On en fait des choses avec du saucisson vaudois !

Samedi soir, nous avions pris des billets pour le dîner-spectacle Cabaret Folies au Casino de Montreux. L’expérience fut mitigée : excellente nourriture, mais décor impersonnel (avec des lumières désagréables) et ambiance “dîner d’entreprise” peu agréable. De plus, les numéros de cabaret étaient excellents, mais le “fil rouge” utilisé pour les lier était d’une nullité consternante – j’aurais préféré qu’il n’y en n’ait pas.

L’entrée était un “mille-feuille foie gras de canard, magret fumé, chips de pain, salade d’herbes aux noisettes” excellent. Ensuite, on nous a servi du “moelleux de veau aux condiments Thaï, jardin automnal, polenta” très bon mais qui n’avait strictement rien de thaï :

cof

Et finalement, nous avons eu droit à une “pyramide choco-caramel, coulis passion citron vert” délicieuse mais très bourrative :

cof

Dimanche midi, nous étions huit à table. J’ai fait du filet de boeuf Wellington (qui a été très apprécié, il n’est presque rien resté alors que j’avais compté large) accompagné d’une salade verte et d’une salade de céleri. En dessert, j’avais préparé des crèmes de yaourt au safran (cuisine persane) qui étaient très agréables et rafraîchissantes :

cof

Dimanche soir, j’ai fait des simples pâtes à la tomate (toujours la sauce tomate de ma belle-mère, miam !) et au Chavroux (on chauffe la sauce, on ajoute le Chavroux, on laisse fondre et réchauffer, on assaisonne, et elle est belle !).

Lundi soir, je me suis inspirée de cette recette pour faire de la poitrine de cochon tandoori accompagnée de purée de pommes de terre et carottes :

cof

C’était bon, mais pas inoubliable.

Mardi soir, j’ai fait une rapicolante soupe aux haricots noirs et à la saucisse fumée. Faute d’andouille de Louisiane, j’ai utilisé du saucisson vaudois, et c’était parfait !

cof

Mercredi soir, j’ai continué mes expériences de cuisine sous vide et préparé des côtes de porc sous vide, que j’ai accompagnées de haricots verts à l’ail (j’ai fait une razzia chez Picard, histoire de compléter l’offre de légumes, vu la saison). J’ai trouvé les côtes de porc très bonnes, mais pas meilleures que si je les avais faites de manière classique à la poêle. J’avais mis la température à 66°C, c’est peut-être un petit peu trop, la prochaine fois je tenterai 62°C. Si vous regardez bien la photo, vous verrez que les haricots verts sont très cuits, à l’ancienne mode. Mon homme les adore comme ça (moi je les préfère croquants), alors de temps en temps, je lui fais plaisir !

cof

Jeudi soir, j’ai servi une causa péruvienne (au thon), elle était délicieuse !

cof

Vendredi soir, j’étais toute seule, et j’avais reçu de mon homme un petit pot de caviar, car il sait que, contrairement à lui, j’adore ça. J’ai acheté des blinis et du saumon fumé, et j’ai mangé mon caviar et mon saumon avec des blinis et de la crème acidulée. Pas mal comme repas en solitaire, non ?

cof

3,2°C le matin

Le retour du froid m’a prise par surprise. J’aurais pourtant dû m’y attendre, à fin octobre, mais perdre dix degrés en 48 heures, c’est rude ! La cuisine de la semaine qui vient de s’écouler fut donc résolument automnale.

Samedi soir, nous étions à une fête d’anniversaire.

Dimanche midi, j’ai continué à tester mon appareil à cuisson sous-vide (j’en parle dans mon article consacré à la semaine passée) en m’attaquant aux steaks : salés, poivrés, mis sous vide, cuits 30 minutes à 55°C puis passés rapidement à la poêle dans un peu d’huile d’olive, juste pour griller la surface. Bilan : une viande tendre, délicieuse, mais juste légèrement trop cuite à mon goût (j’aime la viande saignante). La prochaine fois, j’essaie à 52°C. J’avais fait une salade verte en accompagnement.

Dimanche soir, j’ai fait (on ne peut pas appeler cela cuisiner) une brisolée. La seule “technicité” réside dans la cuisson des marrons. Sur le conseil d’une collègue, je les ai incisés, fait bouillir pendant 10 minutes, puis passés au four à 200°C pendant 20 minutes. C’était parfait. J’ai servi les marrons avec de la charcuterie (jambon cru, lard d’Arnad, saucisson pimenté), des fromages et des fruits (raisin, noix, figues et poires) :

 

 

Lundi soir, j’ai fait des penne grappa (en utilisant des conchiglie à la place des penne) :

cof

 

Mardi soir, j’ai fait un carpaccio d’artichauts (petits artichauts crus parés et émincés à la mandoline, assaisonnés de sel, poivre, vinaigre balsamique, huile d’olive et copeaux de Parmesan), suivi d’une quiche lorraine :

 

 

Mercredi soir, nous avons mangé au Café Bellagio  à Montreux. Comme nous y étions tard (après une pièce de théâtre), nous avons eu droit à la carte réduite qui a cours dès 21h30, et qui est assez passe-partout (tartare, club-sandwich, filets de perche, hamburger, salade César…). J’ai pris un club-sandwich au saumon fumé, très bon je dois dire :

cof

Jeudi soir, nous avons participé à un repas “truffe” organisé par le Château du Rosey, qui est un domaine viticole situé sur La Côte, à Bursins. Le menu était le suivant :

  • Les amusettes apéritives
  • La truffe blanche d’Alba : l’oeuf cuit à 64C, émulsion de lait de poulet
  • La truffe noire : noix de St-Jacques en coquille
  • La truffe blanche d’Alba : spirale de spaghetti No 7 façon carbonara
  • La truffe noire : filet de boeuf Rossini
  • Macaron glacé à la truffe et fleur de lait

L’endroit est absolument superbe, un vrai château médiéval très bien restauré et meublé. Contrairement à ce à quoi je m’attendais, c’était servi “façon restaurant”, à chaque groupe sa table, et non pas autour d’une ou plusieurs grandes tables (ce que j’aurais préféré, c’est toujours une occasion de rencontrer des gens sympathiques et intéressants). La responsabilité de la cuisine était assurée par Guillaume Trouillot, et le repas fut excellent, une très belle mise en valeur de la truffe :

 

Nous avons pris l’accord mets-vins, très bien pensé (avec les vins du domaine, bien sûr).

Vendredi soir, j’ai fait une soupe de potimarron au curry (sans recette, curry frit dans un peu d’huile avec un oignon, puis on ajoute le potimarron coupé en morceaux, puis du lait à fleur, on cuit, on mixe et on assaisonne) :

cof

J’ai aussi fait, comme pain d’accompagnement, une base de pâte à pizza selon la recette d’Anna Jones, mais je n’ai pas été convaincue, trop sec.

L’automne dans l’assiette

Je n’ai pas publié la semaine passée, car nous venions de passer une (splendide) semaine de vacances à Rome – je mijote d’ailleurs un petit article sur les restaurants romains tout bientôt !

Nous sommes donc rentrés, et j’ai recommencé à popoter.

Samedi soir, j’ai fait du risotto au potimarron, avec la recette de Macha Méril.

Dimanche midi, j’ai servi de la porchetta ramenée de Rome, avec une salade de céleri-branche.

Lundi soir, nous avons fait un délicieux Surfing Dinner chez Magali (qui tient le magasin de café, thé et épices Saveur PimenThé) : une soupe à la courge à la cacahuète et au gingembre en entrée, puis des keftas aux dattes sur lit de couscous de riz (une nouveauté, je n’avais jamais goûté le couscous de riz), et enfin un gâteau aux épices et pommes.

Mardi soir, j’ai testé l’appareil pour cuisson sous-vide Anova que je viens de recevoir pour mon anniversaire, et dont j’espère des grandes choses ! J’ai exprès fait simple pour commencer : un filet de haddock coupé en deux, mis sous vide et cuit à 55°C pendant 30 minutes, sans assaisonnement (le haddock ayant un goût prononcé). Verdict : génial ! Moelleux, savoureux, parfait – rien à rajouter. J’avais fait du chou pointu poêlé aromatisé à la ‘nduja avec, c’était très bien.

Mercredi soir, j’ai cuit une souris d’agneau (assez grosse pour deux personnes) en utilisant cette recette, mais en ajoutant des tronçons de poireaux et des petites pommes de terre autour de la viande. C’était tout à fait réussi.

Jeudi soir, après un petit tour chez Ikea, nous avons mangé tout près, au Restaurant du Chasseur. C’était, comme d’habitude, excellent. Nous avons tout d’abord partagé deux entrées, un fantastique carpaccio de cerf à l’huile d’olive et aux copeaux de pecorino à la truffe :

cof

et une ballotine de faisan aux bolets et foie gras, émulsion à la raisinée, figues sautées :

cof

Puis j’ai pris les médaillons de filet de cerf rôtis, sauce à la moutarde violette, accompagnés de spätzlis, chou rouge aux marrons, mousseline de céleri, et fruits de saison :

cof

Vendredi soir, nous sommes allés manger au restaurant Royal India (qui a ouvert à la place de Chez Gnutti, snif, un de mes restaurants italiens préférés a disparu). J’ai d’abord pris une salade indienne (toute bête, tomates, concombres, oignons, salade verte et piments, j’avais envie de fraîcheur et de verdure). Le piment promis n’y était pas, je l’ai demandé et on m’en a gentiment apporté. Ensuite, j’ai pris du carré d’agneau cuit au tandoor puis mis en sauce, très tendre :

mde

et nous nous sommes partagés deux excellents pains indiens, un chilli naan et un cheese naan :

cof

En conclusion, ce n’était pas mal du tout, ce qui me réjouit car je trouve que Lausanne n’est pas riche en restaurants indiens traditionnels.