Plancha mon amour

Cette semaine, j’ai décidé de continuer à explorer les possibilités de ma plancha électrique, qui révolutionne mon approche du poisson (j’avais tendance à le faire surtout au four puisque je le massacrais à la poêle…).

Samedi soir, j’ai donc prévu du filet de cabillaud à la plancha. En arrivant au marché, j’ai eu la surprise de constater que le poissonnier du marché avait changé. Le nouveau a un superbe étal, constitué uniquement de poissons d’eau douce locaux (il est pêcheur). Pas de cabillaud, donc, mais qu’à cela ne tienne, il avait du filet de brochet. J’ai donc fait du filet de brochet (préalablement frotté d’un mélange d’épices pour mouclade) à la plancha, avec en accompagnement une salade tiède de lentilles. Excellent ! Et étant donné ce que j’ai vu à l’étal du poissonnier, je présage du sandre, de l’omble chevalier, du brochet et tout ce genre de choses dans mon avenir culinaire…

Dimanche midi, j’ai voulu utiliser des tagliatelles à l’encre de seiche ramenées d’Aoste et congelées en reconstituant la recette des tagliatelles Mano Negra de l’Avenir. J’ai donc fait revenir des gambas décortiquées à la poêle, je les ai flambées au cognac, puis j’ai ajouté de l’ail et du persil hachés, du vin blanc, et après légère réduction, de la crème. Plouf, sur les tagliatelles, miam, parfait !

Dimanche soir, j’ai servi un classique local qui fait toujours plaisir à cette saison, du papet aux poireaux avec de la saucisse aux choux.

Lundi soir, j’ai fait des conchiglie au pesto de kale. J’ai eu droit au qualificatif de “hipster” de la part de ma descendance, eh bien la hipster elle vous dit que le pesto de kale c’est vraiment bon ! Et en hiver c’est mieux que le basilic, non ?!?

Mardi soir, j’ai lancé des petites seiches sur ma fameuse plancha, j’ai fait un aïoli pour aller avec, ainsi que des pommes de terre bouillies et une salade de betteraves à la crème acidulée. Malheureusement les seiches (qui étaient par ailleurs bien tendres) avaient un drôle de goût – est-ce que je les avais mal nettoyées ? Dommage, pour une fois que j’avais fait une jolie photo :

2016-02-09 19.45.17

Mercredi soir, j’ai réussi un beau mole poblano, et j’ai poussé le vice jusqu’à faire mes tortillas (de blé) maison avec cette recette. Résultat parfait (sachant que j’avais utilisé un des conseils donnés en commentaire de la recette, à savoir remplacer deux cuillères à soupe de farine par la même quantité de fécule), des délicieuses tortillas bien souples. C’est un peu long à faire (pas la pâte, qui est archi-simple, mais la cuisson, à raison d’une minute et demie par tortilla, faites le calcul pour 16…), mais c’est bien bien meilleur que les tortillas achetées, qui ont toujours un drôle de goût je trouve (ce que j’appelle un “goût de conservateur” et qu’on retrouve aussi dans les sauces à salade industrielles).

Jeudi soir, j’ai fait un excellent poulet au chorizo à la portugaise. Le chorizo “contamine” le jus du plat, le tout est délicieux et très addictif. J’ai un bon four, mais visiblement la chaleur conseillée de 180° ne suffisait pas, j’ai dû monter à 220° et prolonger un peu la cuisson.

Vendredi soir, nous avons mangé à La Chotte, et c’était vraiment délicieux. En entrée, j’ai pris une panna cotta au Parmesan et tomates séchées délectable (et ravissante) :

2016-02-12 20.33.42

 

Puis j’ai pris le carré d’agneau en croûte d’herbes accompagné de cannellonis à la purée de topinambours, excellent (mais la portion était énorme, quatre côtelettes, je n’ai pas pu finir) :

2016-02-12 20.58.30

Nous avons bu un Bandol rouge avec ce repas, un de mes vins français préférés, puissant et plein de caractère, et qui figure sur peu de cartes des vins de restaurants en Suisse, malheureusement. En résumé, il s’agit d’une excellente adresse, pas assez connue à mon avis.

 

Du beau, du bon, du roboratif

Samedi soir, nous avons assisté à un dîner-spectacle “Nouvel An Russe” à l’Opéra de Lausanne. Malheureusement, rien n’indiquait sur l’annonce de la soirée que tout se passerait exclusivement en russe, y compris la partie principale, à savoir les humoristes, et nous nous sommes retrouvés à une grande table entourés de russophones pas méchants du tout mais parlant entre eux en russe et se demandant ce que nous faisions là, devant un spectacle en russe non traduit… Heureusement, l’ambiance était assez bruyante pour que nous puissions discuter, et le repas était bon. Il a commencé, dans les salons de l’opéra, par un festival de bouchées apéro toutes plus délicieuses les unes que les autres (je suis une fan de ce genre de choses). Ensuite, à table, nous avons eu une entrée de poissons fumés et salés (y compris le fameux hareng en manteau de fourrure), terrine de viande, viandes froides et légumes en saumure, le tout excellent, puis du poulet accompagné de légumes très banal (mais comme je m’étais régalée avant, j’ai plus ou moins tout laissé), et enfin une délicieuse Pavlova aux pommes (mais quelqu’un devrait dire au traiteur que la Pavlova c’est australien ou néo-zélandais, mais en tout cas pas russe !). Nous sommes partis tôt, on se demande bien pourquoi…

Dimanche midi, j’ai sorti du congélateur où je les avais mis en rentrant d’Aoste des casoncelli aux épinards et ricotta ramenés de là-bas, que j’ai servis avec une sauce aux noisettes (oui, la recette utilise des noix, mais j’avais de la poudre de noisettes et je suis flemme).

Dimanche soir, j’ai servi ce qui est certainement la meilleure choucroute que j’aie jamais faite, une choucroute savernoise. L’ajout de pommes est vraiment une réussite, en tout cas on s’est tous régalés.

Lundi soir, honneur à l’hiver : une fondue moitié-moitié.

Mardi soir, j’ai décidé qu’il fallait que je continue à tester ma plancha électrique et j’ai fait des poissons et fruits de mer à la plancha (filets de hareng frais, filets de rouget, crevettes décortiquées, petites seiches). Mais quelle merveille ! Les cuissons étaient parfaites, la peau des poissons bien croustillante, les seiches tendres à souhait, et c’est bien la première fois que je ne détruis pas des filets de rouget en les faisant autrement qu’au four. Bref, je referai. J’ai accompagné ce plat de bettes au citron et à l’huile d’olive.

Mercredi soir, j’ai fait des lasagnes aux champignons. Elles étaient excellentes, mais heureusement que j’ai doublé la portion (qui était indiquée pour huit petits mangeurs ou quatre gros mangeurs), à quatre on a tout mangé ! J’ai pensé à ressortir mon hachoir alligator de l’armoire, il a fait merveille pour couper les champignons en duxelle.

Jeudi soir, j’ai mitonné un excellent caldo verde, avec du chou portugais cultivé dans ma région et du chorizo fabriqué par une charcuterie locale (j’aime le marché de Lausanne, l’ai-je déjà dit ?).

Le chorizo de chez Buffat

Le chorizo de chez Buffat

2016-02-04 19.24.41

Le Caldo Verde prêt à être servi

Vendredi soir, nous avons enfin testé l’Eligo. Il y a peu de restaurants gastronomiques à Lausanne même, et nous voulions tester cette relativement nouvelle adresse dans ce nouveau quartier branché qu’est le Rôtillon. L’endroit est beau, très “chic dépouillé”, avec des meubles fifties revisités, des tons beiges et un peu d’art moderne pour étoffer le tout. Et l’accueil est charmant. Tout en sirotant notre apéritif (un verre d’assemblage chardonnay/pinot blanc/chasselas vaudois Peau de Vache de la Maison du Moulin pour moi, très agréable, et c’est rare de trouver du chasselas en assemblage), nous avons décidé de prendre le menu dégustation en 4 plats (entrée, poisson, viande, dessert) avec trois verres de vin assortis. En entrée nous avons eu “Oeufs brouillés / Jambon Pata Bianca / Truffe noire / Pain toasté” (oui, la carte cède à la mode “le nom des plats est leur composition et n’oublions pas les barres obliques”), avec un très étonnant Chasselas oxydatif Les Cocottes de la Maison du Moulin. C’était très moelleux, un joli contraste entre les oeufs et le Pata Negra (qui était toutefois un poil trop salé à mon goût). Le plat de poisson était “poisson de mer selon arrivage, ravioles de navet / caramel à la bière / beurre meunière aux câpres” et je crois bien que le poisson était du loup de mer (mais je n’en suis pas 100% sûre), avec un très bon Chassagne Montrachet. Le poisson était très bien cuit, mais je n’ai pas beaucoup apprécié le reste – c’est personnel, je n’aime pas l’amertume, et le navet et le caramel à la bière étaient amers. Le plat de viande était “Suprême de poulet fermier de gruyère / purée de topinambour au jus / crumble de nillon / truffe noire”, avec un Vosne Romanée délectable. Le poulet était très tendre et juteux, mais le reste un peu fade à mon goût. En dessert nous avons eu un excellent “baba / fruits de la passion / crémeux caramel / mousse de mangue” qui était un baba destructuré à la mangue et au fruit de la passion. En repensant à ce repas, je me rends compte que mon opinion est mitigée : c’est une cuisine très bien faite, très maîtrisée, et il n’y a aucun reproche à lui faire, mais je crois que ce n’est tout simplement pas mon style de cuisine, je n’y trouve pas le “Wow Factor”, comme disent les Amerloques. Que cela ne retienne personne d’aller y goûter !