraîchie par des brumisateurs. Cuisine très classique, bien faite. J’ai pris une friture de poissons locaux (petite portion)

cof

et nous avons ensuite partagé une glace capuccino à la mousse Bailey’s (désolée pour les couleurs bizarres des photos, la toile de tente était jaune, que voulez-vous…)

cof

Sommerlust, Schaffhouse
Restaurant légèrement excentré, qui propose une cuisine raffinée très savoureuse, sur une belle terrasse arborisée. En entrée, j’ai pris un petit steak tartare, servi avec un jaune d’oeuf parfait et une sublime glace à la moutarde

cof

Puis, en plat principal, un steak de porc Pata Negra, escorté de boulgour, oignons verts et sauce chimichurri, excellent. Mon seul petit reproche porte sur une presqu’absence de légumes.

cof

Gasthaus Adler, Schaffhouse
Une bonne brasserie bien classique, avec une belle terrasse-jardin enclose et une cuisine simple, roborative et très bien faite. J’ai pris un cocktail de crevettes, puis une escalope de porc panée accompagnée de salade et frites.

2018-08-02 20.35.08.jpg

Café Vordergasse, Schaffhouse
En plein centre, une jolie terrasse dans une rue piétonne, cuisine sans prétention mais bonne avec des produits de première fraîcheur, à base de soupes, salades et tartines, parfait pour un déjeuner d’été ! J’ai pris une tartine au fromage fumé accompagnée d’une salade grecque.

Witschi’s, Unterengstringen
Sur le chemin des écoliers entre Schaffhouse et Berne, une belle auberge qui sert une superbe cuisine française, trouvée par hasard. Le seul point noir est le prix, c’est quand même très cher !
J’ai pris une somptueuse sole meunière, servie avec des pommes de terre vapeur (criant manque de verdure, malheureusement – pour le prix, j’aurais bien aimé des légumes aussi)

Wein&Sein, Berne
Le gros coup de coeur de ce petit voyage. Joli restaurant dans la vieille ville, avec, le soir, la terrasse dans la rue qui est piétonne (j’adore !). Il n’y a qu’un seul menu, composé de 3 à 7 plats selon les envies (on choisit les plats qu’on veut, sans obligation de prendre le dessert, ce qui me ravit, et les quantités des plats sont ajustées selon le nombre, intelligemment). Et quelle cuisine ! Fine, innovante, savoureuse, une merveille.
J’ai pris la version 5 plats, précédée par des amuses-bouches

Puis une salade de betteraves et framboises au raifort, surmontée d’un sorbet à la betterave à se relever la nuit

cof

Puis une version raffinée de tomates-mozzarella-basilic, avec en partie des tomates confites et une mousse de mozzarella

cof

Ensuite, du chou-fleur rôti avec une sauce hollandaise et des graines de chènevis bien craquantes

cof

Et en plat, du veau en deux cuissons (filet, rosé, et probablement tendron, confit et fondant) avec une petite mousse d’aubergines et du blé noir

cof

Et j’ai terminé le repas avec une superbe assiette de fromages

cof

Restaurant Essort, Berne

Une belle adresse dans le quartier des ambassades, très résidentiel, avec une jolie terrasse en arrière-cour d’immeuble.

En entrée, j’ai choisi un tartare de langoustines aux crustacés, très étonnant et goûteux

cof

En plat, j’ai pris leur grande spécialité, le “Dry aged New York Strip Steak” (steak rassis, une coupe US particulière), servi avec des épinards à la crème, des pommes allumettes et un beurre au vin rouge très savoureux

mde

Brasserie Bärengraben, Berne
Une valeur sûre juste en face de la fameuse fosse aux ours, qui propose une cuisine franco-suisse classique de belle facture. Nous y avions déjà mangé il y a quelques années, c’était délicieux, ça l’est toujours. J’ai pris le plat du jour, un pot-au-feu excellent servi avec moutarde et vinaigrette à l’oignon (et précédé de son bouillon à la moelle)

 

 

Promenade au Liban

Cette semaine, j’ai décidé d’utiliser le livre de Salma Hage dont j’avais déjà tiré une recette la semaine passée, “La cuisine libanaise“. Presque tous mes repas sont donc libanais, ce qui va très bien avec la canicule qui règne ici actuellement.

Samedi soir, nous avons fêté l’anniversaire d’un ami en mangeant un somptueux repas au Domaine de Châteauvieux. Nous n’y étions pas retournés depuis longtemps, c’est un tort ! Nous avons pris le menu surprise. Voici les amuses-bouches :

Première entrée “Tomates Ô tomates, mousse mozzarella et tuile de pain, sorbet basilic” (une tuerie, ce sorbet) :

cof

Deuxième entrée, “Médaillons de homard bleu de Bretagne sur lit de quinoa” (cuisson parfaite du homard, à se relever la nuit) :

cof

Poisson, “Grosse sole rôtie meunière, nage de calamars au safran” :

Viande, “Agneau en cinq façons” (et oui c’est une merguez, mais des merguez comme celle-là vous n’en mangerez pas souvent…) :

Les fromages :

cof

Premier dessert (très frais, j’ai adoré) “Pavlova rhubarbe, brunoise et sorbet fraise parfumé à l’hibiscus” :

cof

Deuxième dessert, tartelettes aux abricots (j’y ai à peine touché je l’avoue), puis mignardises :

Dimanche midi, j’ai dérogé au thème et fait des toutes bêtes penne tomate crue/basilic/mozzarella :

cof

Dimanche soir, avec des invités, j’ai d’abord servi du caviar d’aubergine et du houmous (mais j’ai utilisé mes recettes, qui sont roumaines et non libanaises) avec du pain au zaatar, puis du fatteh d’agneau aux épinards (avec du riz aux vermicelles) et enfin de la glace aux pistaches (le tout tiré du livre De S. Hage). Tout était très bon, avec mention spéciale à l’agneau et à la glace. C’était d’ailleurs très intéressant pour moi qui déteste la glace à la pistache du commerce (dont j’estime qu’elle n’a pas du tout un goût de pistache mais plutôt un goût se rapprochant de l’amande amère) et qui adore les pistaches, elle avait vraiment le bon goût de pistache.

Lundi soir, j’ai aussi dérogé au thème mais ne suis pas allée très loin puisque j’ai fait une salade arménienne au boulgour. Je l’ai servie avec du labneh au zaatar et de la saucisse sèche bulgare :

Mardi soir, j’ai fait du poulet sauce basilic (du livre) et une simple salade de tomates assaisonnée de citron vert (sans huile) et d’une pointe de vanille.

Mercredi soir, j’ai fait des kebbeh d’agneau grillés et une salade de pastèque au labneh (toujours du livre) :

Jeudi soir, j’ai fait des cailles semi-désossées marinées au sumac (du livre) avec une salade verte assaisonnée à l’huile d’argan :

Vendredi soir, j’ai d’abord servi du melon et jambon cru, puis un tartare de boeuf (version du livre “Gourmande et Pressée”, j’en parle dans cet article) avec une belle salade (je suis une grande amatrice de salade verte, vous l’aurez deviné).

Je vous raconte des salades (et des pizzas)

Samedi soir, nous avons mangé, pour la deuxième fois, chez Pedro, qui est un hôte portugais de Surfing Dinner (si vous voulez savoir ce que c’est et comment était le premier repas, je l’ai raconté dans cet article) qui proposait un repas d’été portugais. C’était frais et délicieux. En entrée, Pedro nous a servi du melon avec du jambon cru assaisonné d’une réduction de Porto, puis, en plat, un trio de salades : salade de pois chiches et morue, salade de poulpe, salade de haricots à oeil noir au thon. Le dessert était du “Pão-de-lo de ovar”, un délicieux gâteau aux oeufs.

Dimanche midi, toute la famille réunie, j’ai d’abord servi des tartelettes aux tomates confites, puis du poulet en crapaudine au grill accompagné de sauce chimichurri (celle que j’avais faite jeudi, il en restait une tonne !) et de tranches d’aubergines au grill, puis un dessert tout à fait raté (pas mauvais mais consistance très liquide et granuleuse), du yaourt à la libanaise (en provenance de ce livre, qui pourtant est une valeur sûre d’habitude).

cof

Dimanche soir, j’ai fait des piadines farcies de burrata, mortadelle, tomates et roquette – simple et divin (la cuisine du produit, comme on dit en Italie !).

cof

Lundi soir, j’ai fait une salade de lentilles, tomates, jambon, oignons frais et basilic avec une sauce mixée à l’avocat (impro totale).

cof

Mardi soir, nous avons mangé avec des amis à l’Oasis, à Villeneuve. Soirée superbe et sympathique, sur le ponton aménagé en terrasse du restaurant, par un temps parfait.

J’ai pris les filets de perche aux amandes sauce au Noilly-Prat, servis avec des frites, puis mon homme et moi avons partagé une coupe glacée caramélita.

cof

Mercredi soir, j’ai fait du poulet kao man gai, et en dessert un flan pâtissier (dessert de pâtisserie française, toute mon enfance, j’adorais ça, et j’ai découvert que c’était très simple à faire).

Jeudi soir, j’ai fait une pizza “à la romaine”, type de pizza dont j’ai récemment découvert l’existence en lisant le numéro de juin du magazine italien Sale & Pepe et qui est bien expliquée dans cet article. J’ai fait une des recettes indiquées dans le magazine, pâte faite la veille avec très peu de levure et gardée dans un récipient hermétique pendant 24h au frigo (et qui a très bien levé, à mon grand soulagement, j’avais des gros doutes), puis étalée (pas assez fin, je saurai pour la prochaine fois), cuite et garnie après cuisson d’une crème de courgettes, de fleurs de courgettes tranchées, d’oignon frais en tranches, de tranches de pommes de terre préalablement cuites et de guanciale. La pâte est vraiment délicieuse, je recommencerai certainement l’expérience en variant la garniture, qui était un peu fade.

cof

Vendredi soir, j’ai fait une salade de quinoa aux crevettes sauce chimichurri (ce qui a fini le reste de sauce, parfait !), escortée d’une salade verte.

cof

Le joli mois de juillet

Samedi soir, nous avons mangé au Jasmin. C’était très bon (j’ai déjà parlé du Jasmin ici et ) et la cuisine vietnamienne est vraiment bien adaptée à la période chaude. J’ai d’abord pris une salade de boeuf au citron vert et aux herbes, puis du porc grillé au galanga et safran servi avec galettes de riz, herbes etc. pour en faire des rouleaux.

Dimanche midi, j’ai fait des tomates crues farcies au fromage de chèvre frais et aux herbes. Avec quelques rondelles d’un excellent saucisson italien au fenouil, c’était parfait.

Dimanche soir, nous avions invité des amis à la maison. En entrée, j’ai fait une salade pastèque/melon/feta/menthe très fraîche. En plat, j’ai servi un gigot d’agneau laqué grillé du livre Fusion Food Cookbook, très savoureux, et une belle salade verte et avocat assaisonnée à l’huile d’argan. Pour clôturer le repas, j’avais préparé des panna cotta au basilic exquises (sans la sauce au chocolat, que je trouve peu appropriée en l’occurrence).

cof

Lundi soir, j’ai mijoté des tripes à la vénitienne (sans tomates) escortées de pommes de terre en robe des champs.

cof

Mardi soir, j’ai mangé d’excellents sushis (aux oursins, au maquereau, au thon gras et poireaux, au thon épicé, à l’omelette japonaise, au saumon) au Bambou à Pully. J’ai complètement oublié de sortir mon appareil photo malheureusement.

Mercredi soir, j’ai fait (sans recette) de la morue aux oignons et aux tomates, accompagnée de polenta de la Valtelline (qui est mixte maïs/sarrasin).

cof

Jeudi soir, j’ai grillé un rognon de veau au four et l’ai accompagné de polenta poêlée (j’en avais fait une grande quantité la veille, et coulé une partie sur une plaque exprès pour pouvoir la poêler le lendemain) et d’une excellente sauce chimichurri (dans laquelle j’avais remplacé la moitié du persil par de la coriandre) :

Vendredi soir, nous avons testé le buffet du vendredi d’un traiteur qui ne fait, hormis ce buffet, que des événements privés, le Rhino Féroce. La terrasse est superbe, le vin était bon, les tapas agréables.

Comme en Italie

En écrivant cet article, je me suis rendue compte que cette semaine, je n’ai fait que de la cuisine italienne, sauf mardi (et mercredi, sauf qu’on ne peut pas appeler ça de la cuisine…) !

Samedi soir, nous étions invités chez des amis.

Dimanche midi, c’est nous qui avions des invités. En entrée, j’ai proposé une très fraîche composition de stracciatella, melon et jambon cru :

En plat, j’ai fait de moelleuses et savoureuses lasagnes d’été aux épinards, poivrons, tomates, jambon cru et scamorza fumée (recette du magazine Sale & Pepe de juillet) :

cof

Et en dessert, des jolies portions de tarte aux fraises sans cuisson (qui est une sorte de cheesecake en fait, et que j’ai fait avec des framboises à la place des fraises car ces dernières étaient mystérieusement absentes des étals du marché) :

cof

Dimanche soir, j’ai servi un plat de charcuterie et une grande salade de pousses d’épinards, framboises, chèvre sec et asperges vertes.

Lundi soir, j’ai cuit des exquis raviolis à la farce ricotta et menthe ramenés d’Italie, et les ai présentés avec une “sauce” improvisée à base de julienne de légumes crus (carottes, céleri-branche et oignon frais), chèvre frais et un reste de guacamole.

Mardi soir, j’ai tenté une recette dominicaine à base de plantains et de crevettes, le camarofongo, et c’était très bon (mais mon Bamix n’a pas aimé la purée de plantain, qui est très compacte, le moteur a tenu sans problème mais je ne peux plus enfoncer les couteaux correctement jusqu’au fond, il est donc parti à l’atelier, snif) :

cof

Mercredi soir, seule et abandonnée, j’ai mangé du jambon cuit et des tomates cerises. Je sais, c’est mauvais pour ma réputation… 😉

Jeudi soir, nous avons profité d’une soirée de cuisine des Pouilles au restaurant Leonardo, organisée par Alfavin et donc bien arrosée avec les vins de la maison Taurino. Nous avons trouvé la cuisine bonne, mais pas exceptionnelle. En entrée, on nous a servi un très agréable carpaccio de loup de mer, burrata et agrumes, puis des bonnes orecchiette aux cime di rapa et saucisse. En plat, le gigot d’agneau au negroamaro était clairement trop cuit et un peu dur. L’assiette de fromage par laquelle j’ai remplacé le dessert était agréable.

Vendredi soir, j’ai fait dans la simplicité avec une salade de roquette et une salade aux haricots blancs, thon, oignons frais et basilic.

cof

Piémont, etc.

Samedi soir, nous avons fait un délicieux repas chez Pane e Vino à Cherasco. En entrée, nous nous sommes partagés une entrée “Veau piémontais”, à savoir un quatuor composé de veau salé avec sauce au fromage, vitello tonnato, carne cruda, et saucisse crue, et des tajarin à la carbonara d’asperges :

En plat, j’ai pris des côtelettes d’agneau panées frites servies avec des beignets de semoule et des asperges :

cof

Tant la cuisine que l’atmosphère (patron adorable, service itou, belle terrasse enclose) nouds ont enthousiasmés.

Dimanche midi, nous avons mangé à la Rosa Rossa, toujours à Cherasco. En entrée, j’ai pris une divine salade de bolets crus :

cof

Et en plat de la cervelle de veau aux morilles, à tomber :

cof

Là aussi, la patronne souriante et cordiale, d’une gentillesse extrême, et la salle très “vintage” et sympathique accompagnaient magnifiquement une cuisine excellente.

Le soir, nous n’avions presque pas faim étant donné les agapes du weekend, nous avons donc sobrement dîné d’un peu de fromage et de pain à la maison.

Lundi soir, ayant ramené de la viande du Piémont (ils élèvent la Fassona, qui donne une viande sublime), j’ai fait de la carne cruda, que j’ai accompagnée d’épinards cuits froids à l’italienne (huile et citron) et d’une salade de roquette :

Mardi soir, j’ai testé la saucisse de Cherasco au Barolo. Ma recherche internet m’ayant appris qu’elle pouvait se manger crue ou cuite, j’ai fait les deux. Je l’ai préférée crue, mon homme a aimé les deux, notre fils l’a préférée cuite ! Je l’ai servie avec des épinards cuits froids à la libanaise (huile d’olive, mélasse de grenade et oignons frits) et des légumes grillés froids (assaisonnés vinaigre balsamique et huile d’olive à l’ail et au thym) :

J’a pris ces photos avec une application de tranformation que j’aime beaucoup, Paper Camera. Qu’en pensez-vous ?

Mercredi soir, nous avons mangé de la bonne cuisine italienne très classique au restaurant Sibò, un repas organisé par l’Enoteca Capponi, menu fixe et accord mets-vins. Nous avons d’abord eu de la burrata en pâte filo, puis des mezzelune farce crevettes et ricotta, puis des suprêmes de pintade aux chanterelles, et enfin un carpaccio d’ananas :

Là aussi, j’ai utilisé Paper Camera (avec un réglage différent).

Jeudi soir, m’étant malencontreusement bloqué le dos le matin, pas question de sortir ou de cuisiner. Mon homme a été chercher des plats chez Xu. Agneau au cumin, raviolis grillés, aubergine au soja, travers de porc, tout était délicieux comme d’hab’ (et je n’ai rien photographié, j’avais déjà du mal à rester assise à table, je n’y ai donc même pas pensé).

Vendredi soir, j’ai fait des simples piadine farcies crescenza, jambon cru, guacamole et tomates. C’est un peu le degré zéro de la cuisine (ce qui tombait franchement bien vu mon dos…), mais c’est délicieux.

Sous le soleil exactement…

Toute l’eau de la semaine passée a (enfin) cédé la place à un beau soleil bien brillant. Ceci dit, ces pluies diluviennes ont beaucoup plu à mes plants de basilic, j’ai donc compris qu’ils adoraient l’eau, depuis j’arrose, j’arrose, et ils vont très bien !

Samedi soir, j’ai profité des dernières asperges (leur saison est finie, snif…) pour faire un risotto aux asperges (sans recette, et sans précuire les asperges), c’était bien bon (j’ai poêlé les pointes à part) :

cof

Dimanche midi, nous étions invités.

Dimanche soir, j’ai fait une fondue moitié-moitié – je sais, c’est le printemps (l’été, même !), pas la saison de la fondue, mais c’est si bon…

Lundi soir, j’ai fait une salade de César au poulet et aux tomates séchées (recette tirée du livre The Little San Francisco Cookbook).

Mardi soir, j’ai fait des farfalle alla Norma (recette sicilienne classique, sauce tomate, tranches d’aubergine poêlées et ricotta salata, j’ai fait sans recette, avec mon “truc” habituel de précuire les aubergines à la vapeur avant de les poêler).

Mercredi soir, nous avons mangé avec des amis chez Loïc (celui de l’avenue de Cour), restaurant hélvético-péruvien (en fait, il y a de tout : pizzas, kébabs même, mais c’est pour la carte péruvienne qu’il faut venir). En entrée, j’ai pris du leche de tigre (qui est une sorte de soupe froide faite avec le liquide qui reste après avoir fait le ceviche), délicieux (derrière., vous apercevez les anticuchos de corazon d’une autre convive !) :

cof

En plat, j’ai pris un trio marin très réussi (mais j’aurais apprécié une vraie salade verte en accompagnement) composé de poulpe frit, ceviche, et causa :

cof

Jeudi soir, j’ai fait une salade de pommes de terre aux oignons rouges, chorizo et roquette, sans recette, très savoureuse :

cof

Vendredi, nous sommes partis nous faire un petit weekend dans le Piémont, à côté de Bra. Vendredi soir, nous avons donc mangé un bon repas (cuisine piémontaise classique) au restaurant Carpe Noctem et Diem, à Pollenzo, sur une terrasse couverte très agréable. Nous avons d’abord partagé un vitello tonnato et une carne cruda :

 

Puis des ravioli del plin à la viande et des tajarin à la sauge :

Et j’ai fini par une panna cotta :

mde