Des sorties, et quelques repas maison

Cette semaine, nous sommes beaucoup sortis, il va falloir que je rattrape un sérieux retard de sommeil…

Samedi soir, nous étions miraculeusement à la maison. J’ai fait une tajine de porc à la sauge, à laquelle j’ai adjoint des fonds d’artichaut (surgelés), et que j’ai trouvé particulièrement savoureuse.

Dimanche midi, j’ai concocté une soupe de poulet au tapioca et à la coriandre (recette déchirée dans un vieux Elle à Table et introuvable online) – là aussi je l’ai enrichie en légumes, cette fois avec des bok choi grossièrement hachés et ajoutés peu après les lanières de poulet.

Dimanche soir, j’ai fait une fondue au vacherin – et j’ai enfin compris pourquoi parfois elle devenait grumeleuse ! En fait, c’est le signe d’un simple manque d’eau (je vous rappelle que la fondue pur vacherin se fait à l’eau, pas au vin), ce qui est facilement remédiable. Alléluia !

Lundi soir, j’étais seule à la maison et j’ai soupé d’un avocat et d’un œuf dur mayonnaise – un repas de flemmarde que j’adore.

Mardi soir, première sortie : nous allions à Morges au théâtre avec des amis, et avons cherché un restaurant dans les parages qui accepte de nous servir à 22h. Du coup, nous avons découvert une petite perle : l’Auberge de l’Union, à Saint-Prex. Nous avons été accueillis avec le sourire et une grande gentillesse, on nous a installés, pris la commande d’apéritifs, puis, quand on nous les a servis, des plats, en nous précisant bien de prendre notre temps pour manger, pas besoin de se presser. De plus, c’est absolument délicieux ! Nous nous sommes partagé une portion de terrine de foie gras aux figues et Porto, que j’ai fait suivre d’une belle assiette d’omble chevalier sauce chasselas, servi avec une excellente écrasée de pommes de terre aux herbes et avec des petits légumes.

Mercredi soir, deuxième sortie : j’avais été invitée (grâce à ce blog je crois) à la soirée d’inauguration du marché de Noël de Lausanne, Bô Noël. Il faut savoir que, depuis cinq ans qu’il existe, Bô Noël prend de plus en plus d’ampleur, jusqu’à être inclus dans le top 5 des marchés de Noël d’Europe par je ne sais plus quelle revue britannique. Il est aussi couplé avec le festival Lausanne Lumières, qui orne notre ville de sculptures et animations lumineuses souvent très réussies. La soirée a commencé au Coeurnotzet, bar installé sous les voûtes du Grand-Pont. Nous étions à l’étage, ce qui donne une vue inédite sur les arches du pont, ainsi que sur la place Centrale. De plus, c’est très joliment aménagé, avec un bar bien sûr, des fauteuils et tables éparpillés, des braseros, et au beau milieu de tout ça, l’arbre qui pousse à cet endroit-là et auquel on a aménagé un passage dans le plancher. Mes photos sont hélas peu nombreuses et très pourries, mon téléphone disposant d’un appareil photo qui est excellent de jour et épouvantable de nuit (mais c’est mieux en noir et blanc, ce qui explique ce que vous voyez ci-dessous).

Nous avons ensuite eu droit à une visite commentée des installations de Lausanne Lumières, et je dois dire que mon gros coup de cœur va à l’illumination du portail nord de la Cathédrale, que je vous invite à ne pas rater, et qui d’une part met en valeur tous les détails des sculptures de ce portail, et d’autre part crée une image magique, qui m’a fait penser aux ravissantes crèches peintes d’Amérique du Sud, en version immense. A savoir : ce type de visite guidée est proposé gratuitement tous les jeudis soirs de novembre et décembre, à 19h (départ sur la place Centrale), et c’est vraiment à faire (durée : une heure environ).

Enfin, nous avons pu déguster une belle planchette de charcuteries puis une excellente fondue moitié moitié au restaurant éphémère 2020, sis sur la Terrasse Bel-Air (et qui sera ouvert non seulement pendant toute la durée de Bô Noël, mais aussi après, pour les JOJ 2020). Bref, une belle soirée !

Jeudi soir, troisième sortie : nous nous étions inscrits à la soirée des 35 ans du CAVE, qui avait lieu au Beau-Rivage à Genève. Le menu était le suivant :

Je dois dire que la qualité de la cuisine était impressionnante, surtout si l’on pense que c’était servi à 180 personnes. Cuissons parfaites, goûts frais et subtils, et même moi qui suis tout sauf un bec sucré j’ai adoré le dessert ! Et il faut absolument que j’apprenne à faire des olives confites, c’est une tuerie. Quant aux vins, ils étaient dignes de la sélection du CAVE, qui est toujours parfaite.

Vendredi soir, ouf, un soir à la maison, j’ai fait des bêtes steaks frottés aux épices créoles et accompagnés d’une salade verte.

Viva Italia !

Samedi soir, nous avons été avec des amis manger à l’Hôtel de France à Cuarnens, dont j’ai déjà parlé dans cet article. C’était, comme d’habitude, parfait dans son style, avec tout d’abord une assiette de terrine de gibiers et pâté en croûte de lièvre, puis des noisettes de chevreuil accompagnées d’une sauce crémée aux morilles tout à fait délectable, de choux, marrons, fruits cuits et de spätzlis bien croquants, et enfin nous avons partagé des raisins à la lie qui ont bien couronné le tout.

Dimanche midi, nous étions invités.

Dimanche soir, j’ai fait une salade de pommes de terre au citron confit que je n’ai pas trouvée très réussie (trop le goût de vin, pas assez de moelleux, un peu âpre même si j’avais remplacé le cumin par de la chili powder), escortée de salami italien ramené de Venise (excellent, lui !).

Lundi soir, j’ai tenté un crumble de légumes à l’indienne, bien sympathique – il n’en n’est pas resté une miette. Je l’ai fait sans poivron (ce n’est plus de saison), et j’ai augmenté la quantité de chou-fleur et de carottes pour compenser. Je vois dans les commentaires de la recette que certains l’ont trouvé pâteux, je pense qu’ils ont commis l’erreur de réduire les noix de cajou en poudre, il faut juste les hacher grossièrement.

Mardi soir, j’ai préparé du porc à la chinoise, avec du riz parfumé. J’ai précuit les aubergines comme décrit ici, ajouté de la coriandre à la fin, et le résultat fut délicieux.

Mercredi soir, nous avons participé à une soirée Pugliese organisée par l’Enoteca Capponi au restaurant Côté Jardin, dont voici le menu :

Comme toujours s’agissant de la cuisine de M. Bovier, c’était très bon, avec juste un petit bémol sur l’entrée qui aurait été parfaite sans l’artichaut farci de ricotta qui n’ajoutait rien, bien au contraire, il dispersait les goûts (et pourtant j’adore et les artichauts et la ricotta). Du côté des vins, c’était excellent, avec de ma part un coup de coeur pour le Nero di Troia servi avec les orecchiette, en même temps fruité et puissant, une vraie merveille !

Jeudi soir, deuxième belle soirée (j’ai de la chance d’avoir une bonne digestion !), cette fois piémontaise (Viva Italia !), à la Grappe d’Or, organisée par Alfavin pour présenter les vins du domaine Cascina del Monastero. Voici le menu :

Verre d’accueil : Prosecco Superiore DOCG – Setteanime

Buffet Froid à l’Italienne : carpaccio de boeuf Cipriani, vitello tonnato, involtini d’aubergines, charcuteries italiennes, mozzarella et tomates basilic, focaccia à l’origan

Orecchiette au pesto, légumes provençaux au balsamique

Le tout servi avec : Barbera d’Alba Superiore DOC – Leprie 2013, Langhe Rosso DOC – Sarset 2011, Langhe Nebbiolo DOC 2013

Bœuf au Barolo, carottes et champignons, polenta, servi avec : Barolo Perno DOCG 2012, Barolo Bricco Luciani DOCG 2009, Barolo Bricco Rocca Riserva DOCG 2010

Tiramisu, puis café

Ce fut une belle surprise ! Je n’avais pas été à la Grappe d’Or depuis sa réouverture, et comme je savais qu’elle avait été reprise par le patron du Great Escape et que je ne suis pas trop hamburgers/bière, j’avais un peu peur – et j’avais tort ! Nous avons mangé une superbe cuisine italienne tendance nord, et je pense que la meilleure démonstration fut donnée par le vitello tonnato, moelleux, avec une sauce non mayonnaisée, très savoureuse, et par une salade de légumes rôtis absolument parfaite. Le reste ne déparait pas, et nous avons vraiment très bien mangé (et bu !).

Vendredi soir, j’ai cuit la longeole ramenée du salon Goûts & Terroirs (voir mon article précédent). Trois heures de cuisson, quand même ! Je l’ai accompagnée, tradition oblige, d’un gratin de cardons (je vous dis tout de suite que j’utilise des cardons en boîte, pas le courage de les éplucher…) fait de manière très simple, cardons cuits disposés dans un plat à four, arrosés d’un peu de crème entre chaque couche, surmontés de panure et cuits au four.

Mezzes et compagnie

Samedi soir, j’ai réuni un repas de restes de la fin de la semaine passée : salade d’aubergines, salade de tomates et avocat et vitello tonnato, que j’ai complétés (ils étaient peu généreux) par une salade de tomates à la feta.

Dimanche midi, j’ai grillé deux belles dorades au four, en même temps que des pommes de terre nouvelles et des petits artichauts.

Dimanche soir, j’organisais un Surfing Dinner. Nous étions six, et le titre du repas était « Mezzes en terrasse ». J’ai fait façon buffet, avec :

J’avais aussi fait du pain en cocotte, et en dessert, j’ai servi du tiramisu aux fraises.

Lundi soir, nous sommes allés manger chez un ami.

Mardi soir, j’ai fait des mini-pilons de poulet tandoori, avec du tzatziki aux poivrons (même recette que le tzatziki classique, mais avec du poivron grillé haché en lieu et place du concombre) et une salade verte.

Mercredi soir, nous avons participé avec des amis à un repas centré sur la dégustation de vins italiens au Débarcadère, repas organisé par l’Enoteca Capponi. La cuisine était assurée par l’équipe du restaurant, mais dans un style classique italien qui n’est pas celui du restaurant habituellement (celui-ci propose plutôt une cuisine locale et/ou française). Nous avons eu d’abord du tartare de thon, puis des petites pâtes à la saucisse au fenouil, puis une côte de veau aux chanterelles, et enfin un parfait au limoncello. C’était très bon, et je n’ai rien photographié, toute occupée que j’étais à discuter et à déguster !

Jeudi soir, j’ai servi des filets de sardine marinés (ail, romarin, jus de citron, huile d’olive, sel, poivre, le tout quelques heures à l’avance) avec une salade verte.

Vendredi soir, j’ai fait ma soupe aux borlotti, lard et tomates.

Je tape dans mes réserves

Pas le temps de faire les courses cette semaine, tout notre samedi était occupé. Pas grave, j’avais un congélateur plein et quelques légumes dans le frigo, on a fait avec !

Samedi soir, nous avons profité de la belle carte « Chasse » du bien nommé Restaurant du Chasseur, dont j’ai déjà parlé ici ou (et dans plusieurs autres articles encore). J’ai d’abord pris un « carpaccio de cerf à l’huile vierge, copeaux de pecorino sarde à la truffe noire, vieux balsamique », puis un « Mole de lièvre, avocat grillé, purée de patate douce, mousseline de céleri, polenta ». Un délice !

Dimanche midi, j’ai décongelé de la purée d’ail des ours (mixé avec de l’huile d’olive), l’ai mélangée avec du fromage frais que j’avais au frigo, ça a fait une délicieuse sauce pour spaghetti.

Dimanche soir, nous étions inscrits depuis belle lurette à une soirée spéciale organisée dans le cadre de Lausanne à Table, un repas « Vaud contre le reste du monde » à la Brasserie de Montbenon. Le principe était de déguster, en même temps que chaque plat et à l’aveugle, deux ou trois vins dont un vaudois. Très instructif : pour moi, il en ressort que, mais ce n’était pas une révélation, la meilleure expression du pinot noir reste le Bourgogne, que le meilleur compagnon du Vacherin Mont-d’Or est le vin blanc, et que le Canton de Vaud produit de très belles choses quand les vignerons s’en donnent la peine. Et voilà le programme…

Capture d_écran 2018-10-12 à 10.11.32

Lundi soir, j’ai fait des agnolotti à la bourrache assaisonnés de parmesan et de noisettes concassées.

Mardi soir, j’ai grillé un filet de lieu frotté d’huile d’olive et de zaatar sous le grill du four, et l’ai servi avec un mélange d’oignons doux et d’aubergines sautées.

Mercredi soir, j’ai servi du filet de cerf en cuisson lente avec une sauce crémée aux champignons et de l’épeautre.

cof

Jeudi soir, j’ai poêlé deux belles tranches de gigot (préalablement frottées d’un mélange d’épices pour barbecue), et les ai escortées de pommes de terres rôties au four et d’une salade de céleri-branche assaisonnée de vinaigre balsamique et d’huile d’olive à la mandarine.

Vendredi soir, nous avons été fêter mon anniversaire aux Bottle Brothers. J’ai d’abord pris un cocktail « Japanese Cucumber » excellent (vodka, concombre, menthe fraîche), puis un pâté en croûte absolument superbe (et très bien servi), et enfin du poulet frit que j’ai trouvé moins convaincant (pâte à beignet trop épaisse, pas d’épices, pas d’accompagnement) :

Menus de fête : Noël, Nouvel-An

Nous avons fêté Noël et Nouvel-An chez nous, voici donc les menus, pour inspiration future !

Noël

Nous étions onze, et le repas a été servi à table. J’ai tout fait moi-même, et pour ne rien oublier, je m’étais fait un petit fichier Excel de ce qu’il y avait à faire la veille, tôt dans la journée et au dernier moment, fichier qui m’a été très utile.

 

Apéritif

  • Verrines guacamole-crevettes (sans recette)

cof

cof

  • Mini vols-au-vent à la crème de fromage frais et d’ail noir (sans recette, j’ai juste mixé l’ail noir avec du Saint-Moret et rempli les vols au vent)

cof

  • Crackers aux camemberts et grains de grenade (une très bonne association)

Entrée

cof

  • Salade verte

Plat principal

  • Rôti de magret de canard (c’est du canard bien cuit, parce que je savais que beaucoup d’invités présents n’apprécient pas la viande rouge), entouré de marrons, pommes de terres et carottes
  • Bettes au jus de viande

Dessert

Je précise que les desserts n’ont pas été faits par moi, mais apportés par mes invités.

  • Tiramisù
  • Saint-Honoré

 

Nouvel-An

Nous rentrions de voyage la veille au soir, je ne pouvais donc pas faire les courses (puisque le 31 décembre était un dimanche). Un de mes invités, fort bon cuisinier (il a même tenu un restaurant, et pas des moindres), m’a proposé de faire les courses et la cuisine chez moi. J’ai donc préparé quelques petites choses à l’avance (juste avant de partir), le reste a entièrement été fait par mon ami Kwong, qui tient le blog Foodaholic. Toutes les photos que vous verrez ci-dessous ont été prises par lui aussi. Le repas a été servi sur le mode buffet, chacun allait chercher ce qu’il voulait et j’avais parsemé le salon de chaises et de petites tables autour desquelles nous avons mangé. Champagne du début à la fin, belle soirée !

J’avais fait :

  • Un foie gras grillé (inspiré de cette recette, mais aménagé à ma façon, sans Porto et en passant les tranches dans de la farine mélangée avec des épices pour pain d’épices).

 

26114140_1917604361646139_7340863023076782635_n

  • Du magret de canard séché

26219295_1917604418312800_2175999551466915749_n

  • Un Christmas Pudding (que j’ai fait début décembre, et mis à part le fait qu’il faut être à la maison une journée entière pour lui laisser le temps de cuire, c’est très facile et le résultat était vraiment excellent)

26168959_1917604491646126_1164644273787351790_n

  • Des pickles de légumes avec cette recette photographiée dans un journal (mais j’ai dû utiliser bien plus de liquide qu’indiqué) :

  • Un carpaccio de Saint-Jacques aux billes de truffe (sans recette)

26167903_1917604254979483_4187878010374682691_n

  • J’avais aussi ramené de Suède un morceau de saumon aux herbes et épices fumé artisanalement par une petite pêcherie :

26166603_1917604331646142_6031851724398503471_n

Kwong a fait :

  • des peppadew au thon

26169879_1917604334979475_8979705962370261161_n

  • des huîtres aux oeufs de saumon et radis blanc

26111960_1917604214979487_8162651804565051104_n

  • de la salade d’algues au crabe

26166324_1917604284979480_2723207889221098175_n

  • des tartares de noix de Saint-Jacques aux oeufs de poissons

26113874_1917604264979482_2406277742110193916_n

  • des mini chirashi

26169672_1917604221646153_5673139610117656484_n

  • du tofu frit

26165669_1917604198312822_2664441649570129513_n

  • du suprême de poularde sauté aux shiitakes et sauces panais et teriyaki

26166720_1917604434979465_4772391677854168669_n

Et de plus, des invités avaient amené une soupe aux racines de lotus, et une mousse aux spéculoos et limoncello :

26165961_1917604441646131_7051149815109616202_n

Devine qui vient dîner ce soir ?

Je vous ai quittés, amis lecteurs, au milieu d’un long weekend à Lille – et c’est là que je vous retrouve.

Samedi soir, nous avons mangé à la Brasserie de la Paix. L’endroit est extraordinaire, une vraie belle brasserie Art Nouveau à la Parisienne, avec des vitraux incroyables, des belles lampes, bref, tout ce que j’aime (et, j’ajouterai, le service qui va avec : efficace, souriant, stylé sans être guindé). J’ai profité du fait que les plateaux de fruits de mer peuvent être commandés pour une personne seule (ce qui est rarement le cas, et m’arrange bien du moment que mon homme n’aime pas les huîtres et autres bigorneaux) et j’ai mangé un « Plateau de l’écailler » fantastique :

cof

En dessert, nous avons partagé un « Colonel et son armée » (joli nom, n’est-ce pas ?), à savoir sorbet citron et sa vodka, sorbet poire et sa Williamine, sorbe pomme et son Calvados :

cof

Dimanche midi, nous avons fait un rapide repas, très agréable, à l’Omnia. C’est un endroit marrant, une ancienne maison close reconvertie en cinéma porno, lui-même reconverti, à la fin des années 90, en restaurant. J’y ai mangé un très bon potjevleesch, servi avec des frites (on est dans le Nord, les frites sont vraiment vraiment bonnes !) et de la salade.

Dimanche soir, nous avons plongé dans le fromage au Broc (Lille Centre). Repas light (ou pas…) avec pour commencer un oeuf en cocotte normand (au Pont-l’Evêque et aux pommes) :

cof

puis un monumental Welsh (servi avec des pommes de terre sautées et une salade) :

cof

C’était un peu monomaniaque, mais très bon, et l’endroit est sympa (avec un service d’une efficacité impressionnante, tout en étant très souriant).

Lundi soir, à notre retour à Lausanne, j’ai rapidement assemblé une salade de haricots blancs au thon, à la tomate et au basilic.

Mardi soir, j’ai plongé dans mon congélateur et trouvé un tagine de boeuf aux coings et couscous, que je ne me souvenais pas d’avoir cuisiné (mais j’ai bien dû le faire, sinon il n’y aurait pas été !) et qui était très plaisant.

Mercredi soir, j’ai fait des spaghettis aux aubergines (en tranches, d’abord précuites à la vapeur, puis passé à la poêle), à la burrata et aux pignons :

cof

Jeudi soir, j’ai sorti des travers de chevreuil du congélateur, je les ai mis à cuire dans un peu d’eau 30 minutes à la marmite à pression, puis, parsemés d’un mélange d’épices et d’huile d’olive, 20 minutes au four, et je les ai servis avec un gratin de légumes à la ricotta lui aussi sorti du congélateur (je l’avais confectionné en juin, j’en parle dans cet article).

J’avais publié un petit article pour parler de mon projet de repas Surfing Dinner vendredi soir, eh bien il a eu lieu. C’était donc un repas centré autour des abats, avec en entrée, une terrine de ris de veau aux morilles (une recette de Régis Marcon dans le Larousse Gastronomique, édition 2007) accompagnée d’une salade verte. Je dois dire que j’ai eu un peu peur en la sortant du four, elle était toute liquide, mais ouf, le lendemain, parfaite :

cof

En plat, j’ai proposé des rognons de veau beaujolaise (une toute vieille fiche cuisine de Elle, ce qui explique la typographie un peu particulière de la page web, il y a dû avoir une reprise automatisée des anciennes recettes), servis avec des pommes de terre et champignons rôtis au four :

cof

Et en dessert, j’avais fait une pavlova aux fruits de saison (pruneaux, figues, raisins, coupés et marinés dans un peu de rhum ambré et de sirop de sucre de canne) :

Les convives avaient l’air contents, et moi ça m’a fait très plaisir de rencontrer de nouvelles personnes sympathiques qui en plus, apprécient ma cuisine !

Auto-publicité éhontée

J’avais parlé de l’organisation « Surfing Dinner » dans cet article et dans celui-ci. Nous avions déjà testé la fonction de convive, voilà que je me lance dans la fonction d’hôtesse ! Je propose, vendredi 22 septembre au soir, un repas intitulé « Mamma mia, des abats ! » dans lequel, ô surprise, je propose… des abats. Je sais que ce n’est pas au goût de tout le monde, mais je sais aussi qu’il y a des amateurs passionnés, lesquels ont souvent du mal à trouver ce genre de mets au restaurant. En entrée, je proposerai une terrine de ris de veau aux morilles, puis, en plat, des rognons de veau bordelaise avec des pommes de terre rôties, et en dessert une Pavlova aux fruits d’automne, le tout arrosé de bons vins, pour la modique somme de 30 francs par personne. Il reste des places, avis aux amateurs !