A la mi-août…

Samedi soir, j’ai fait une superbe côte de boeuf au grill, accompagnée d’une salade verte.

Dimanche midi, nous avons revisité une très bonne adresse, reprise il y a quelques années par un ancien patron de l’Hôtel de Ville d’Echallens, le Bras d’Or. Nous étions sur la terrasse, bien abrités du soleil par des arbres additionnés de parasols, et nous avons extrêmement bien mangé, dans le style “classique moderne”. J’ai d’abord pris un gazpacho très bien servi, puis un carpaccio de boeuf en deux services escorté d’excellentes frites.

Dimanche soir, j’ai fait une salade de poulet fumé, contenant des avocats, de la salade verte, des oignons frais, des courgettes crues et des tomates ananas. Le poulet fumé est pratiquement introuvable en Suisse mais se trouve dans tous les supermarchés français. On peut le manger en salade, et c’est comme ça que ma mère le faisait (sans cuisson, le fumage suffit), mais aussi, ai-je découvert après quelques recherches, en le préparant chaud avec une sauce type créole ou en maffé par exemple – il faudra que j’essaie un de ces jours.

Lundi soir, j’ai cuisiné des grosses pâtes farcies avec cette recette, en remplaçant les rigatoni par des conchiglie géantes et la saucisse par les restes de côte de boeuf hachés. C’était délicieux.

Mardi soir, j’ai  servi une salade créole à la mangue et au crabe sur lit de salade verte.

cof

Mercredi soir, nous avons fait un repas exceptionnel au Nandanam, qui offre une cuisine indienne moderne d’une qualité époustouflante et que je déclare sans hésitation le meilleur restaurant indien de Lausanne et environs. Nous étions sur la terrasse qui se situe à l’arrière, très calme et bucolique. J’ai d’abord pris le “Chili calamar”, une entrée de calamar grillé avec coriandre, citron, citronnelle, gingembre et piment, qui était extraordinaire – texture fondante, assaisonnement à tomber. Ensuite, j’ai choisi le “Beef Chukka Massala”, du filet de boeuf d’une tendreté incroyable cuisiné avec du garam masala, du gingembre, de l’oignon, de la tomate et de la noix de coco, une véritable explosion de saveurs, et servi avec un excellent riz au ghee et des légumes.

Jeudi soir, j’ai servi des ravioli farcis citron-ricotta avec une sauce aux oignons rouges et aux noix.

Vendredi soir, nous avons mangé avec des amis à la Charrue d’Aclens. Divine surprise que de trouver, dans un petit village, une petite merveille de bistronomie française ! Une carte courte qui change tous les deux mois, un décor simple mais agréable, un service gentil et compétent, difficile de demander mieux. J’ai d’abord pris un “carpaccio de chevreuil d’été, haricots au balsamique et sorbet tomate” irréprochable, puis des “queues de cigales de mer poêlées, côtes de bettes et abricots au romarin” exquises (et fort généreusement servies). J’ai fini par une belle assiette de fromage.

Menus de fête : Noël, Nouvel-An

Nous avons fêté Noël et Nouvel-An chez nous, voici donc les menus, pour inspiration future !

Noël

Nous étions onze, et le repas a été servi à table. J’ai tout fait moi-même, et pour ne rien oublier, je m’étais fait un petit fichier Excel de ce qu’il y avait à faire la veille, tôt dans la journée et au dernier moment, fichier qui m’a été très utile.

 

Apéritif

  • Verrines guacamole-crevettes (sans recette)

cof

cof

  • Mini vols-au-vent à la crème de fromage frais et d’ail noir (sans recette, j’ai juste mixé l’ail noir avec du Saint-Moret et rempli les vols au vent)

cof

  • Crackers aux camemberts et grains de grenade (une très bonne association)

Entrée

cof

  • Salade verte

Plat principal

  • Rôti de magret de canard (c’est du canard bien cuit, parce que je savais que beaucoup d’invités présents n’apprécient pas la viande rouge), entouré de marrons, pommes de terres et carottes
  • Bettes au jus de viande

Dessert

Je précise que les desserts n’ont pas été faits par moi, mais apportés par mes invités.

  • Tiramisù
  • Saint-Honoré

 

Nouvel-An

Nous rentrions de voyage la veille au soir, je ne pouvais donc pas faire les courses (puisque le 31 décembre était un dimanche). Un de mes invités, fort bon cuisinier (il a même tenu un restaurant, et pas des moindres), m’a proposé de faire les courses et la cuisine chez moi. J’ai donc préparé quelques petites choses à l’avance (juste avant de partir), le reste a entièrement été fait par mon ami Kwong, qui tient le blog Foodaholic. Toutes les photos que vous verrez ci-dessous ont été prises par lui aussi. Le repas a été servi sur le mode buffet, chacun allait chercher ce qu’il voulait et j’avais parsemé le salon de chaises et de petites tables autour desquelles nous avons mangé. Champagne du début à la fin, belle soirée !

J’avais fait :

  • Un foie gras grillé (inspiré de cette recette, mais aménagé à ma façon, sans Porto et en passant les tranches dans de la farine mélangée avec des épices pour pain d’épices).

 

26114140_1917604361646139_7340863023076782635_n

  • Du magret de canard séché

26219295_1917604418312800_2175999551466915749_n

  • Un Christmas Pudding (que j’ai fait début décembre, et mis à part le fait qu’il faut être à la maison une journée entière pour lui laisser le temps de cuire, c’est très facile et le résultat était vraiment excellent)

26168959_1917604491646126_1164644273787351790_n

  • Des pickles de légumes avec cette recette photographiée dans un journal (mais j’ai dû utiliser bien plus de liquide qu’indiqué) :

  • Un carpaccio de Saint-Jacques aux billes de truffe (sans recette)

26167903_1917604254979483_4187878010374682691_n

  • J’avais aussi ramené de Suède un morceau de saumon aux herbes et épices fumé artisanalement par une petite pêcherie :

26166603_1917604331646142_6031851724398503471_n

Kwong a fait :

  • des peppadew au thon

26169879_1917604334979475_8979705962370261161_n

  • des huîtres aux oeufs de saumon et radis blanc

26111960_1917604214979487_8162651804565051104_n

  • de la salade d’algues au crabe

26166324_1917604284979480_2723207889221098175_n

  • des tartares de noix de Saint-Jacques aux oeufs de poissons

26113874_1917604264979482_2406277742110193916_n

  • des mini chirashi

26169672_1917604221646153_5673139610117656484_n

  • du tofu frit

26165669_1917604198312822_2664441649570129513_n

  • du suprême de poularde sauté aux shiitakes et sauces panais et teriyaki

26166720_1917604434979465_4772391677854168669_n

Et de plus, des invités avaient amené une soupe aux racines de lotus, et une mousse aux spéculoos et limoncello :

26165961_1917604441646131_7051149815109616202_n

Cuisine rapide

Samedi soir, j’ai servi des poissons fumés (ramenés d’Allemagne), du jambon cru, une salade de céleri-branche, et bu un petit verre de vodka Zubrowka à l’herbe de bison.

Dimanche midi, pour continuer dans la simplicité, j’ai mis sur la table un plateau de fromages bavarois (un fromage aux champignons, un autre au piment, un troisième au poivre noir, et quelques autres encore – pas mauvais, mais quand même très anecdotiques), accompagnés de fruits (pommes, poires, noix) et d’un sauvignon blanc sud-africain Iona 2012.

Dimanche soir, j’ai fait une quiche aux poireaux et lardons, escortée d’une salade de betteraves aux oignons frais (sauce crème acidulée et moutarde). Avec ce repas, nous avons ouvert la deuxième bouteille de Santenay Cave Girardin 1990 que nous avions préparée pour Noël et pas bue – il est à son apogée, il fallait le boire !

Lundi soir, vite fait à la poêle, des grillades de bœuf et bison (ramenées d’Allemagne elles aussi), une salade verte, et la suite du Santenay.

Mardi soir, j’ai cuisiné sérieusement, et préparé un couscous aux cardons et fèves séchées, servi avec de la semoule de millet (c’est pas mal, mais pas aussi bon que la semoule de blé franchement). J’aime bien les couscous un peu originaux, et celui-là était ma foi excellent. Nous avons bu un excellent Magno Megonio Librandi 2007.

Mercredi soir, j’ai pris le temps de faire des sushis maison (mais pas roulés, en do-it-yourself, avec tous les composants sur la table et chacun compose ses sushis selon ses désirs). Nous avons bu un blanc local, un Féchy Le Brez 2010 de chez Paccot.

Jeudi soir, j’ai servi des spaghettis sauce avocat inspirés par cette recette. En fait, j’ai fait encore plus simple : du pesto frais (en sachet, au rayon “frais” du supermarché) mixé avec la chair de 3 avocats bien mûrs et le jus d’un citron vert. J’ai ensuite assaisonné les spaghettis avec cette sauce, ajouté le zeste râpé du citron vert et un bouquet de coriandre hachée. C’est vite fait, délicieux, et je me demande bien pourquoi je n’ai jamais pensé à utiliser l’avocat en sauce pour pâtes auparavant ! Nous avons bu le même vin (Magno Megonio) que mardi.

Vendredi soir, nous avons mangé à l’Indochine. Cela faisait au moins 10 ans que nous n’y avions pas été, et je dois dire que j’ai été “décue en bien”, comme on dit par ici. J’ai pris en entrée un assortiment de quatre raviolis vapeur, très bien. Ensuite j’ai commandé du crabe mou frit, et en accompagnement du riz gluant. Les deux étaient exceptionnels ! Le crabe était bien frit mais pas trop (quand c’est trop frit on ne sent plus le goût, il n’y a plus que le côté friture craquante), avec une sauce courte (j’appelle cela une sauce, mais on pourrait plutôt parler de condiment) exquise à la ciboule et à dieu sait quoi, et le riz gluant avait un petit goût de reviens-y assez étonnant (sachant que je l’ai souvent mangé et que je sais le faire, mais là il y avait une légère aromatisation que je n’ai pas su identifier mais qui lui donnait très nettement quelque chose de plus). Nous avons arrosé ce repas d’un très sympathique Pouilly-Fuissé dont j’ai oublié la référence exacte.

Menu de Noël

Voici un article qui présente le menu du repas de Noël que je vais cuisiner (edit : que j’ai cuisiné !) pour 7 personnes le 24 décembre au soir, cela donnera peut-être des idées à quelqu’un. Je l’édite donc après coup pour donner mes impressions de cuisinière et de dégustatrice !

Apéritif : Champagne Laherte rosé

Première entrée : foie gras cuit au sel et, pour ceux qui n’aiment pas le foie gras, saumon fumé. Le vin sera probablement un très vieux Sauternes acheté en vente aux enchères il y a quelque temps. Edit : malheureusement, les deux bouteilles de Sauternes 1928 (si si !) étaient imbuvables (mais passeront très bien dans la cuisine), nous avons donc bu un Côtes de Bergerac Chateau des Eyssards 1999. La vie est dure (ou pas).

Deuxième entrée : tartare de crabe et d’avocat, en faisant un croisement entre cette recette et celle-ci. C’était parfait, un peu de mayonnaise donnant de l’onctuosité mais le citron vert donnant du punch et évitant le côté écoeurant. En vin, je pense qu’un Sancerre ou un Chablis feraient bien l’affaire, mais c’est à discuter. Edit : nous avons finalement bu un Rully blanc Claudie Jobard 2006. Slurp.

Plat : pintade chaponnée aux pommes et aux châtaignes, de plus farcie avec une farce de Noël encore à définir (mais probablement à base de chair à saucisse, mie de pain, cognac et herbes, edit : c’est exactement ce que j’ai fait, avec aussi un peu de crème fraîche, la pintade c’est vite sec), et accompagnée d’une embeurrée de chou vert. J’ai fait en fait un croisement entre la recette suscitée et la recette de mon volailler (mettre quelques centimètres d’eau dans la léchefrite, couvrir hermétiquement de papier d’alu, cuire 30 minutes par kilo à 180+ et finir à découvert à chaleur maximum). Bilan : parfait ! Vin à définir, je n’y ai pas encore réfléchi, et si vous avez des idées, elles m’intéressent ! Edit : nous avons bu un fort délectable Santenay Cave Girardin 1990. Re-slurp.

Dessert : merveilleux au praliné, en faisant un croisement de cette recette pour la meringue et la crème, et de celle-ci pour l’enrobage (edit : je dois avouer avoir trouvé chez Aligro un mélange correspondant parfaitement à cet enrobage et je l’ai lâchement utilisé). C’était excellent, et je suis très fière de moi, la première crème au beurre que j’ai faite de ma vie entière a été parfaitement réussie (et sans thermomètre pour le sirop en plus !).