Promenade au Liban

Cette semaine, j’ai décidé d’utiliser le livre de Salma Hage dont j’avais déjà tiré une recette la semaine passée, “La cuisine libanaise“. Presque tous mes repas sont donc libanais, ce qui va très bien avec la canicule qui règne ici actuellement.

Samedi soir, nous avons fêté l’anniversaire d’un ami en mangeant un somptueux repas au Domaine de Châteauvieux. Nous n’y étions pas retournés depuis longtemps, c’est un tort ! Nous avons pris le menu surprise. Voici les amuses-bouches :

Première entrée “Tomates Ô tomates, mousse mozzarella et tuile de pain, sorbet basilic” (une tuerie, ce sorbet) :

cof

Deuxième entrée, “Médaillons de homard bleu de Bretagne sur lit de quinoa” (cuisson parfaite du homard, à se relever la nuit) :

cof

Poisson, “Grosse sole rôtie meunière, nage de calamars au safran” :

Viande, “Agneau en cinq façons” (et oui c’est une merguez, mais des merguez comme celle-là vous n’en mangerez pas souvent…) :

Les fromages :

cof

Premier dessert (très frais, j’ai adoré) “Pavlova rhubarbe, brunoise et sorbet fraise parfumé à l’hibiscus” :

cof

Deuxième dessert, tartelettes aux abricots (j’y ai à peine touché je l’avoue), puis mignardises :

Dimanche midi, j’ai dérogé au thème et fait des toutes bêtes penne tomate crue/basilic/mozzarella :

cof

Dimanche soir, avec des invités, j’ai d’abord servi du caviar d’aubergine et du houmous (mais j’ai utilisé mes recettes, qui sont roumaines et non libanaises) avec du pain au zaatar, puis du fatteh d’agneau aux épinards (avec du riz aux vermicelles) et enfin de la glace aux pistaches (le tout tiré du livre De S. Hage). Tout était très bon, avec mention spéciale à l’agneau et à la glace. C’était d’ailleurs très intéressant pour moi qui déteste la glace à la pistache du commerce (dont j’estime qu’elle n’a pas du tout un goût de pistache mais plutôt un goût se rapprochant de l’amande amère) et qui adore les pistaches, elle avait vraiment le bon goût de pistache.

Lundi soir, j’ai aussi dérogé au thème mais ne suis pas allée très loin puisque j’ai fait une salade arménienne au boulgour. Je l’ai servie avec du labneh au zaatar et de la saucisse sèche bulgare :

Mardi soir, j’ai fait du poulet sauce basilic (du livre) et une simple salade de tomates assaisonnée de citron vert (sans huile) et d’une pointe de vanille.

Mercredi soir, j’ai fait des kebbeh d’agneau grillés et une salade de pastèque au labneh (toujours du livre) :

Jeudi soir, j’ai fait des cailles semi-désossées marinées au sumac (du livre) avec une salade verte assaisonnée à l’huile d’argan :

Vendredi soir, j’ai d’abord servi du melon et jambon cru, puis un tartare de boeuf (version du livre “Gourmande et Pressée”, j’en parle dans cet article) avec une belle salade (je suis une grande amatrice de salade verte, vous l’aurez deviné).

Un goût d’été indien

Samedi soir, nous avons été manger avec des amis au restaurant libanais Keyann. Nous avons pris toute une série de mezzés, suivis de quelques grillades. C’était délicieux (avec mention spéciale à un mezzé de poisson et amandes que je ne connaissais pas et qui m’a particulièrement plu). Je pense que la prochaine fois que j’irai au Keyann, je ne prendrai que des mezzés, c’est vraiment ce que je préfère. Le dessert de petites crêpes libanaises à la fleur d’oranger était excellent, et la carte des vins recèle de jolies découvertes en vins libanais, sans se limiter aux classiques Kefraya et Musar (mêmes si ce sont d’excellents vins).

Dimanche midi, j’ai pioché dans ma réserve de charcuteries espagnoles et servi un beau plat de jambon pata negra et de chorizo, accompagné d’une salade de tomates (probablement la dernière jusqu’en mai ou juin prochain, je n’achète jamais de tomates hors saison, tant qu’à faire, je préfère boire de l’eau…).

Dimanche soir, j’ai fait une fondue savoyarde avec un mélange de fruitière acheté à Jougne : Beaufort, Gruyères, Abondance et Emmental. Eh bien je dois dire, bof, totalement bof. La fondue tranchait si facilement que j’ai dû rajouter de la maïzena (ce que je ne fais jamais d’habitude), et elle était élastique et assez fade. Je vais m’en tenir au bon mélange moitié-moitié de Dutweiler ou de Macheret désormais !

Lundi soir, j’ai fait un risotto à la courge en utilisant l’excellente recette de Macha Méril (sans crème pour moi). J’utilise d’habitude du potimarron (qui est vraiment ma courge préférée, juste devant la butternut), mais j’avais envie de changer et j’ai acheté au marché un morceau de cette énorme courge cylindrique que vend Angelo Della Vecchia. C’était bon, mais ç’aurait été meilleur avec du potimarron (on ne se refait pas).

Mardi soir, j’ai fait du cabillaud sauce Romesco, accompagné de gros oignons doux et de pommes de terre rôtis au four. J’ai rôti le cabillaud au four en même temps que les légumes finissaient de cuire, c’était très réussi, la sauce était vraiment parfaite.

Mercredi soir, nous étions invités à une soirée chez des amis, très belle musique puis buffet froid.

Jeudi soir, nous avons utilisé un bon Groupon acheté il y a quelques semaines et dégusté un menu brésilien à l’Auberge de Gilly. C’est une auberge que je connaissais très bien il y a longtemps, car j’ai passé d’innombrables vacances juste à côté, à Vincy, dans la maison de ma grand-mère, mais je n’y étais pas retournée depuis plus de 10 ans. Elle a été complètement rénovée depuis, et très joliment. D’après le bon acheté, je m’attendais à une carte brésilienne, mais en fait, il y a un seul plat brésilien à la carte, le reste est très traditionnel local. Notre repas comprenait donc une assiette de crudités en entrée (qui était, comme on dit en italien, “sans reproches et sans louanges”, très banale), puis le plat brésilien, à savoir un “bobo de camaraõ a moda pernambucana”, ragoût de crevettes, Saint-Jacques, lait de coco, poivrons et coriandre, servi avec du riz blanc, puis de l’ananas rôti avec une boule de glace macadamia. Tout cela n’était pas mauvais, mais sans plus, il manquait ce goût de reviens-y qui fait toute la différence. De même, le service était affable et efficace, mais très impersonnel.

Vendredi soir, nous avons mangé tard car nous sommes allés chercher une amie à la gare vers 21h30. J’ai fait des simples pennes aux courgettes, crevettes et basilic (et j’aurais dû forcer sur la dose de basilic, elles étaient un peu fades).