De retour

Deux bons mois d’absence sur ce blog, dus à la flemme (j’avoue), mais aussi à des voyages, à beaucoup d’improvisation en cuisine (ce qui amoindrit l’intérêt de raconter, en tout cas à mon avis), et l’ai-je dit, à la flemme…

Mais me revoici ! Nous sommes en 2023, c’est reparti pour un tour, et je vous narre donc, pour reprendre les bonnes habitudes, la semaine qui vient de s’écouler en cuisine.

Samedi soir, j’ai servi du boeuf sauté aux poireaux, vite fait et vraiment excellent, que j’ai accompagné non pas de riz comme suggéré dans la recette, mais d’un bon pain cocotte complet.

Dimanche midi, j’ai profité d’avoir ramené d’Italie du pain à tramezzini (à savoir, du pain de mie bien tendre et sans croûte) à la farine complète pour faire des tramezzini au guanciale et oeufs durs et des tramezzini aux crevettes, avec une salade verte pour faire bon poids. Repas rigolo, mais franchement, je ne sais pas comment certains américains font pour déjeuner tous les midi de sandwiches, ça va bien une fois de temps en temps, pas plus !

Dimanche soir, j’ai cuisiné un hachis parmentier dans lequel j’ai remplacé la purée de pommes de terre par de la purée d’un mélange patates douces + céleri boule (4/5èmes de céleri, le reste en patates douces, grosso modo). J’avais aussi assaisonné la viande avec du zaatar. C’était parfaitement délicieux. J’utilise des patates douces jaunes (et non oranges), elles sont moins sucrées et bien meilleures à mon goût. On les trouve facilement en Italie, et ici j’ai récemment découvert que bien qu’il soit extrêmement difficile de les trouver en général, mon épicerie asiatique fétiche, Asia Kim Dung, en a toujours, je suis joie !

Lundi soir, j’ai passé des filets de loup de mer sous le grill du four (peau dessus, ils étaient si fins que je n’ai pas eu besoin de les retourner pour les cuire, ils étaient parfaits) et les ai accomnpagnés d’un aïoli et d’une salade de céleri-branche.

Mardi soir, j’ai fait mijoter un ragoût de porc et haricots secs (j’ai utilisé des haricots noirs à la place des rouges) qui était vraiment très réussi, et que j’ai servi avec du riz complet.

Mercredi soir, j’ai mélangé des gros morceaux de patates douces, d’oignons, de poireau et d’artichaut, les ai assaisonnés de gros sel et huile d’olive, puis j’ai mis des tranches de feta dans tout ça, cuit au four, arrosé d’un jus de citron, et voilà, un repas sur la table.

Jeudi soir, j’ai fait dorer des hauts de cuisses de poulet à la poêle et les ai escortés d’une salade d’herbes (sucrines, coriandre, persil plat et avocat).

Vendredi soir, nous sommes allés fêter un anniversaire à l’Auberge de l’Abbaye de Montheron. C’était, comme toujours, délicieux, une cuisine très fine, faussement simple et très légère. Le menu :

Nous avions demandé à ne pas avoir d’endives (l’endive cuite est plus ou moins le seul aliment que je n’arrive pas à manger, et le reste de la famille n’aime pas ça non plus), elles ont donc été remplacées par des cardons. En images :

2 thoughts on “De retour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.