Frrrrroid !

Brrr, ça y est, on est passés directement de l’été à l’hiver, ça caille ! Et quand vous saurez que nous sommes en plein remplacement de chaudière et que la chaudière temporaire, très sous-dimensionnée, nous a assuré la douce température de 17° dans la maison (elle a été remplacée depuis par une plus puissante, les dieux soient loués), vous comprendrez ma douleur…

Samedi soir, on avait des amis à la maison (l’ancienne chaudière était encore en service, heureusement !). J’ai servi en entrée une salade russe à la polonaise (elle a toujours son petit succès), puis du civet de chevreuil (qui marinait au frais depuis 8 jours, résultat il était d’une tendreté exceptionnelle) avec de la polenta et des haricots verts, et en dessert des muffins au citron dont je recommande chaudement la recette, tout tendres, moelleux et savoureux avec une couronne bien fondante.

Dimanche à midi, j’ai fait des spaghettis au citron et à l’ail (excellents, mais je n’ai pas réussi à attraper Scarlett Johansson, sorry Funambuline, mais comme je lorgne plutôt sur Brad Pitt, pas grave).

cof

Dimanche soir, j’ai laqué un carré de cerf avec de la sauce barbecue smoky, je l’ai passé au four et servi avec du chutney de coriandre et le restant de la polenta de la veille, poêlée.

2018-10-28 19.53.37.jpg

Lundi soir, nous avons testé avec des amis la nouvelle cuisine des Alliés (le cuisinier ayant changé début septembre), eh bien chapeau ! J’ai pris le menu chasse, avec d’abord la “saladine de ris de veau croustillants et feuilleté aux champignons”, puis l’entrecôte de chevreuil sauce aux myrtilles, et enfin le baba au whisky et sa mousse de marron au caramel. Tout était un délice, avec un coup de coeur particulier pour la saladine, les ris de veau étaient coupés fins et très croustillants, le feuilleté goûteux et aérien, bref, une merveille !

Mardi soir, j’ai improvisé un gratin avec des quenelles natures, nappées d’un mélange de sauce tomate (celle de ma belle-mère, délicieuse, dont j’ai une réserve presque inépuisable) et d’ajvar piquant et parsemées de Parmesan et de Comté râpés. Excellent !

cof

Mercredi soir, j’ai essayé une recette de ragoût d’agneau perse aux haricots rouges, que j’ai servi avec du riz basmati. C’était beaucoup de boulot et de temps de préparation et de cuisson pour un résultat bon sans plus, donc je ne vous le conseille pas vraiment (surtout si on sait que le gratin de quenelles de la veille m’avait pris bien moins de temps et était meilleur !).

cof

Jeudi soir, nous avons rapidement mangé à La Grange avant d’aller au théâtre juste à côté. Les pizzas étaient très bonnes, nous avons partagé une Diavolo (chorizo et poivrons) et une Funghi porcini e rucola (aux bolets et roquette) :

Vendredi soir, nous sommes retournés au Restaurant du Chasseur déguster la chasse avec des amis. C’était parfait, comme d’habitude. J’ai pris la poêlée de chanterelles en entrée, puis le tartare de cerf (avec des toasts de vrai bon pain grillé au feu de bois, miam !), et je me suis régalée :

Légumes de saison

Samedi soir, nous avons fait un rapide repas (avant le théâtre) au Délicieux. J’ai commencé par des nems, qui étaient vraiment exquis (c’est assez rare pour être soulignés, souvent les nems c’est gras et sans intérêt), croquants et pleins de goût. Ensuite, j’ai pris des très bons travers de porc laqués et du riz blanc. Mon seul reproche est qu’il n’y avait strictement aucun légume, ni avec le plat ni comme accompagnement à la carte, c’était dommage.

Dimanche midi, nous avons testé le brunch du Bellagio. Il était superbe et excellent. Tout d’abord, nous avons razzié un immense buffet d’entrées (avec, je cite pêle-mêle, du saumon mayonnaise, du vitello tonnato, de la charcuterie, plusieurs sortes de salade, du cocktail de crevettes, et plein d’autres choses) :

cof

Ensuite, il y avait trois sortes de viande (gigot d’agneau, jambon cuisson lente, rôti de boeuf) avec plusieurs accompagnements, dont un émincé de chou au lard savoureux :

cof

Et finalement, le buffet de dessert donnait le tournis tant il était fourni. Dommage que les macarons aient été trop sucrés à mon goût, mais pour le reste, rien à dire !

cof

Dimanche soir, j’ai fait du léger après ce pantagruélique repas de midi : de la courge butternut rôtie au romarin, à la feta et au lard (sans recette, elle est toute entière dans l’énoncé).

cof

Lundi soir, j’ai utilisé un reste de riz à l’indienne que j’avais au congélateur pour confectionner du riz sauté à la chinoise (en y additionnant du jambon, du bok choi, des oignons verts, un peu de carotte, de la sauce soja et de l’huile de sésame). C’était bon, mais j’avais commis l’erreur classique d’utiliser une quantité trop élevée d’ingrédients en plus du riz, et de plus c’était un peu trop salé :

cof

Mardi soir, j’ai fait du poulet tandoori, que j’ai servi avec une salade verte, des morceaux de poivron rouge cru, et des naans (en utilisant cette recette mais sans fromage). Le poulet était particulièrement moelleux et goûteux, probablement parce que je l’avais fait mariner (dans le mélange classique yaourt + épices tandoori + jus de citron) 24h au lieu des 1 à 2 heures conseillées dans la plupart des recettes. Les naans étaient délicieux, je garde cette recette !

cof

Mercredi soir, j’ai servi une timbale de macaronis, excellente :

Jeudi soir, j’ai fait un crumble de légumes au Parmesan, muffins au lard. Le crumble n’était pas mal, mais les muffins étaient vraiment extra, avec une consistance légère et moelleuse. J’avais utilisé de la graisse d’oie à la place du saindoux, et du babeurre à la place du lait (plus de lait dans le frigo !) :

Vendredi soir, nous avons essayé un restaurant pour nous inconnu, la Table de Mary. C’est un restaurant de village qui réunit, visiblement, le café du coin et une table gastronomique. Décor sympa, avec hélas des lumières mal choisies, de la LED qui fait néon, c’est ma seule critique. Le service est charmant, et nous avons très bien mangé. J’ai commencé par une alliance singulière et très réussie, un tartare de cerf garni de quelques huîtres et de betteraves croquantes :

cof

Ensuite, j’ai choisi une entrecôte d’élan rôtie avec une sauce/bouillon oxtail de gibier, accompagnée de ravioles à la courge et de légumes sautés :

cof

C’était une très belle assiette, avec une viande tendre et savoureuse à laquelle l’oxtail ajoutait du caractère, et un accompagnement qui n’était pas, comme c’est trop malheureusement le cas, relégué au second plan.

Du piment dans les assiettes

Samedi soir, j’ai servi un ragoût de porc et poulet à la banane très réussi, accompagné de patates douces et tranches d’ananas rôties au four. J’y avais incorporé un demi-piment habanero frais haché en début de cuisson, le degré de force était parfait. Le vin d’accompagnement était un Malbec Cent Visages de Loire surprenant (on n’a pas l’habitude de trouver du Malbec en pays de Loire) et délicieux.

Dimanche midi, après avoir vu la jolie exposition sur les contes de fée au Palais Lumière, nous avons mangé à Evian au Petit Lyon. C’est je crois la première fois que je vois un restaurant tenu entièrement (salle et cuisine) par une seule personne, et ma foi, chapeau ! C’était bon (cuisine de bistrot lyonnais, comme l’indique le nom), bien servi, avec beaucoup de gentillesse, même si, ce qui est bien compréhensible, il y avait parfois quelques lenteurs (mais rien de dramatique). Nous nous sommes partagé une excellente terrine de ris de veau en entrée, puis j’ai pris un plat rarissime en dehors de Lyon, à savoir un tablier de sapeur, servi avec de la purée de pomme de terre et des épinards au beurre. En dessert, nous avons tous deux craqué pour la mousse au chocolat, parfaite, très mousseuse et aérienne. Nous avons très traditionnellement arrosé ce repas d’un agréable pot de Beaujolais-Villages.

Dimanche soir, j’ai fait une carne cruda all’albese comme je la mangeais au défunt restaurant Chez Emmanuele à Lausanne, sur lit de fenouil : une couche de fenouil cru coupé très fin, assaisonné de sel, poivre, jus de citron et huile d’olive, puis une couche de veau coupé fin et aplati au rouleau à pâtisserie, assaisonné de la même manière, puis une couche de copeaux de Parmesan. Avec une bonne baguette ramenée d’Evian, c’était excellent ! Le Barolo Cantina Terre del Barolo 2005 que nous avons bu avec ce repas se mariait parfaitement au plat.

Lundi soir, cuisine rapide : une salade verte garnie de croûtons au chèvre chaud. Simple mais bon. Et l’accord avec du Sauvignon comme dans la patrie du chèvre (Chavignol !) : un Touraine-Sauvignon Le Petiot 2009.

Nous avions acheté du boudin en France (je dois avouer une nette préférence pour le boudin français par rapport au boudin suisse) et j’avais envie de faire autre chose que le traditionnel boudin pommes en l’air (par ailleurs très bon). Mardi soir, j’ai donc fait un rougail boudin, flageolets et riz, et servi le piment à part (nous avons un intolérant au piment dans la famille, qui était absent samedi soir, mais cela fait que j’ai toujours un bocal de bon piment antillais en purée au frigo, que je mets sur la table quand je juge que le plat s’y prête) : C’est une recette que je garde précieusement, j’ai adoré ce plat ! Le reste de Barolo de dimanche soir l’a parfaitement bien accompagné.

Mercredi soir, j’ai continué la série “cuisine des îles” et servi un très bon curry de gambas au porc, avec du riz basmati, et là aussi le piment à part. Je dois avouer que j’ai utilisé un curry indien, n’ayant pas de curry malgache et aucune idée de sa composition, malgré une recherche sur Google. Nous avons bu un Saint-Chinian Clos Bagatelle Veillée d’automne 2009.

Jeudi soir, nous avons mangé à l’Auberge Aux 2 Sapins à Montricher. Nous y allons assez régulièrement, malgré l’éloignement, et nous ne sommes jamais déçus. L’auberge propose une formule “menu-carte” que je trouve très sympathique, et qui offre un excellent rapport prix-plaisir. Nous avons pris la version 3 plats (entrée, plat, fromage ou dessert). Mon entrée était un “Plaisir de St-Jacques et crabe” composé d’une petite salade de mâche, de quelques St-Jacques rôties et d’une sorte de rillette de crabe surmontée d’un carpaccio de St-Jacques. En plat, j’ai choisi le “Pavé de maigre sauvage aux coquillages”, à savoir un beau pavé de maigre rôti, accompagné de petits légumes, d’une délicieuse sauce émulsionnée à l’oursin (joliment servie dans sa coque) et de ravioles de coques et moules. Et comme dessert, j’ai pris une tatin de coings et poires qui m’a ravie. Elle était si joliment présentée que j’en ai, ô miracle, pensé à sortir mon téléphone pour l’immortaliser :

2014-12-18 21.24.02

 

A vrai dire, tout le repas m’a ravie ! Nous avons accompagné ces agapes d’un excellent Sauvignon Blanc genevois.

Vendredi soir, soupe de potimarron (toute simple : potimarron en cubes cuit dans un mélange d’eau et de crème, salé, poivré et mixé), muffins au potiron, châtaignes et Comté et salade verte. Les muffins étaient délicieux ! Nous avons fini le Saint-Chinian de mercredi soir.