Des sorties, et quelques repas maison

Cette semaine, nous sommes beaucoup sortis, il va falloir que je rattrape un sérieux retard de sommeil…

Samedi soir, nous étions miraculeusement à la maison. J’ai fait une tajine de porc à la sauge, à laquelle j’ai adjoint des fonds d’artichaut (surgelés), et que j’ai trouvé particulièrement savoureuse.

Dimanche midi, j’ai concocté une soupe de poulet au tapioca et à la coriandre (recette déchirée dans un vieux Elle à Table et introuvable online) – là aussi je l’ai enrichie en légumes, cette fois avec des bok choi grossièrement hachés et ajoutés peu après les lanières de poulet.

Dimanche soir, j’ai fait une fondue au vacherin – et j’ai enfin compris pourquoi parfois elle devenait grumeleuse ! En fait, c’est le signe d’un simple manque d’eau (je vous rappelle que la fondue pur vacherin se fait à l’eau, pas au vin), ce qui est facilement remédiable. Alléluia !

Lundi soir, j’étais seule à la maison et j’ai soupé d’un avocat et d’un œuf dur mayonnaise – un repas de flemmarde que j’adore.

Mardi soir, première sortie : nous allions à Morges au théâtre avec des amis, et avons cherché un restaurant dans les parages qui accepte de nous servir à 22h. Du coup, nous avons découvert une petite perle : l’Auberge de l’Union, à Saint-Prex. Nous avons été accueillis avec le sourire et une grande gentillesse, on nous a installés, pris la commande d’apéritifs, puis, quand on nous les a servis, des plats, en nous précisant bien de prendre notre temps pour manger, pas besoin de se presser. De plus, c’est absolument délicieux ! Nous nous sommes partagé une portion de terrine de foie gras aux figues et Porto, que j’ai fait suivre d’une belle assiette d’omble chevalier sauce chasselas, servi avec une excellente écrasée de pommes de terre aux herbes et avec des petits légumes.

Mercredi soir, deuxième sortie : j’avais été invitée (grâce à ce blog je crois) à la soirée d’inauguration du marché de Noël de Lausanne, Bô Noël. Il faut savoir que, depuis cinq ans qu’il existe, Bô Noël prend de plus en plus d’ampleur, jusqu’à être inclus dans le top 5 des marchés de Noël d’Europe par je ne sais plus quelle revue britannique. Il est aussi couplé avec le festival Lausanne Lumières, qui orne notre ville de sculptures et animations lumineuses souvent très réussies. La soirée a commencé au Coeurnotzet, bar installé sous les voûtes du Grand-Pont. Nous étions à l’étage, ce qui donne une vue inédite sur les arches du pont, ainsi que sur la place Centrale. De plus, c’est très joliment aménagé, avec un bar bien sûr, des fauteuils et tables éparpillés, des braseros, et au beau milieu de tout ça, l’arbre qui pousse à cet endroit-là et auquel on a aménagé un passage dans le plancher. Mes photos sont hélas peu nombreuses et très pourries, mon téléphone disposant d’un appareil photo qui est excellent de jour et épouvantable de nuit (mais c’est mieux en noir et blanc, ce qui explique ce que vous voyez ci-dessous).

Nous avons ensuite eu droit à une visite commentée des installations de Lausanne Lumières, et je dois dire que mon gros coup de cœur va à l’illumination du portail nord de la Cathédrale, que je vous invite à ne pas rater, et qui d’une part met en valeur tous les détails des sculptures de ce portail, et d’autre part crée une image magique, qui m’a fait penser aux ravissantes crèches peintes d’Amérique du Sud, en version immense. A savoir : ce type de visite guidée est proposé gratuitement tous les jeudis soirs de novembre et décembre, à 19h (départ sur la place Centrale), et c’est vraiment à faire (durée : une heure environ).

Enfin, nous avons pu déguster une belle planchette de charcuteries puis une excellente fondue moitié moitié au restaurant éphémère 2020, sis sur la Terrasse Bel-Air (et qui sera ouvert non seulement pendant toute la durée de Bô Noël, mais aussi après, pour les JOJ 2020). Bref, une belle soirée !

Jeudi soir, troisième sortie : nous nous étions inscrits à la soirée des 35 ans du CAVE, qui avait lieu au Beau-Rivage à Genève. Le menu était le suivant :

Je dois dire que la qualité de la cuisine était impressionnante, surtout si l’on pense que c’était servi à 180 personnes. Cuissons parfaites, goûts frais et subtils, et même moi qui suis tout sauf un bec sucré j’ai adoré le dessert ! Et il faut absolument que j’apprenne à faire des olives confites, c’est une tuerie. Quant aux vins, ils étaient dignes de la sélection du CAVE, qui est toujours parfaite.

Vendredi soir, ouf, un soir à la maison, j’ai fait des bêtes steaks frottés aux épices créoles et accompagnés d’une salade verte.

Les dix meilleurs plats que j’ai cuisinés ces derniers temps

Non, je n’ai pas seulement été au restaurant, j’ai aussi fait la cuisine ! Voici un “best of” de ces dernières semaines :

  1. Des lasagnes bœuf et aubergines. Je les ai faites sans recette, avec des lasagnes fraîches (que je ne précuis pas), des aubergines passées à la vapeur puis grillées, du bœuf haché revenu avec des oignons, une belle béchamel bien abondante, et du Parmesan râpé. J’en ai fait pour 6 personnes, nous étions 4, mes deux Attilas ont tout ratiboisé, il n’en n’est pas resté une miette.
  2. Des pelmeni (de bœuf et porc). Je les ai achetés surgelés chez Doushka, ils étaient géniaux ! Juste cuits au bouillon, puis assaisonnés d’un tout petit peu de vinaigre et de smetana (elle aussi achetée chez Doushka), une tuerie.
  3. Un poulet à la créole absolument délicieux.
  4. Une soupe à la courge (tout simplement du potimarron paré et coupé en cubes, cuit dans du lait et mixé) accompagnée de muffins au fromage.
  5. Un hachis Parmentier au céleri inventé par moi, et je dois dire drôlement bon.
  6. Un excellent renversé de pommes au calvados.
  7. Une açorda de mariscos (panade aux fruits de mer portugaise) excellente (mais je n’ai pas utilisé le persil mentionné dans la recette, j’ai mis de la coriandre, ce qui est plus traditionnel et surtout bien meilleur).
  8. Une très bonne salade de poulet aux noix de pécan.
  9. Un chili con carne (fait avec des haricots noirs, mes préférés) accompagné de cornbread (pain de maïs) à la place de riz. La recette de cornbread provient du livre de Steven Raichlen “High Flavor Low Fat Cooking” que j’utilise avec bonheur depuis une quinzaine d’années – quant au chili, je l’ai fait au pifomètre.
  10. Un tajine de poulet aux légumes de saison (que j’ai accompagné de couscous) trouvée dans le même livre de Raichlen. L’auteur préconisait d’employer des carottes, du céleri-boule et des navets, j’ai mis des carottes, du potimarron et des coings. Ben quoi, j’aime pas les navets… et on est en pleine saison des coings, qui ont donné une délicieuse touche acidulée et fruitée.

Long Time no Read

Ô Lecteur, lectrice chéri(e), pardonne-moi, je t’ai fait faux bond ces derniers temps. En cause, un agenda chargé et un merveilleux long weekend de l’Ascension à Londres.

Je me rattrape donc, et t’offre trois semaines à la fois !

Première semaine

Samedi soir, après un apéro chez des amis, nous avons été manger Chez Cavu. C’est toujours aussi bon, mais hélas le menu du soir, qui de mémoire comportait entrée, plat et dessert et coûtait un peu moins de 100 frs, a été remplacé par un menu à rallonge (4 plats et dessert si je ne me trompe) bien plus cher. Tant pis, nous avons pris à la carte. Le service était un peu approximatif, mais aimable. J’ai commandé, en entrée, une nage de homard parfaite, et en plat, une côte de veau gargantuesque et délectable.

Dimanche midi, j’ai passé au four une grosse truite trouvée chez le poissonnier du marché en m’inspirant de cette recette. Accompagnée d’une purée de petits pois, elle était parfaite !

Lundi soir, une recette trouvée il y a plusieurs années et très appréciée, la salade ardennaise. C’est en même temps simple, savoureux et original !

Mardi soir, j’ai fait un tajine aux citrons confits. En même temps que la viande, j’ai fait cuire des carottes et légumes variés (ce que j’avais dans mon frigo !), et je l’ai servie avec du couscous. J’ai peut-être un petit peu trop cuit la viande, sachant que j’ai utilisé des cuisses de poulet désossées en lieu et place d’un poulet coupé en morceaux, mais c’était quand même très bon.

Mercredi soir, un rôti de veau normand, auquel j’ai ajouté des pommes de terre nouvelles pour en faire un plat complet – très bien (mais mon Calvados n’a jamais voulu flamber, allez savoir pourquoi !), peut-être un peu trop doux à mon goût.

Jeudi soir, nous avons profité du festival “moitié-prix” La Fourchette pour aller manger aux Chevreuils. Le service était gentil, mais avec une suite impressionnante d’erreurs, tellement que je me suis amusée à en dresser une liste :

  • Personne ne nous a pris les manteaux à l’arrivée (alors qu’il s’agit d’un restaurant assez chic).
  • On est venu nous demander si on voulait un apéritif alors que mon compagnon était absent – occupé, justement, à ranger les manteaux au vestiaire.
  • On a voulu nous faire goûter le vin alors que nous étions en train de boire l’apéritif.
  • Comme nous avons dit que nous goûterions plus tard, la bouteille a été posée sur la table et plus personne ne s’en est occupé après, nous avons goûté puis fait le service nous-mêmes pendant tout le repas.
  • Nous avions pris une eau minérale et une eau gazeuse. On m’a demandé laquelle je voulais (très bien), j’ai dit que c’était l’eau gazeuse, après quoi on a demandé à mon compagnon laquelle il voulait (euh, et l’eau plate c’est pour notre chien invisible ? Elle était assez drôle celle-là).
  • Une petite saucière a été renversée par une serveuse sur la nappe. En soi je ne considère pas cela comme un problème, ça arrive. Sauf que là, la nappe a bien été recouverte d’une serviette mais les giclures généreuses sur le parquet à côté de moi ont été ignorées jusqu’à la fin du repas ou presque.
  • Nous avons attendu l’addition pendant un quart d’heure.
  • En partant, personne ne nous a salués.

Bref, il manquait très clairement la supervision d’un(e) maître d’hôtel… Mais fort heureusement, la cuisine était, elle visiblement bien dirigée et nous nous sommes régalés ! Mon tartare de langoustines était une pure merveille. La portion était malheureusement minuscule, mais comme mon compagnon avait pris un fabuleux risotto au magret de canard et foie gras dont la portion était énorme pour une entrée, j’ai joyeusement phagocyté son assiette… En plat, j’ai beaucoup apprécié le pigeon rôti (même si les févettes qui l’accompagnaient étaient bien peu nombreuses).

Vendredi soir, c’était la fête des voisins dans notre rue. J’y ai contribué avec une salade de lentilles au jambon (avec beaucoup de persil et d’oignon frais), ainsi que des gougères.

Deuxième semaine

Samedi soir, j’ai improvisé un lapin (découpé en morceaux) enduit de moutarde et rôti au four, accompagnée d’une salade.

Dimanche midi, j’ai fait une recette qui me trottait dans la tête depuis un moment et dont je suis très contente, des spaghettis à la crème de fenouil.

Dimanche soir, nous avions des invités. En entrée, je me suis inspirée de cette recette pour faire des pressés de chèvres aux asperges et au melon. Le plat fut un gigot d’agneau cuisson lente sur lit de roquette et Parmesan, accompagné d’haricots borlotti frais au romarin. Et en dessert, un bon classique français, une charlotte aux fraises.

Lundi soir, repas sans cuisine (ou presque) : plateau de fromages, asperges sauvages poêlées et fruits (cerises, poires, pommes).

Mardi soir, côtelettes d’agneau au grill du four, et une recette inventée sur le moment de bettes aux pois chiches, que j’ai trouvée digne de retranscription.

Puis nous sommes partis à Londres, ce qui fera l’objet d’un prochain article.

Troisième semaine

Dimanche soir, en rentrant de Londres (avec une très petit faim étant donné nos agapes là-bas), il fallait quand même nourrir nos ados restés au bercail, j’ai servi sans complexe les restes décongelés et réchauffés du rôti de veau normand et pommes de terre nouvelles de la semaine précédente.

Lundi soir, j’ai fait une quiche lorraine (une vraie, sans fromage, avec seulement le bon goût de la crème et du lard) et une salade de brocolis (juste passés à la vapeur avec de l’ail en fine tranches, parsemés d’amandes effilées et assaisonnés de vinaigre d’abricots et d’huile d’olive).

Mardi soir, j’ai été manger avec une amie au Karma. C’est un restaurant de cuisine fusion que j’aime bien, les assiettes sont belles, appétissantes, savoureuses et bien servies, et le tartare de bœuf à l’italienne (aux tomates séchées, Parmesan, basilic et pignons) que nous avons pris était excellent, avec mention spéciale à l’accompagnement, des grosses frites “rustiques” vraiment délicieuses.

Mercredi soir, un simple filet de bœuf cuisson lente (avec une qualité de viande pareille, pas besoin de sauce), et une salade verte.

Jeudi soir, des rognons Beaujolaise (échalotes, déglaçage au Cognac, finition avec un mélange moutarde-crème) et purée de petits pois.

Et vendredi soir, à 7, avec des amis :

  • En entrée, un velouté de petits pois servi froid en verrines, et accompagné de crackers au fromage. Le velouté était parfait, bien frais pour cette première belle soirée d’été, mais les crackers étaient imprésentables, complètement friables, bien que délicieux. Je pense que j’ai étalé la pâte trop fin (la recette spécifiait que l’on pouvait faire environ 45 crackers avec la portion de pâte spécifiée, j’ai vraiment étalé fin, je pense qu’il s’agissait de 45 tous petits crackers…). Mais c’était joli quand même :

2014-06-06 20.20.37

  • Ensuite, un poulet au Vin Jaune sans morilles (deux des convives ne les appréciant pas), et accompagné de riz basmati et d’asperges vertes rôties au four. Là je vais parler vins, pour une fois (je devrais peut-être en parler plus souvent, d’ailleurs, puisque c’est aussi l’une de mes passions !). J’ai utilisé, comme tout Jurassien vous le recommandera, du Savagnin pour la recette, et juste rajouté un demi-verre de Vin Jaune 10 minutes avant de servir – c’est trop dommage de passer du Vin Jaune à la casserole comme ça ! Et avec le plat, j’ai servi deux bouteilles successives (puisque nous étions 5 à en boire) : un Vin Jaune « Côtes du Jura » 2005 de la Fruitière Vinicole de Voiteur, puis un Château-Châlon de la même année et de la même Fruitière. Si l’on se posait la question de savoir s’il vaut la peine de mettre le prix dans une appellation Château-Châlon, la réponse était claire : le premier était excellent, mais le Château-Châlon était à tomber les chaussettes !
  • En dessert, j’avais fait des Fontainebleaux aux fraises. Ils étaient délicieux, mais la prochaine fois je diviserai la quantité de sucre par 2, nous les avons tous trouvé trop sucrés (il faut dire que j’avais trouvé des vraies belles fraises bien goûteuses et bien mûres à la Ferme Vaudoise, peut-être qu’avec des fraises fades nous aurions moins eu cette sensation).

2014-06-06 17.16.28