Zürich-Lausanne

Je publie un peu tard cette semaine, la chaleur me rend indolente…

Nous étions donc à Zürich le weekend passé, nous avons surtout profité du très bon hôtel pour lequel nous avions un bon (le Dolder Grand). J’ai quand même réussi à dénicher une petite perle de restaurant, le Wirtschaft Im Franz, où nous avons mangé samedi soir. D’abord, petit coup d’oeil sur la jolie terrasse à l’arrière :

Et maintenant, le menu surprise, en images :

C’était absolument divin, une cuisine pas végétarienne mais pleine de légumes, sublimés par la préparation, des goûts à la fois subtils et francs, une grande fraîcheur, bref, bravo !

Dimanche midi, toujours à Zürich, nous avons mangé chez Lily’s, qui est une petite chaîne de restaurants panasiatiques avec trois sites (un à Bâle, deux à Zürich), où l’on mange toujours bien. Nous avons d’abord partagé un assortiment d’entrées (brochettes de poulet satay, crevettes panées, mini-rouleaux de printemps), puis j’ai pris une très fraîche salade vietnamienne Bo Luc Lac de boeuf, cresson, tomates cerises, oignons rouges, basilic et menthe. C’est dommage, la carte devient lentement végane, mais pas d’une manière qui me plaît : forte utilisation de substituts de viande (sans proposition d’alternative). Je n’ai rien contre manger des légumes, mais je n’ai aucune envie de manger des trucs qui sont censés ressembler à de la viande (et qui ont souvent, d’ailleurs, une composition douteuse), si je veux manger végé je mange, ben… des légumes, légumineuses, etc.

Dimanche soir, de retour à la maison, j’ai fait ma recette de pâtes d’été préférée, à la sauce de tomates crues, que je décris dans ma page de cuisine rapide.

Lundi soir, j’ai fait un cocktail de crevettes à l’avocat, servi sur un lit de feuilles de laitue romaines bien croquantes, une belle recette classique et fraîche.

Mardi soir, nous avons mangé à l’Auberge Communale de Puidoux. La terrasse est très agréable et abritée du vent, le service est charmant, et la cuisine classique, fraîche et goûteuse. Nous avons d’abord partagé un os à moëlle gratiné, puis j’ai pris une salade « canaille », avec des filets de perche, de la mousse d’omble chevalier, des crevettes, du guacamole et de la verdure diverse et variée :

Mercredi soir, j’ai grillé des brochettes de boeuf et les ai servies avec du caviar d’aubergines.

Jeudi soir, j’ai fait des tomates sauce tonnata.

Vendredi soir, nous avions des invités. J’ai d’abord servi du jambon iberico et une salade aux herbes, puis un poulet rôti (salé une heure à l’avance et rôti dans mon mini-four/friteuse sans huile), accompagné d’une salade de pois chiches et tomates au harissa. En dessert, j’ai présenté des mini-babas au limoncello (je précise, je ne les ai pas faits, ils étaient en bocal en provenance d’une épicerie fine) avec de la crème fouettée.

Chaleur piémontaise, douceur lausannoise

Il faisait bien chaud au Piémont ! Mais heureusement, toujours avec un petit vent…

Samedi soir, nous avons mangé à Alba, dans un excellent restaurant, le Voglia di Vino. Nous avons pris le menu « Tradition et truffe » (dont on nous a bien précisé, très gentiment, qu’il était à la truffe d’été, moins intense en arôme, étant donné la saison), et tout était délicieux (seul défaut, un manque total de légumes). Je précise que le dessert prévu était un bonet au caramel salé, j’ai demandé les fraises et je les ai eues sans problème.

Dimanche midi, sur le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés à Aoste, au restaurant Ad Forum, où j’ai mangé une fraîche et savoureuse salade géante (avec croûtons, jambon de campagne et fromage). Nous avons tous (nous étions quatre) partagé en sus une belle planchette de charcuteries et fromages.

Dimanche soir, de retour chez nous après avoir fait quelques courses côté italien (qui nous ont fait la semaine, il vous suffit de lire la suite pour le comprendre), j’ai préparé une carne cruda, c’est à dire un tartare à la piémontaise, servi avec une salade verte. Il fait doux sans être trop chaud à Lausanne ces jours, c’est drôlement agréable !

Lundi soir, nous avons mangé dans un restaurant péruvien (dont j’ai déjà parlé dans cet article), Chez Loïc. J’ai commencé par un pisco sour, puis continué avec un excellent ceviche de poisson et fini par des chicharrones de porc, que du gras bien moelleux et du croquant, un vrai bonheur !

Mardi soir, j’ai frotté des tranches de veau d’un mélange d’herbes et d’épices trouvé dans mes placards (ce n’est pas une armoire à épices que j’ai, c’est un dressing à épices…) et les ai poêlées et accompagnées de salade verte ainsi que d’épinards cuits servis froids avec une sauce (improvisée) coriandre fraîche/vinaigre/huile de caméline/ail très réussie.

Mercredi soir, j’ai fait griller des petites brochettes d’agneau, succulentes, et les ai accompagnées de frijoles refritos (sortis de mon congélateur) et d’une salade verte.

Jeudi soir, j’ai préparé une sorte de chakchouka improvisée aux oeufs, au sujuk, aux poivrons et aux tomates, parfaitement délicieuse.

Vendredi soir, nous avions des amis à la maison. J’ai d’abord servi une salade estivale de cerises, tomates cerises et burrata, puis du cabri rôti au four accompagné de caviar d’aubergines et de salade verte. En dessert, j’avais préparé une très fraîche soupe de fraises à la menthe.

Mezzes et compagnie

Samedi soir, j’ai réuni un repas de restes de la fin de la semaine passée : salade d’aubergines, salade de tomates et avocat et vitello tonnato, que j’ai complétés (ils étaient peu généreux) par une salade de tomates à la feta.

Dimanche midi, j’ai grillé deux belles dorades au four, en même temps que des pommes de terre nouvelles et des petits artichauts.

Dimanche soir, j’organisais un Surfing Dinner. Nous étions six, et le titre du repas était « Mezzes en terrasse ». J’ai fait façon buffet, avec :

J’avais aussi fait du pain en cocotte, et en dessert, j’ai servi du tiramisu aux fraises.

Lundi soir, nous sommes allés manger chez un ami.

Mardi soir, j’ai fait des mini-pilons de poulet tandoori, avec du tzatziki aux poivrons (même recette que le tzatziki classique, mais avec du poivron grillé haché en lieu et place du concombre) et une salade verte.

Mercredi soir, nous avons participé avec des amis à un repas centré sur la dégustation de vins italiens au Débarcadère, repas organisé par l’Enoteca Capponi. La cuisine était assurée par l’équipe du restaurant, mais dans un style classique italien qui n’est pas celui du restaurant habituellement (celui-ci propose plutôt une cuisine locale et/ou française). Nous avons eu d’abord du tartare de thon, puis des petites pâtes à la saucisse au fenouil, puis une côte de veau aux chanterelles, et enfin un parfait au limoncello. C’était très bon, et je n’ai rien photographié, toute occupée que j’étais à discuter et à déguster !

Jeudi soir, j’ai servi des filets de sardine marinés (ail, romarin, jus de citron, huile d’olive, sel, poivre, le tout quelques heures à l’avance) avec une salade verte.

Vendredi soir, j’ai fait ma soupe aux borlotti, lard et tomates.

Du cru et du grillé

Samedi soir, j’ai fait une carne cruda all Piemontese (le tartare piémontais, assaisonné simplement de jus de citron dans lequel on a fait mariner de l’ail pressé, d’huile d’olive, de sel et de poivre), et une salade de tomates hachées au basilic (la coupe faisant une grande différence dans le goût, c’est une particularité culinaire qui m’épate toujours, et qui est vraie tant pour la viande ou le poisson que pour les légumes ou les fruits).

Dimanche midi, j’ai fait ma recette fétiche de pâtes estivales, des spaghettis à la tomate crue (la recette est vers la fin de ma page sur la cuisine rapide).

La sauce à la tomate crue toute veloutée, faite en 5 minutes montre en main !

Dimanche soir, j’ai ouvert un coquelet en crapaudine, l’ai mariné au limoncello et à l’huile d’olive (c’est ma découverte de l’année, le limoncello dans la marinade !) et l’ai passé au grill. Je l’ai accompagné de caviar d’aubergines (fait la veille, comme il se doit).

Lundi soir, j’ai fait une salade d’épeautre (à peu près cette recette, mais avec en plus une mozzarella coupée en cubes et un reste de feta émiettée).

Mardi soir, nous avons mangé sur le lac Léman avec des amis. La CGN propose tous les étés une croisière « Table du Beau-Rivage » qui dure la soirée et permet de déguster un superbe buffet froid et un buffet de desserts (on peut aussi y ajouter un plat principal de viande rôtie, mais les buffets sont si beaux que je n’en n’ai jamais eu envie) confectionnés, comme son nom l’indique, par les cuisiniers du Beau-Rivage. La suite de l’histoire en images :

Et le paysage, avec un coucher de soleil carte-postalien :

Mercredi soir, j’ai fait un tartare de féra à la mangue (à l’arrache, sans recette) et une salade verte.

Jeudi soir, j’ai assemblé en dix minutes une salade simplissime qui s’est révélée excellente, avec ce que j’avais à la maison : du céleri-branche cru en petits tronçons, une boîte de crabe (mélange de pattes et de miettes), et comme sauce un mélange de mayonnaise, yaourt crémeux, sel et poivre. Etonnant !

Vendredi soir, nous sommes allés à Berne et avons mangé dans le merveilleux restaurant que nous avions découvert l’an dernier (et dont je parle dans cet article), Wein & Sein. C’était aussi fabuleux que la première fois ! Nous avons choisi la formule menu complet mais sans fromage ni dessert (c’est vraiment convivial, on peut dire à la fin du repas si l’on veut le fromage et/ou le dessert), et nous avons dégusté plein de merveilles :

Promenade au Liban

Cette semaine, j’ai décidé d’utiliser le livre de Salma Hage dont j’avais déjà tiré une recette la semaine passée, « La cuisine libanaise« . Presque tous mes repas sont donc libanais, ce qui va très bien avec la canicule qui règne ici actuellement.

Samedi soir, nous avons fêté l’anniversaire d’un ami en mangeant un somptueux repas au Domaine de Châteauvieux. Nous n’y étions pas retournés depuis longtemps, c’est un tort ! Nous avons pris le menu surprise. Voici les amuses-bouches :

Première entrée « Tomates Ô tomates, mousse mozzarella et tuile de pain, sorbet basilic » (une tuerie, ce sorbet) :

cof

Deuxième entrée, « Médaillons de homard bleu de Bretagne sur lit de quinoa » (cuisson parfaite du homard, à se relever la nuit) :

cof

Poisson, « Grosse sole rôtie meunière, nage de calamars au safran » :

Viande, « Agneau en cinq façons » (et oui c’est une merguez, mais des merguez comme celle-là vous n’en mangerez pas souvent…) :

Les fromages :

cof

Premier dessert (très frais, j’ai adoré) « Pavlova rhubarbe, brunoise et sorbet fraise parfumé à l’hibiscus » :

cof

Deuxième dessert, tartelettes aux abricots (j’y ai à peine touché je l’avoue), puis mignardises :

Dimanche midi, j’ai dérogé au thème et fait des toutes bêtes penne tomate crue/basilic/mozzarella :

cof

Dimanche soir, avec des invités, j’ai d’abord servi du caviar d’aubergine et du houmous (mais j’ai utilisé mes recettes, qui sont roumaines et non libanaises) avec du pain au zaatar, puis du fatteh d’agneau aux épinards (avec du riz aux vermicelles) et enfin de la glace aux pistaches (le tout tiré du livre De S. Hage). Tout était très bon, avec mention spéciale à l’agneau et à la glace. C’était d’ailleurs très intéressant pour moi qui déteste la glace à la pistache du commerce (dont j’estime qu’elle n’a pas du tout un goût de pistache mais plutôt un goût se rapprochant de l’amande amère) et qui adore les pistaches, elle avait vraiment le bon goût de pistache.

Lundi soir, j’ai aussi dérogé au thème mais ne suis pas allée très loin puisque j’ai fait une salade arménienne au boulgour. Je l’ai servie avec du labneh au zaatar et de la saucisse sèche bulgare :

Mardi soir, j’ai fait du poulet sauce basilic (du livre) et une simple salade de tomates assaisonnée de citron vert (sans huile) et d’une pointe de vanille.

Mercredi soir, j’ai fait des kebbeh d’agneau grillés et une salade de pastèque au labneh (toujours du livre) :

Jeudi soir, j’ai fait des cailles semi-désossées marinées au sumac (du livre) avec une salade verte assaisonnée à l’huile d’argan :

Vendredi soir, j’ai d’abord servi du melon et jambon cru, puis un tartare de boeuf (version du livre « Gourmande et Pressée », j’en parle dans cet article) avec une belle salade (je suis une grande amatrice de salade verte, vous l’aurez deviné).

Quand quatre devient deux

Notre fils aîné est parti faire un stage aux USA pour trois mois (il revient en octobre), et notre fils cadet est parti dimanche pour faire ses études à l’étranger (et donc, probablement, pour trois ans !). Nous voici donc tous les deux, ce qui n’est pas désagréable (même si j’adore mes fils), mais nécessite quelques ajustements dans les quantités achetées et cuisinées (on arrête de faire un paquet entier de pâtes à la fois, par exemple…).

Samedi soir, c’était le dernier repas de mon cadet à la maison, je lui ai fait un de ses plats préférés, un filet de boeuf Wellington que j’ai accompagné d’une salade verte aux herbes (c’est mon père qui faisait ça : plein d’herbes aromatiques fraîches, comme du persil, de la menthe, de la coriandre, du basilic, de la ciboulette, etc., de la salade verte, on assaisonne, c’est délicieux). Le kilo de boeuf y a passé à nous trois (enfin, avec surtout un gros mangeur, suivez mon regard…), c’est vous dire s’il était réussi.

Dimanche à midi, après avoir accompagné le jeune homme à l’aéroport avec ses lourds bagages, nous avons retrouvé des amis au restaurant du Yatch Club à Genève, où nous avons profité de la terrasse et du beau temps (un peu venteux, moi j’aime bien, ça rafraîchit) et très bien mangé. Nous avons partagé des crevettes frites (style chinois) en entrée, puis j’ai pris un tartare de thon à la mangue exceptionnellement bien assaisonné, accompagné de frites et d’une salade. En dessert, meringues, fraises et crème double, que demande le peuple ?

Dimanche soir, j’ai servi un carpaccio de veau sauce au thon, avec le caviar d’aubergines de mon père.

Lundi soir, j’ai fait une grande papillote de tomates cerises, oignons rouges et feta émiettée, le tout passé au four pendant une vingtaine de minutes. Je crois bien que j’en ai trouvé l’idée quelque part sur un blog, mais du diable si je me souviens lequel !

Mardi soir, j’ai préparé un bar au four (farci de rondelles de citron), escorté d’une salade mélangée (courgette crue, tomates, et je ne sais plus quoi d’autre).

Mercredi soir, après un jardinage intensif que nous avons arrêté (on ne finit jamais le jardinage, on l’interrompt…) un peu tard, nous avons mangé au restaurant The Gate, dont j’ai déjà parlé dans un article précédent. Malheureusement, ils étaient en mode carte d’été réduite, il y avait donc peu de choix, mais leurs pizzas sont toujours aussi bonnes, ma pizza Pugliese (avec de la pancetta et des bouquets de cima di rapa conservée à l’huile) était parfaite.

Jeudi soir, j’ai fait des penne aux poivrons (préalablement rôtis et pelés), chorizo et coriandre fraîche.

Vendredi soir, nous avions des amis à la maison. Nous avons mangé sur la terrasse, un repas froid tout à fait estival : cake à la mozzarella et salade verte, puis rôti de veau froid accompagné d’une mayonnaise aux herbes et de salade de tomates à la mode de Murcia (délicieuse, je recommande, surtout avec des tomates de jardin telles que celles dont je disposais), et enfin des mini-faisselles accompagnées d’un mélange de pêches pelées et coupées et de framboises. La soirée était superbe, à 23h nous étions encore dehors !

De bonnes résolutions, certes, mais faut-il vraiment jeûner ?

Il paraît qu’il faut prendre des bonnes résolutions en début d’année. Je ne l’ai jamais fait, comme je le dis parfois, je préfère tenir mes promesses que d’en faire… Certains jurent de faire des régimes draconiens, d’autres d’arrêter ceci ou cela… On entend partout parler de détox, de jeûne, mais moi j’ai quand même faim, même après toutes ces agapes, pas vous ? Alors mangeons !

Samedi soir, nous avons fini le dernier reste de Nouvel-An en poêlant des tranches de la bomba di riso (promis, vous en saurez plus tout bientôt !) et en les arrosant de coulis de tomates. Pas mal, mais bon, voilà quoi. Pour accompagner, j’avais fait un zaalouk d’aubergine (recette tirée du livre de Claudia Roden « Le grand livre de la cuisine juive »). Il s’agit d’une variante du caviar d’aubergine, aromatisée au cumin, et c’était de prime abord raté, fade et un peu aqueux. Je l’avais haché grossièrement à la main, en suivant les instructions de la recette. Après que nous l’ayons tous goûté et peu apprécié, j’ai attrapé le bamix, bien mixé le tout et hop ! Magie ! C’était délicieux (comme quoi la réussite d’un plat peut tenir à peu de choses).

Dimanche midi, j’ai fait un ragoût de champignons de Paris à la crème, sur une recette tirée d’une vieille fiche-cuisine Elle, et je l’ai accompagné de sarrasin « cuisson rapide » à l’étouffée (étonnamment bon, ce sarrasin, d’ailleurs, et simple à faire). C’était agréable, mais pas inoubliable. J’en ai quand même appris quelque chose : on peut cuire les champignons assez peu de temps (20 minutes environ pour un kilo de champignons parés et coupés en deux), on obtient des champignons tendres mais encore fermes sous la dent, ce n’est pas mal du tout.

Dimanche soir, j’ai sorti un livre que j’aime beaucoup, « A Spoonful of Ginger » de Nina Simmonds . C’est une sorte de tour d’Asie plein de recettes commentées selon leurs propriétés gustatives mais aussi médicinales (selon les épices et herbes utilisées, surtout, mais aussi selon la saison et le tempérament – yin ou yang). J’ai pris une recette malaisienne de poulet Ambila (aromatisé à la citronnelle, au gingembre et au curcuma) que j’ai fait avec des suprêmes de poulet sortis de mon congélateur, et que j’ai accompagnée de riz. C’était bon, mais il manquait un petit quelque chose (il faut dire que comme j’ai un hypersensible au piment à la maison, je ne mets aucun piment dans ma cuisine et je le rajoute à table, ceci peut expliquer cela).

Lundi soir, toujours du livre de cuisine juive de Claudia Roden, j’ai fait une simple soupe goulash qui était très agréable (bœuf, pommes de terre et paprika, essentiellement).

Mardi soir, j’ai à nouveau sorti une recette du livre de Nina Simmonds, un sambal de crevettes qui était exceptionnel (même si là aussi j’ai omis le piment hélas), accompagné d’un riz au gingembre issu du même livre, très très bon lui aussi (du riz blanc de la veille sauté avec du gingembre, de la verdure et une sauce faite de sauce soja, bouillon, et je ne sais plus quoi).

Mercredi soir, j’ai à nouveau utilisé le livre de Claudia Roden et ai cuisiné un ragoût de bœuf et haricots blancs. J’avais trempé des haricots lingots pendant 24h, et je n’ai rien compris, après 2 heures de cuisson ils étaient cuits mais croquants ! Et quand j’ai servi le reste du plat quelques jours plus tard à mon fils cadet après l’avoir recuit une bonne heure, rien n’avait changé… Le plat était donc forcément un peu raté, même s’il avait bon goût (et je suis toujours en train de me demander ce qui s’est passé avec ces haricots). Je l’ai accompagné d’une salade de chou nordique (en parcourant le web anglophone, je me suis rendue compte qu’on pouvait manger le « kale » en salade, en le coupant fin, et que c’était, contrairement à la salade verte, une bonne chose de le laisser mariner une bonne heure dans la sauce). J’ai beaucoup aimé cette salade je dois dire, à refaire !

Jeudi soir, j’ai abandonné mes ouailles et suis allée manger un superbe plateau de fruits de mer au Café du Beau-Rivage‎ avec une amie. Le baba au rhum maison en dessert (avec choix de rhum, et la bouteille apportée pour pouvoir se servir soi-même !) était délicieux lui aussi.

Vendredi soir, inspiration de dernière minute : des rognons de veau beaujolaise (encore une toute vieille fiche-cuisine Elle, que j’ai maintes fois utilisée et qui était la recette de rognons favorites de ma belle-grand-mère qui venait avec plaisir la manger à la maison – on peut retrouver la recette sur le site de Elle), servis avec des petites pommes de terre entières rôties au four, et de la verdure chinoise (brocolis chinois et bok choi) tout simplement sautée au wok.