Pêle-mêle

Je n’ai pas été très assidue sur ce blog, c’est le moins qu’on puisse dire. Des absences (dont un long weekend de Pâques à Londres, très agréable), une flemme généralisée (j’accuse ce printemps froid qui me déboussole), bref, aucune excuse en vérité…

Je vous fais un petit pêle-mêle « best of » de ces dernières semaines, pour la peine.

En cuisine

Un filet de brochet (du lac de Neuchâtel) à la plancha, arrosé de beurre blanc à la crème (ce que j’appelle un beurre nantais, c’est plus léger, plus stable et tout aussi bon) et accompagné de petites pommes de terre rôties et de barba di frate blanchie puis revenue une minute ou deux dans un peu d’huile d’olive – divin !

Du zhug, que j’ai servi tout d’abord avec des tranches de porc poêlées et des légumes grillés, puis quelques jours après avec des steaks de boeuf, et enfin en pesto (additionné, comme il se doit, de Parmesan et petites graines moulues) avec des pâtes. C’est une sauce pleine de saveurs et très versatile, que j’ai beaucoup appréciée (je l’ai faite sans huile, comme le suggérait un des commentaires de la recette).

Un délicieux pilaf de freekeh (accompagné de charcuteries).

Une entrée en duo : bavarois d’asperges et salade de César d’asperges crues, étonnante et excellente.

Un rapicolant féroce de morue et d’avocat, accompagné d’une salade de jeunes pousses et de tomates cerises.

Un très bonne soupe colombienne au poulet et à l’avocat (je n’aurais jamais pensé à mettre de l’avocat dans une soupe, mais ça fonctionne vraiment bien).

Un repas à quatre, avec une entrée de rillettes de lapin, suivies d’un byriani d’agneau (recette du livre « La cuisine indienne légère« , il était parfaitement réussi et délicieux, à ma grande joie, je dois dire que je n’étais pas très sûre de moi sur ce coup-là), et en dessert de la crème de mangue à la cardamome.

Au restaurant

D’excellents intestins de porc sautés, visiblement d’abord frits puis cuisinés avec des oignons, des concombres et du piment, au Bambou d’Asie.

Une jolie découverte à Evian, un restaurant créole, Un Amour de Fourchette, tout petit, joliment décoré, avec une patronne charmante et une excellente cuisine. Nous avons tout d’abord partagé des accras de morue aériens et savoureux (parmi les meilleurs que j’aie jamais mangés, et j’en ai mangé pas mal…), puis partagé à nouveau un plat de rougaille saucisses et un plat de filet de daurade sauce chien.

Un excellent repas entre amis au Nandanam, où je me suis régalée de calamars au piment puis de grosses crevettes au gingembre et au piment (mais qu’est-ce qui vous fait penser que j’aime le piment ?!?).

Et si vous voulez connaître nos turpitudes culinaires à Londres, j’ai mis à jour ma page de restaurants londoniens.

Venez surfer le 10 mars !

Il y a un an et demi environ, j’avais organisé un Surfing Dinner chez moi. Je remets le couvert (c’est le cas de le dire !) le dimanche soir 10 mars, cette fois pour un « Voyage en Asie » composé d’une salade de papaye verte en entrée, puis d’un laksa de crevettes accompagné de riz gluant, et enfin de bananes au tapioca et lait de coco, tout cela pour la modique somme de 30 francs (et je promets du bon vin !). Le principe est toujours le même, inscription sur le site Surfing Dinner, et un repas en table d’hôte à la maison, en compagnie de sympathiques inconnus (8 personnes au maximum, y compris mon homme et moi-même). Ca vous tente ?
[EDIT] Désolée (et flattée je dois dire), c’est maintenant complet !

Stockholm en décembre

Notre fils cadet faisant ses études en Suède, nous l’avons retrouvé à Stockholm juste après Noël pour passer quelques jours ensemble. Nous logions dans un appartement très agréable (merci AirBnB). Nous avons un peu cuisiné ensemble (des repas de midi), mais nous avons surtout mangé au restaurant, j’ai donc mis à jour ma page de restaurants sur la Baltique.

Voici quelques photos (je n’en n’ai pas pris beaucoup, il ne faisait jour que de 8h30 à 15h…), pour le plaisir :

Et je vous promets un retour au format habituel de ce blog dès la semaine prochaine !

Souvenirs de voyage

Je n’ai pas été très présente sur ce blog, mais pour une bonne cause : les vacances ! Nous avons passé quelques jours à Miami, puis en croisière (sur un bateau pas trop grand, moins de 600 passagers, je n’aime pas ces villes maritimes immenses) dans les Caraïbes. C’était beau, il faisait chaud, c’était relaxant, et nous avons, est-ce une surprise, très bien mangé, j’en parle sur cette page.

Pour me faire pardonner, je vous offre ces quelques photos…

Lausanne à Table, demandez le programme !

J’ai eu le plaisir et l’honneur d’être invitée au lancement « presse » de Lausanne à Table, qui s’est déroulé sous un soleil étincelant à Ouchy (et l’idiote du village que je suis avait bien sûr oublié son téléphone – et donc son appareil photo – à la maison, donc pas de photos !). Je précise que même si j’ai été invitée, je fais ce billet surtout parce que j’adore Lausanne à Table, pas parce que j’ai pu boire du vin aux frais de la princesse.

Lausanne à Table, c’est the manifestation de la belle saison à Lausanne depuis quelques années, une odyssée locale sur le thème de la nourriture, avec plein d’événements tous plus appétissants et tentants les uns que les autres. Cette année, cerise sur le gâteau, l’épopée se prolonge jusqu’en décembre, et il y a même une intersection avec le marché de Noël de Lausanne, Bô Noël !

Vous trouverez bien entendu tout le programme sur le site, mais voici ma petite sélection perso de ce qui me tente le plus (sachant que cette année, je ne prends pas de vacances en été, juste une semaine en mai, et que donc je serai présente presque tout le temps) :

Si vous habitez à Lausanne ou dans la région, ne ratez pas ça, il y en a pour toutes les bourses et tous les goûts, on peut y passer l’été bien sûr, mais on peut aussi aller à un truc par ci par là, ce serait dommage de s’en priver.

Rome !

Ne pas aller au moins une fois par année en Italie est impensable pour moi, même si c’est tout près (Aoste est à deux heures de route de Lausanne), même si c’est peu de temps. Et ne pas aller au moins une fois (si possible deux) par décennie à Rome est tout aussi impensable. Cette ville est magique. C’est, comme Paris, autant une ville d’habitants qu’une ville touristique, et elle recèle un nombre de trésors à visiter incroyable (rien que près de 600 églises, vous imaginez !). Bien sûr, il y a le Panthéon, la piazza Navona, le Colisée, les Forums, le Vatican et Saint-Pierre…. Mais il y a aussi les Thermes de Caracalla, les Marchés de Trajan, la Domus Aurea de Néron, la basilique San Clemente, Saint-Jean-de-Latran, et tant d’autres merveilles ! Et puis rien que le fait de s’y promener, l’atmosphère, et ai-je mentionné les églises ?

Et bien sûr, puisque le sujet de ce blog est la nourriture, n’oublions pas les restaurants. On peut, comme dans toutes les villes touristiques, manger très mal à Rome, mais si on fait un peu attention, on peut aussi y manger merveilleusement bien. Nous venons d’y passer une semaine, et je vous livre sur cette page mes meilleures adresses. Enjoy !

Auto-publicité éhontée

J’avais parlé de l’organisation « Surfing Dinner » dans cet article et dans celui-ci. Nous avions déjà testé la fonction de convive, voilà que je me lance dans la fonction d’hôtesse ! Je propose, vendredi 22 septembre au soir, un repas intitulé « Mamma mia, des abats ! » dans lequel, ô surprise, je propose… des abats. Je sais que ce n’est pas au goût de tout le monde, mais je sais aussi qu’il y a des amateurs passionnés, lesquels ont souvent du mal à trouver ce genre de mets au restaurant. En entrée, je proposerai une terrine de ris de veau aux morilles, puis, en plat, des rognons de veau bordelaise avec des pommes de terre rôties, et en dessert une Pavlova aux fruits d’automne, le tout arrosé de bons vins, pour la modique somme de 30 francs par personne. Il reste des places, avis aux amateurs !