Bientôt les vacances

Samedi soir, nous avons été nous promener au Festival de la Cité. J’y vais depuis mon adolescence, mais je dois honnêtement avouer que maintenant, la programmation est devenue beaucoup trop hermétique et avant-gardiste pour moi (comme presque tout ce qui est spectacle à Lausanne, d’ailleurs, malheureusement). Je fais partie de ces gens bizarres qui aiment les pièces de théâtre racontant une histoire, que le “performance art” m’ennuie à mourir, qui en musique aiment le mélodique et les chansons, bref, on dira que je suis une classissiste, et je trouve dommage que la presque totalité de la programmation lausannoise soit maintenant axée vers le pourcentage de la population (non négligeable certes, mais tout de même minoritaire) qui aime l’hyper-modernité. Comme mon homme et nos deux fils sont pareils, la seule chose que nous faisons maintenant au festival est de rencontrer des amis, boire des verres et croquer un morceau. Nous avons mangé sur l’esplanade de la cathédrale, du jerk chicken Jamaïcain accompagné de riz aux haricots noirs, de plantains frites et de cole slaw. C’était bon mais horriblement lentement servi, on voit qu’on n’a pas affaire à des pros quand les plantains se font éplucher et frire après la prise de commande !

Dimanche midi, j’ai servi des crevettes bouquet avec une mayonnaise mousseline et des tranches de melon :

 

Dimanche soir, j’ai grillé des tranches de gigot, que j’ai escortées de carrés de polenta grillés eux aussi et de gros champignons de Paris rôtis à l’ail.

Lundi soir, j’ai servi des filets de loup poêlés sauce crème-curry-gingembre (la recette est dans l’énoncé !), avec une fondue de poireaux :

cof

Mardi soir, j’ai fait des spaghettis au poulet et aux tomates cerises et une salade verte.

Mercredi soir, nous avons été tester un nouveau restaurant italien à Lausanne, le Perbacco. En entrée, j’ai choisi une salade verte aux fraises, jambon cru, Parmesan, fraises et vinaigre balsamique :

cof

J’ai ensuite continué avec une battuta di fassona Piemontese (tartare Piémontais, c’est à dire juste assaisonné à l’huile d’olive, sel et poivre, de façon à faire ressortir le goût de la viande) accompagné d’une salade verte. C’était un bon repas, mais peut-être manquait-il juste le petit “zing” qui enthousiasme pleinement. Je crois que nous allons attendre un peu le rodage, puis réessayer.

Jeudi soir, j’ai servi un velouté froid aux petits pois et à la menthe (là aussi, la recette est dans l’énoncé), avec du saucisson sec et quelques fromages.

Vendredi soir, nous avons fait une mini-croisière du 14 juillet sur le Léman sur le Suisse, un des beaux bateaux vapeur belle époque de la CGN : repas puis feux d’artifice. C’était superbe en début de soirée avec des lumières incroyables

burst

et superbe en fin de soirée avec un festival de feux d’artifices tirés au large d’Evian. Nous avons remarquablement bien mangé, avec une délicieuse cassolette de ris de veau et champignons en entrée :

cof

puis un “rôti d’omble, jus mousseux au lard fumé, brochette de légumes au thym, crémeux de riz vénéré” remarquable :

cof

et enfin un dessert composé d’une tarte tatin et d’une verrine de petits fruits rouges surmontée de crème mascarpone à la cannelle.

Sur ce, je vous dis au revoir pour quelques semaines, puisque nous serons en vacances. Alors, bel été à vous mes lecteurs et lectrices, et rendez-vous à la mi-août !

Des soupes pour souper…

Samedi soir, nous avons mangé avec des amis à Cucina41, dont j’avais narré la découverte dans cet article. En entrée, j’ai choisi un “Carpaccio de Boeuf mariné à la vanille avec oeuf poché, sauce au vin et truffes” qui était très réussi, viande pleine de saveur, les truffes en point d’orgue, et en plat, le “Veau à la parmigiana (farci avec pain, oeufs et Parmigiano) avec pommes de terre nouvelles, salade de haricots et échalote au vinaigre de framboise”, tendre, avec une farce très savoureuse. C’est la troisième fois que nous y allons, et c’est décidément une adresse à retenir.

Dimanche à midi, j’ai fait des raviolis ricotta et citron (ramenés d’Italie) avec une “sauce” toute simple à base de crevettes, vodka et un peu d’eau de cuisson des raviolis.

Dimanche soir, étant donné les températures (-7°C, quand même), j’avais envie d’un vrai plat d’hiver, et même s’il vient d’un pays chaud, c’est ce que le chili con carne est pour moi ! J’en ai donc fait un, avec de la viande de bœuf et des haricots noirs, et accompagné de riz blanc, de guacamole, de coriandre hachée, de dés de poivrons et de crème acidulée (pas de recette, c’est un plat facile à improviser du moment qu’on l’a fait quelques fois).

Lundi soir, j’ai fait le curry de potiron et dal de Carole, et des naans en accompagnement (la recette est pour les naans au fromage, mais j’ai utilisé la pâte et fait des naans nature). Ce curry est délicieux ! Je n’avais pas de toor dal, j’ai utilisé de l’urad dal à la place, et j’ai doublé la recette, mais à quatre, nous avons presque tout mangé (il en est resté une petite portion). Quant aux naans, la recette est excellente et en plus, j’ai utilisé une tortilla press (ramenée des US), ce qui m’a permis de les étaler en un rien de temps.

Mardi matin, mon fils cadet s’est fait extraire les quatre dents de sagesse. Il avait ordre de ne manger que du liquide pendant plusieurs jours, j’avais donc prévu une série de soupes.

Mardi soir, j’ai fait, avec de la purée de haricots verts achetée chez Picard, une soupe de haricots verts, lait condensé et Parmesan (la recette est dans l’énoncé).

Mercredi soir, j’ai fait un potage vert d’hiver (j’ai doublé la recette qui est pour une entrée) très bon et facile à faire.

Jeudi soir, soupe au potiron, carottes et lait de coco. Elle était bonne, mais je n’ai pas trouvé que les carottes apportaient grand-chose, et on ne sentait pas du tout le lait de coco.

Vendredi soir, nous avons dégusté une excellente bouillabaisse lors d’une soirée à thème au restaurant du Stand de Gilamont. Elle était parfaite : une salade un petit flan salé en entrée, puis le bouillon de poisson servi avec des croutons et de la rouille, et enfin les poissons et crustacés (dont du rouget, du calamar très tendre, des moules, et plein d’autres choses) avec encore une petite louchée de bouillon et des pommes de terre. Le goût y était “comme à Marseille, peuchère !”.

Du piment dans les assiettes

Samedi soir, j’ai servi un ragoût de porc et poulet à la banane très réussi, accompagné de patates douces et tranches d’ananas rôties au four. J’y avais incorporé un demi-piment habanero frais haché en début de cuisson, le degré de force était parfait. Le vin d’accompagnement était un Malbec Cent Visages de Loire surprenant (on n’a pas l’habitude de trouver du Malbec en pays de Loire) et délicieux.

Dimanche midi, après avoir vu la jolie exposition sur les contes de fée au Palais Lumière, nous avons mangé à Evian au Petit Lyon. C’est je crois la première fois que je vois un restaurant tenu entièrement (salle et cuisine) par une seule personne, et ma foi, chapeau ! C’était bon (cuisine de bistrot lyonnais, comme l’indique le nom), bien servi, avec beaucoup de gentillesse, même si, ce qui est bien compréhensible, il y avait parfois quelques lenteurs (mais rien de dramatique). Nous nous sommes partagé une excellente terrine de ris de veau en entrée, puis j’ai pris un plat rarissime en dehors de Lyon, à savoir un tablier de sapeur, servi avec de la purée de pomme de terre et des épinards au beurre. En dessert, nous avons tous deux craqué pour la mousse au chocolat, parfaite, très mousseuse et aérienne. Nous avons très traditionnellement arrosé ce repas d’un agréable pot de Beaujolais-Villages.

Dimanche soir, j’ai fait une carne cruda all’albese comme je la mangeais au défunt restaurant Chez Emmanuele à Lausanne, sur lit de fenouil : une couche de fenouil cru coupé très fin, assaisonné de sel, poivre, jus de citron et huile d’olive, puis une couche de veau coupé fin et aplati au rouleau à pâtisserie, assaisonné de la même manière, puis une couche de copeaux de Parmesan. Avec une bonne baguette ramenée d’Evian, c’était excellent ! Le Barolo Cantina Terre del Barolo 2005 que nous avons bu avec ce repas se mariait parfaitement au plat.

Lundi soir, cuisine rapide : une salade verte garnie de croûtons au chèvre chaud. Simple mais bon. Et l’accord avec du Sauvignon comme dans la patrie du chèvre (Chavignol !) : un Touraine-Sauvignon Le Petiot 2009.

Nous avions acheté du boudin en France (je dois avouer une nette préférence pour le boudin français par rapport au boudin suisse) et j’avais envie de faire autre chose que le traditionnel boudin pommes en l’air (par ailleurs très bon). Mardi soir, j’ai donc fait un rougail boudin, flageolets et riz, et servi le piment à part (nous avons un intolérant au piment dans la famille, qui était absent samedi soir, mais cela fait que j’ai toujours un bocal de bon piment antillais en purée au frigo, que je mets sur la table quand je juge que le plat s’y prête) : C’est une recette que je garde précieusement, j’ai adoré ce plat ! Le reste de Barolo de dimanche soir l’a parfaitement bien accompagné.

Mercredi soir, j’ai continué la série “cuisine des îles” et servi un très bon curry de gambas au porc, avec du riz basmati, et là aussi le piment à part. Je dois avouer que j’ai utilisé un curry indien, n’ayant pas de curry malgache et aucune idée de sa composition, malgré une recherche sur Google. Nous avons bu un Saint-Chinian Clos Bagatelle Veillée d’automne 2009.

Jeudi soir, nous avons mangé à l’Auberge Aux 2 Sapins à Montricher. Nous y allons assez régulièrement, malgré l’éloignement, et nous ne sommes jamais déçus. L’auberge propose une formule “menu-carte” que je trouve très sympathique, et qui offre un excellent rapport prix-plaisir. Nous avons pris la version 3 plats (entrée, plat, fromage ou dessert). Mon entrée était un “Plaisir de St-Jacques et crabe” composé d’une petite salade de mâche, de quelques St-Jacques rôties et d’une sorte de rillette de crabe surmontée d’un carpaccio de St-Jacques. En plat, j’ai choisi le “Pavé de maigre sauvage aux coquillages”, à savoir un beau pavé de maigre rôti, accompagné de petits légumes, d’une délicieuse sauce émulsionnée à l’oursin (joliment servie dans sa coque) et de ravioles de coques et moules. Et comme dessert, j’ai pris une tatin de coings et poires qui m’a ravie. Elle était si joliment présentée que j’en ai, ô miracle, pensé à sortir mon téléphone pour l’immortaliser :

2014-12-18 21.24.02

 

A vrai dire, tout le repas m’a ravie ! Nous avons accompagné ces agapes d’un excellent Sauvignon Blanc genevois.

Vendredi soir, soupe de potimarron (toute simple : potimarron en cubes cuit dans un mélange d’eau et de crème, salé, poivré et mixé), muffins au potiron, châtaignes et Comté et salade verte. Les muffins étaient délicieux ! Nous avons fini le Saint-Chinian de mercredi soir.