Où l’on commence par un baiser

Samedi soir, nous avons mangé à ce qui est, à ma connaissance, le seul restaurant de cuisine Nikkei de Lausanne, le Besame Mucho (qui est le nom du restaurant faisant partie de ThePlace2B, le bar s’appelant, lui, Bikini Beach, et le tout faisant partie du complexe de la Voile d’Or – ne cherchez pas, c’est un peu compliqué, quelqu’un a fumé la moquette et oublié de considérer la communication avec le pauvre petit client). C’est un bel endroit, bien décoré et accueillant, et nous avons très bien mangé. J’ai commencé par un Tiradito Nikkei de saumon, puis j’ai pris une Parihuela, à savoir une soupe de poissons et fruits de mer, exquise. Leur Pisco Sour est excellent, ce qui ne gâche rien.

Dimanche midi, j’ai fait des spaghettis carbonara (la vraie carbonara, j’en parle ici), avec du guanciale acheté au marché.

Dimanche soir, j’ai poêlé rapidement des tranches de rumsteak et les ai finies en cuisson lente au four. Je les ai accompagnées de petits pois aux oignons frais et d’une belle sauce au Maroilles (recette tout simple, moitié Maroilles coupé en dés et moitié crème fraîche, on fait fondre l’un dans l’autre à feu doux, et c’est à se lécher les babines !).

Lundi soir, j’ai farci une dorade de citron, thym et origan et l’ai cuite au four. En accompagnement, j’ai confectionné une cassolette de légumes (petits artichauts, poireaux, carottes et petites pommes de terre) mijotés au vin blanc, et juste arrosés d’un filet d’huile d’olive avant de servir.

Mardi soir, nous avons participé à un Surfing Dinner de cuisine du sud, c’était, comme toutes les soirées de ce type auxquelles j’ai participé, bon et sympathique.

Mercredi soir, j’ai fait une quiche à la choucroute (même recette qu’il y a deux ans), ce qui m’a permis de tester la fonction “tartes” de mon nouveau four, à savoir chaleur tournante plus chaleur sole – ça marche bien, le dessous est cuit sans que le dessus soit brûlé.

Jeudi soir, nous sommes retournés, cette fois avec des amis, à l’Osteria Bolgheri (nous y avions mangé il y a deux semaines). Nous avons à nouveau pris le Centro Tavola (plateau de charcuteries et fromages) comme entrée, mais cette fois à quatre, ce qui est beaucoup plus raisonnable. Ensuite, j’ai commandé le poulpe rôti avec cime di rapa et purée de patates douces, c’était exquis (et je n’ai pas résisté à un petit morceau de la pizza fritta de mon homme, elle est trop bonne).

Vendredi soir, nous avons mangé à Saint-Gall (où nous avons passé le weekend) au Bistro St. Gallen. L’accueil était charmant, et le repas absolument délicieux, mais pour cause de carnaval très bruyant dans la salle normale nous étions dans la salle qui sert au petit-déjeuner de l’hôtel Einstein et qui fait très hall de gare (les lumières, une vraie horreur…), et le rythme de service était bien trop rapide malheureusement, surtout pour un repas aussi élaboré – c’était vraiment dommage. Nous avons eu un menu ainsi composé :

  • Soupe mousseuse de topinambour aux oignons, lard et marrons
  • Oeuf rôti avec mousse de Parmesan, épinards, soupe de pommes de terre et truffes
  • Blanc de poularde au jus de lard, pommes de terre et choux de Bruxelles
  • Pavot et pâte d’amandes avec amandes, fromage blanc et pomme

1 thought on “Où l’on commence par un baiser

  1. Pingback: Dentelle de Saint-Gall | La semaine d'une gourmette

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.